WineTech : ces start-up françaises qui révolutionnent le secteur du vin

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     20/09/18    
winetech start up francaises revolutionnent secteur vin

Véritable emblème et produit culturel tricolore, le vin est énormément apprécié dans l'Hexagone, souvent associé aux repas et aux moments conviviaux. Son marché est important, mais restait encore fermé il y a quelques années au grand public. Face à ce succès qui ne se fatigue pas d'année en année, des start-up, sous le nom de WineTech, y voient une opportunité pour se lancer dans ce secteur grâce à leurs innovations basées sur la technologie. Sites de e-commerce, box à domicile, applications permettant de découvrir de multiples informations sur un produit, machine de dégustation, cellier intelligent et connecté, autant de solutions digitales qui arrivent sur le marché au service de l'expérience client. Zoom sur deux jeunes pousses novatrices.

Selon un sondage effectué par Buzzpress France, 84 % des Français apprécient de boire du vin. Le secteur mondial de cette boisson est puissant : il devrait atteindre 224,5 milliards de dollars à l'horizon 2021 conformément aux prévisions du rapport de Vinexpo (entreprise spécialisée dans la création et le développement d’événements pour les professionnels de la filière de l'alcool, ndlr)  et IWSR (International Wine & Spirits Research, société de données et d'analyse sur les vins et spiritueux, ndlr). En France, le domaine du vin a réalisé en chiffre d’affaires, plus de 12,9 milliards d’euros en 2017. Quant au marché de la vente de vin en ligne, il est devenu depuis une dizaine d'années, un intermédiaire crucial pour la distribution de vin. D'après une étude intitulée « ePerformance Barometer 2017 » et réalisée par KEDGE Business School (école française de commerce, ndlr), environ 1,3 milliard d’euros de vin a été vendu en ligne en France en 2016 et en 2018, elle fait une prévision de plus de 1,5 milliard d'euros, représentant 10 % des achats de cet alcool, tous canaux de distribution confondus. Tout en étant conscientes de l'énorme potentiel de ces différents marchés, des start-up françaises proposent un certain nombre d'innovations techniques et technologiques pour les révolutionner en profondeur.

10-Vins et sa machine de dégustation, D-Vine

Créée en 2012 par Thibaut Jarrousse, Jérôme Pasquet et Luis Da Silva, la start-up nantaise 10-Vins propose une machine de dégustation de vin au verre qui recréé les conditions parfaites d'aération et température, à l’intention des professionnels de la restauration et de l'hôtellerie ainsi que des particuliers. Dénommé D-Vine et surnommé le «Nespresso du vin» en référence aux machines à capsules à café de la célèbre marque, cinq ans de recherche et développement ont été nécessaires pour la mettre au point. L'engin est capable de servir des verres à bonne température et aération en moins d'une minute, pour proposer une expérience de dégustation inédite aux amateurs de bons vins. Des « dosettes » de 10 cl de plusieurs types de vins équivalant à un verre disposant d'une puce doivent être insérées à la machine. La technologie RFID (Radio Fréquence Identification, méthode pour mémoriser et récupérer des données à distance via des étiquettes, ndlr) permet ensuite aux différents flacons de transmettre à D-Vine les informations de température et le carafage à apporter. L'utilisateur n'a plus qu'à déposer son verre et appuyer sur un bouton pour pouvoir déguster la boisson alcoolisée. Une invention qui séduit puisqu'aujourd'hui plus de 300 établissements, hôtels et restaurants ainsi que près de 1000 foyers de particuliers en sont équipés. La machine est proposée au prix de 1490 euros tandis qu'il existe également des packs « Découverte » et « Prestige » proposant une sélection de flacons de vins, de verres et d'accessoires, respectivement à 1590 et 1920 euros.

Twil et son application de scan et d'achat

Retrouver l'origine d'une bouteille de vin, découvrir de nombreuses informations sur la boisson et être directement mis en relation avec les personnes qu'ils l'ont produite. C'est le concept qu'à imaginer la start-up Twil ( « The Wine I Love », « le vin que j'aime » en français, ndlr) fondée en 2014 par Erwann De Barry avec son application. Disposant également d'un site e-commerce consacré au vin, la jeune pousse l'a lancée en 2016. Une fois téléchargée sur un smartphone, l'utilisateur doit simplement prendre en photo ou scanner l'étiquette d'une bouteille de vin qu'il ne connaît pas, mais trouve intéressante. Des renseignements utiles sont ainsi dévoilés comme le cépage, l'année de fabrication, la région d'origine ou encore le prix. Des conseils pratiques sont également présents pour la dégustation proposant des suggestions de plats qui accompagnent parfaitement le vin sélectionné. Dans le cas où le client souhaite acheter l'un des produits, il est directement mis en relation avec le producteur partenaire qui peut ensuite en moins de 48 heures, accepté et préparé sa commande. L'idée séduit puisque la start-up dispose aujourd'hui d'un réseau de plus de 2000 producteurs, elle est parvenue à vendre 70 000 bouteilles et son application a été téléchargée plus de 100 000 fois, l'année dernière.

Pour accélérer les échanges et soutenir le développement de jeunes pousses dans le secteur, un label est né en 2016 dans l'Hexagone, celui de « La WineTech » lancée par Arthur Tutin et Vincent Chevrier, des entrepreneurs spécialisés dans le vin. Environ soixante-dix start-up de toutes nationalités ont rejoint ce mouvement en tant que membres pour mettre en place la première coordination mondiale des sociétés qui innovent dans le marché du vin et pour gagner de la visibilité auprès du public. Toutes ses entreprises ont pour ambition de rapprocher la population de l'univers de cette boisson alcoolisée, souvent jugée élitiste. Elles cherchent également à proposer de nouvelles solutions de découverte, de choix, de conservation, de consommation ou d’achat de vin, via leurs innovations techniques et technologiques basées sur l'Intelligence artificielle, le blockchain ou les objets connectés. Du côté des multinationales, Moët Hennessy qui constitue la branche « Vins & Spiritueux » de LVMH (Moët Hennessy Louis Vuitton, groupe français centré dans l'industrie du luxe, ndlr) a même créé le MH Lab 78, une structure d'accueil et de travail qui accompagne une trentaine de start-up afin d'échanger et de présenter leurs innovations pour mieux vendre les alcools de la marque.

Donnez une note à cet article