Suivre le business florissant de l’amour 2.0

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     16/03/16    
suivre business florissant amour

Les sites spécialisés et les applications mobiles dans la recherche de l’âme sœur n’ont cessé de se multiplier au fil des dernières années. Focus.

Selon une étude de l’Insee, en France, en  2011, 22,4 millions de personnes  majeures ne vivaient pas en couple. Au total, ce chiffre représente 42,3 % de la population française, âgée de 18 ans et plus, en croissance depuis 1982. Si à l’époque de nos parents, les rencontres amoureuses se déroulaient sur les bancs de l’école, l’arrivée d’Internet dans les années 2000 a bouleversé ce schéma. 

Un marché en forte croissance

La France compte aujourd’hui plus de 2000 sites de rencontres en ligne. Le marché hexagonal reste dominé par quatre acteurs majeurs que sont Meetic, eDarling, AdopteUnMec et Attractive World. Au total, le marché de l’amour 2.0 atteindrait entre 150 et 200 millions d’euros. Tous ces sites misent d’ailleurs sur la Saint-Valentin pour engranger de nouveaux clients. Pour Meetic, le 14 février représente ainsi 20 % d’inscriptions de plus qu’un autre jour. Il ne correspond pas au site le plus visité ce jour. Selon une étude d’Openoox, il n’est arrivé que sixième cette année et c’est au contraire le site Onvasortir.com qui est arrivé en tête des plateformes de rencontre en matière de fréquentation pour la Saint-Valentin en 2015.

Des stratégies marketing spécifiques

Dès sa création, le pionnier des sites de rencontres Meetic a décidé de se positionner sur le couple, avec pour objectif d’attirer autant de femmes que d’hommes sur sa plateforme. Une stratégie gagnante puisque sur ses 840 000 abonnés fin 2013, le site se rapprochait déjà de la parité. Le site allemand eDarling focalise quant à lui sa stratégie sur les tests de personnalités afin que ses utilisateurs rencontrent des profils qui leur correspondent, plutôt que d’être mis en relation avec l’ensemble des abonnés. Attractive World affiche fièrement son slogan « pour célibataires exigeants » et se positionne ainsi sur un marché haut de gamme avec sélection à l’entrée. L’objectif du site ne demeure pas de proposer des rencontres d’un soir mais de se positionner dans la durée de la relation amoureuse. Dans le même registre s’est développé le site Elite Rencontre dont un des critères d’inscription est le niveau d’étude. Les diplômés de l’enseignement supérieur y représentent 67 % des inscrits. La plateforme web AdopteUnMec mise sur une communication décalée. Le logo met en scène une femme poussant un caddie de course avec un homme à l’intérieur.

La question du financement

Comment ces sites parviennent-ils à se financer ? Certains passent par des levées de fonds, à l’image d’Attractive World, qui en a réalisé quatre depuis sa création en 2007. La dernière en date remonte à mai 2010. L’entreprise avait alors levé 1 million d’euros. Outre les levées de fonds, pour arriver à l’équilibre, les sites de rencontres doivent générer une audience et un taux d’inscription important. Dans cette optique, ils utilisent fortement le canal publicitaire, au point d’y consacrer près de 50 % de leur chiffre d’affaires. Meetic a lancé une nouvelle campagne de communication pour l’année 2015 basée sur le hashtag #LoveYourImperfections avec pour slogan « si vous n’aimez pas vos imperfections, quelqu’un les aimera pour vous ». Partant du postulat que les contes de fées n’existent pas, le leader européen espère attirer de nouveaux clients. Le site AdopteUnMec.com mise sur le fait d’avoir attiré plus de 10 millions de personnes depuis sa création pour générer encore plus d’inscriptions. 

Le boom des applis mobiles

Avec l’arrivée des smartphones, l’amour 2.0 a aussi pris la forme d’applications mobiles diverses et variées, afin de séduire un consommateur de plus en plus mobile et connecté. Selon une étude, 91 % des mobinautes auraient déjà téléchargé au moins une application de rencontres. En 2013, l’utilisation des applications mobiles avait déjà augmenté de 115 % et le secteur des relations amoureuses n’échappait pas à la règle. Les sites Internet de rencontres ont d’ailleurs tous misé sur une stratégie multi-canal. Pour preuve, 40 % de l’activité de la marque créée par Marc Simoncini, fondateur de Meetic, s’effectue via l’application. De nouveaux acteurs présents uniquement sur smartphones émergent. C’est le cas de l’application Tinder, née aux états-Unis en septembre 2012. Elle peut compter sur plus de 2 millions d’utilisateurs en France. La volonté de cette application est de revenir à un critère de sélection simple : le physique. En France, l’application Happn s’est construite sur le même modèle il y a maintenant un an. Elle comporte aujourd’hui 1,6 million d’utilisateurs dans le monde parmi lesquels 420 000 dans l’hexagone.

L’émergence de sites spécialisés

Si les sites emblématiques du secteur s’adressent à un large public, des plateformes spécialisées émergent depuis quelques années. La PME mektoube.fr s’adresse en particulier à la communauté Maghrébine. Créée en 2006, elle peut se targuer d’avoir enrôlé plus de 2 millions de célibataire. Qu’il s’agisse de religion avec le site theotokos.fr, site de rencontre pour chrétiens ou de loisirs avec le site Vinealove.com pour les amoureux du vin et Geekmemore.com pour la population dite « geek », tout le monde y trouve son compte. La communauté homosexuelle n’est pas en reste : de nombreux sites existent et l’application Grindr, spécialisée dans les rencontres gays, compte plus de 260 000 abonnés en France. Au vu de cette fragmentation, le secteur de la rencontre atteint-il ses limites ? Certains entrepreneurs ont décidé d’adopter un positionnement innovant. C’est le cas de Matthieu Banas, cofondateur du site netdatingassistant.com qui propose un nouveau concept dans le secteur du dating. À travers sa plateforme, l’utilisateur peut déléguer à des experts le processus de séduction en ligne. Le site mise avant tout sur la réalité des rencontres qui détermineront l’avenir matrimonial du consommateur.

Donnez une note à cet article