Transports : quelles alternatives face à la grève ?

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     18/04/18    
transports alternatives face greve

La SNCF ayant annoncé trois mois de grève perlée jusqu’en juin, les usagers réguliers des transports en commun sont dans l'obligation de trouver des alternatives. En tant que dirigeant d’entreprise, ne pas pouvoir bénéficier des TGV ou même des transiliens pourrait bien impacter votre activité. Vos salariés, au même titre que vous, peuvent rencontrer des difficultés à se rendre sur leur lieu de travail. Heureusement, il existe des alternatives aux modes de transport traditionnels. Découvrons-les sans attendre.

Les bus Macron 

Pour le bien de votre activité, vous êtes parfois dans l’incapacité d’annuler certains rendez-vous. Il est souvent question de rencontrer des prospects, des clients ou même des partenaires situés loin de vos locaux, et attendre trois mois supplémentaires s’avère, pour vous, inenvisageable. Pour les longs trajets, sachez que différentes entreprises, souvent françaises ou européennes, proposent leurs services. Depuis le début de la grève, elles rencontrent d’ailleurs un véritable succès auprès des voyageurs. Alors, pourquoi ne pas les emprunter ?

FlixBus 

Cette entreprise allemande créée en 2011 rencontre, elle aussi, un franc succès partout en Europe. Elle propose des trajets longue distance pour des prix particulièrement bas. Contrairement aux TGV, les trajets restent cependant relativement longs et le confort n’est pas toujours au rendez-vous. Depuis le début de la grève, le service enregistre tout de même une augmentation de l’ordre de 60 % sur les réservations, ce qui propulse l’entreprise en tête des services recommandés du moment. Avec un tel succès, elle s’est également mise à proposer un trajet Paris-Amiens en bus électrique. 

Transdev avec Eurolines et Isilines 

Le groupe Trandev, propriétaire des filiales Isilines et Eurolines, a vu lui aussi ses réservations augmenter. Comme toutes les compagnies de bus, les petits trajets n'existent pas. Ces moyens de transport doivent ainsi être envisagés pour de longs trajets, avec des lignes disponibles un peu partout en France. Contrairement à FlixBus, Transdev se place comme un groupe présent dans 19 pays sur six continents grâce à la mise en œuvre de différents services de transports en commun. Le groupe a néanmoins, lui aussi, investi l'électrique dernièrement. Il s’avère être, à ce propos, la première compagnie européenne à se préoccuper des transports écologiques. 

Le covoiturage : un service en vogue

En dehors du bus, d’autres solutions existent et peuvent se révéler plus agréables en matière de confort. Depuis le début de la grève, le covoiturage est en passe de devenir l’un des moyens de transport les plus plébiscités. Il permet de réaliser des voyages plus courts, en compagnie de personnes avec lesquelles vous pourrez converser durant le trajet. 

Connu comme un incontournable du covoiturage, BlaBlaCar (anciennement Covoiturage.fr, ndlr) a su se faire sa place dans un domaine, à l’époque, inexistant. Avec la grève de la SNCF, les demandes ne cessent d’affluer sur la plateforme et les conducteurs n’augmenteraient pas les prix pour autant. Cette entreprise créée en 2006 met en relation des particuliers (véhiculés avec des non véhiculés) qui souhaitent effectuer le même type de trajets, plus ou moins longs. Devenue le leader en France, la plateforme propose désormais d'autres services comme des trajets domicile-travail intitulés BlaBlaLines ainsi qu’un Paris-Lille en bus.  

DriiveMe, la location de voitures 

DriiveMe propose de louer des voitures de particuliers en aller simple pour seulement 1€. Peu couteux, ce concept demande aux conducteurs de prendre en charge les frais de déplacement. Et pour rentabiliser au maximum leurs trajets, ils peuvent faire du covoiturage. La somme de 1€ étant demandée à titre symbolique, le service se révèle d’autant plus intéressant si vous possédez un permis B. En ce qui concerne les véhicules, ils appartiennent à des particuliers ou à des professionnels qui souhaitent simplement rapatrier une voiture. La plateforme propose déjà plus de 16 800 locations disponibles en aller simple. 

Drivy : partager sa voiture 

En alternative à la grève de la SNCF, il est également possible d’utiliser Drivy. Cette application propose à des particuliers de mettre leur voiture à disposition pour un prix défini par le propriétaire lui-même. Sur Paris, par exemple, les particuliers qui utilisent rarement leur voiture peuvent ainsi la rentabiliser en la proposant en location. BlaBlaCar et la plateforme ont d’ailleurs décidé de s'associer durant la période de grève. Le service de covoiturage incite alors les personnes à réserver des voitures sur Drivy pour ensuite faire le trajet à en compagnie d’autres personnes. 

Les VTC (Voitures de Tourisme avec Chauffeur)

Depuis l’arrivée d’Uber, les entreprises de VTC se multiplient un peu partout sur le territoire. Les chauffeurs privés acceptent parfois de faire des semi-longues distance mais cela n’arrive que rarement et les prix deviennent alors exorbitants. De manière générale, ils proposent d'effectuer des trajets relativement courts. Les VTC pourraient ainsi vous être bien utiles pour vous rendre à vos rendez-vous, pour vos trajets domicile-travail ou encore pour vos salariés. 

Chauffeur Privé, le petit français

Devancé par Uber, Chauffeur privé a tout de même su convaincre et développer une base client relativement large. Le nombre de ses réservations fait de lui le numéro 2 chez les VTC. Et durant la grève, comme l’ensemble des transports alternatifs, les réservations ont eu tendance à se multiplier et sa campagne publicitaire à tomber au bon moment. L'entreprise a préféré communiquer sur son côté français pour contrer l’avancée d’Uber. L’argument du fameux « made in France ». 

La grève touche bon nombre de Français et certains dirigeants se voient dans l’obligation d’annuler des rendez-vous ou de travailler depuis chez eux. C’est aussi le cas de leurs salariés et, sur le moyen terme, l’activité de l’entreprise pourrait bien se voir impactée. Mais, comme vu précédemment, des solutions existent, alors, n’hésitez pas à les exploiter ! 

Donnez une note à cet article