Happy at Work 2018 : Top 5 des start-up françaises qui rendent leurs salariés heureux

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     06/07/18    
happy work top start up francaises rendent salaries heureux

Être heureux au travail. Happy at Work, premier label employeur participatif créé par Laurent Labbé, met à l’honneur la qualité dans le management et l'énergie des salariés. Les membres de 4 500 entreprises ont noté leur expérience dans leur secteur d'activité, par rapport à leur société et à un site en ligne choosemycompany.com. Avec un questionnaire de dix-huit questions, ils ont évalué six domaines dont la progression professionnelle, le management, la motivation, l'environnement stimulant ainsi que le plaisir au travail. Le but de ce classement est de fournir des informations réelles et profitables pour valoriser les entreprises qui rendent leurs salariés heureux. Un moyen d'attirer de nouveaux candidats qui souhaitent trouver l'organisation qui leur correspond. Ce palmarès est exclusivement consacré aux start-up de plus de 25 salariés. Découvrez sans plus attendre le top 5.

75 % des actifs français se disent heureux dans leur travail, selon un sondage Ifop en 2016. Le salaire n’est important que pour 12 % des interrogés alors que les conditions de travail ainsi que les relations collectives le sont pour 40 %. Le mal-être des salariés peut provoquer un véritable coût pour une entreprise. Il représenterait près de 12 600 euros par an et par individu au secteur privé, selon une étude du groupe de prévoyance Apicil et du cabinet Mozart Consulting. Le bonheur au travail se place donc comme un élément important dans le développement et le fonctionnement d'une société. Pour faire partie du classement Happy at Work, trois critères sont essentiels : une note de satisfaction globale supérieure à 3,8 sur 5, une proportion de 60 % des salariés prêts à recommander leur société à un ami et un taux de participation au questionnaire de 50 % minimum.

N°1 : Synomia, agence de conseil en Data Analytics

Pour la deuxième année consécutive, la start-up Synomia obtient la première place du classement. Créée en 2000 par Philippe Aït Yahia, Maurice Ndiaye et Didier Bourigault, elle apporte une analyse de contenus et des solutions de recherche et navigation pour des sites web de clients en SaaS (modèle de distribution de logiciels à travers le Cloud, ndlr). Leur technique d'analyse basée sur un algorithme permet de structurer automatiquement l'ensemble des données internes et externes d'une entreprise dans une Data Room Sémantique (espace de stockage sécurisé et à accès restreint où une organisation met à disposition des utilisateurs un volume important de documents confidentiels, ndlr). D'après 75 salariés, l'entreprise mérite la note de 4,88 sur 5. 100 % des collaborateurs ont l'impression de progresser et d'apprendre, se sentent encouragés dans leurs efforts et apprécient la qualité de vie au travail. 92 % d'entre eux voient un réel impact de leur investissement sur la réussite de l'entreprise. Et lorsqu'ils sont interrogés sur ce qui leur plaît dans la société, ce sont les termes « bienveillance » et « ambiance » qui reviennent le plus. Enfin, 100 % des salariés recommandent leur firme à un ami et ont confiance en leur direction.

N°2 : Click & Boat, « Airbnb » des bateaux

Fondée en 2013 par Edouard Gorioux, Jérémy Bismuth et Amir Reza-Tofighi, la start-up Click & Boat se classe numéro deux du palmarès. Elle permet à des propriétaires de rentabiliser leur bateau en le louant à des particuliers, par le biais d'une plateforme collaborative. Les locataires bénéficient de tarifs attractifs, moins chers en moyenne de 30 % par rapport aux forfaits proposés par les circuits classiques de location. Du côté des hôtes, cela permet de réduire le coût des frais d'entretien de leur engin. Plus de vingt mille bateaux de particuliers et de professionnels sont proposés sur le site, disponibles dans tous les ports de France comme Marseille et Le Havre mais aussi dans plusieurs pays d'Europe comme l'Espagne, la Croatie ou encore l'Italie. Avec l'avis de 22 salariés, l'entreprise obtient la note de 4,88 sur 5. 100 % des collaborateurs trouvent du sens dans ce qu'ils font, ont le sentiment que leur mission et leurs responsabilités correspondent à leur personnalité, et estiment que leur façon de travailler est innovante. Environ 77 %  d'entre eux jugent que leur salaire est adapté à leur poste. 95 % recommandent leur firme à leurs amis et 100 % ont confiance en leur direction.

