La levée de fonds, miroir aux alouettes ?

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     26/11/18    
levee fonds miroir alouettes

La levée de fonds apparaît comme le Graal pour nombreux dirigeants de start-up. Cependant, faire entrer des investisseurs extérieurs dans le capital de la société recèle certes des opportunités, mais aussi contient des pièges dont il faut avoir conscience. À la suite de toute levée de fonds, le dirigeant de start-up ne doit surtout pas croire qu’il a gagné le jack pot. Son risque majeur est de dilapider son capital, notamment en oubliant les fondamentaux inhérents à l’organisation de l’entreprise, à la trésorerie et au recrutement. 

EY a publié les résultats du premier semestre 2018 du Baromètre du Capital Risque en France. Cette étude recense les opérations de financement en fonds propres des entreprises en phase de création ou durant leurs premières années d’existence, en date d’opération du 1er janvier au 30 juin 2018 et publiées avant le 6 juillet 2018. Au premier semestre de 2018, la région Ile-de-France a concentré 73 % des investissements en valeur. La région Auvergne-Rhône-Alpes arrive en seconde position avec 7%, suivie par la région Occitanie (5 %). Les levées de fonds supérieures à 50 millions d’euros en France sont passées de 3 à 4 et leur proportion par rapport au montant total levé sur le semestre est passée de 15 % à 17 %.

Qu’est-ce qu’une levée de fonds ?

Une levée de fonds est une opération qui permet à une entreprise d'augmenter son capital social grâce à l’apport de fonds d’investisseurs. La contrepartie de cet investissement, qu’il ne faut jamais sous-estimer, est d’octroyer à l'investisseur de parts sociales ou d’actions qui lui donne un pouvoir. L’objectif de la levée de fonds, qu’il ne faut jamais perdre de vue, est d'accélérer la croissance de l’entreprise grâce à l’entrée de nouveaux associés dans le capital, mais de ne pas perdre son autonomie.

Comment prendre la décision de réaliser une levée de fonds ?

Il faut observer 5 points dont les enjeux sont majeurs :

  • identifier avec rigueur ses besoins
  • examiner le potentiel de croissance sous l’effet de la levée de fonds. 
  • maîtriser la somme à lever pour se développer avec rapidité, mais en levant la somme la plus exacte possible.
  • vérifier que les associés fondateurs conservent le contrôle de la structure. 
  • chiffrer avec exactitude son besoin en capital. Aucune levée de fonds ne peut se faire à la louche !

Lever des fonds : une opération complexe et chronophage

Lever des fonds est une activité chronophage et qui empêche de se consacrer exclusivement au développement de l’entreprise : c’est pourquoi il est nécessaire d’être conscient des répercussions que cette levée de fonds peut avoir. Il est alors important se concentrer sur plusieurs points pour convaincre les investisseurs.

  • Communiquer sur le projet et sur l’équipe et montrer qu’il existe un fort potentiel de développement, mais qui a besoin d’un simple effet de levier pour avancer plus rapidement. Il faut donc apprendre à présenter son projet, les fameux pitchs et réaliser des slides attractifs, mais qui ne fassent pas l’effet de poudre aux yeux et rédiger un « Executive summary » qui soit porteur de sens pour les investisseurs.
  • Connaître le profil des investisseurs. Un investisseur apporte des fonds, mais il peut se révéler parfois envahissant en vous posant mille questions. En revanche, son réseau et un savoir-faire, une expertise métier peut se révéler un appui crucial.
  • Se préparer à vivre une période chronophage. Les potentiels investisseurs vont passer votre dossier au crible, via une procédure appelée La « due diligence » :  potentiel du marché, concurrence, « time-to-market », crédibilité des projections financières, faisabilité technique, complémentarité de l’équipe, risques, autant d’éléments qu'ils vont prendre en compte… Ils vont demander des informations complémentaires et là, il s’agit pour le dirigeant d’y répondre le plus vite possible et donc de mettre de côté parfois les activités pourtant essentielles de l’entreprise, mais aussi de leur transmettre toute information qui pourrait les influencer à investir.
  • Anticiper le recrutement. Après la levée de fonds, le recrutement doit être logiquement intense, car la croissance de la start-up va aller en s’accélérant et l’entreprise doit recruter des talents. Il est absolument nécessaire d’anticiper le recrutement ou du moins sa stratégie de recrutement afin de constituer des équipes opérationnelles et porteuses de développement.

La levée de fonds doit donc rester un moyen, jamais devenir une finalité.  La levée de fonds peut considérablement faire changer de dimension un projet entrepreneurial, il faut donc être bien conseillé afin de diminuer les risques juridiques au long terme liés à l’entrée de nouveaux investisseurs dans la société.

Donnez une note à cet article