N°3 : DomRaider, site d'enchères pour noms de domaine expirés

Créée en 2013, la start-up clermontoise DomRaider se hisse à la troisième place du podium. Spécialisée dans la récupération de noms de domaines expirés sur le web, elle les met aux enchères via un algorithme, pour un prix estimé entre cinq et sept mille euros. Présente dans vingt-sept pays, l'entreprise a lancé une nouvelle interface baptisée Auctionity, développée sur la technique du  blockchain (technologie de stockage et de transmission d'informations sans organe de contrôle, ndlr). Pour se développer, la société a bouclé une levée de fonds spécifique via une ICO (pour « Initial Coin Offering », mode de financement qui mêle crypto-monnaie et crowdfunding, ndlr). Elle a ainsi émis des actifs numériques échangeables contre des tokens (type de crypto-monnaie, ndlr). La firme en a vendu plus de 560 millions. Avec l'avis de 27 salariés, la société obtient la note de 4,79 sur 5. 100 % des collaborateurs ont l'impression de progresser et d'apprendre, éprouvent du plaisir à faire leur travail et recommandent l'organisation à leurs amis. 88,89 % sont satisfaits des avantages qu'ils obtiennent comme des primes et des congés payés.

N°4 : BeNext, communauté de passionnés dans l'univers du numérique

Lancée en 2014, l'entreprise BeNext obtient la quatrième place du classement. Elle regroupe une communauté de spécialistes passionnés par l'innovation et les technologies, qui accompagne leurs clients dans la naissance et le développement d'un produit web ou mobile. Tous travaillent dans différents secteurs d'activité et se regroupent autour de quatre exercices : le product management (structure générale d'une entreprise qui soutient et gère toutes les activités liées au développement, à la commercialisation et à la vente d'un produit, ndlr), la réalisation de logiciels, la mise en place de pratiques plus agiles et le lanceur de produits et de start-up, appelé le SpaceLab. Avec l'avis de 46 salariés, la start-up obtient la note de 4,72 sur 5. 98,11 % des collaborateurs recommandent l'entreprise à leurs amis et sentent qu'ils ont les moyens d'atteindre leurs objectifs. 65,22 % d'entre eux sont satisfaits des avantages qu'ils obtiennent comme des bonus et un accord d'intéressement. Enfin, 82,02 % des salariés sont satisfaits de la manière dont ils articulent leur vie professionnelle et leur vie personnelle.

N°5 : Bam, créatrice d'applications mobiles multiplateformes

Cofondée en 2014 par Baptiste Michel & Marek Kalnik, Bam, première start-up de la Theodo Academy (incubateur de sociétés spécialisées dans la création de solutions digitales au service des entreprises, ndlr) accède à la cinquième place. Elle crée des applications mobiles multiplateformes se basant sur les méthodologies Lean (méthode de management recherchant la performance grâce à l'amélioration continue et l'élimination des gaspillages, ndlr) et Agile (organisation de travail en cycles courts, permettant de gérer un produit de manière souple, adaptative et répétitive, ndlr). L'entreprise a ainsi développé plusieurs programmes pour différents groupes comme Ouicar avec sa plateforme web et mobile. Avec l'avis de 46 salariés, la société obtient la note de 4,7 sur 5. 100 % des employés comprennent bien comment leur performance est évaluée, recommandent l'organisation à leurs amis et font confiance à l'équipe de direction. 65,22 % d'entre eux sont satisfaits des avantages qu'ils obtiennent comme des bonus et un accord d'intéressement.

Être heureux au travail demeure un avantage non-négligeable pour une entreprise. Du côté des entrepreneurs, 62 % citent leur liberté de décision, 57 % leur autonomie et 56 % le fait de ne pas avoir de supérieur comme facteur d’épanouissement dans leur société, selon une étude publiée par Vistaprint.

Donnez une note à cet article