Les success story de 2018, les chouchous de 2019

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     01/01/19    
success story 2018 chouchous 2019

Au fil de l’année 2018, Dynamique mag a rencontré des entrepreneurs à succès. Quel que soit leur âge, leur secteur, qu’il soit un homme, qu’elle soit une femme, c’est la même envie d’entreprendre qui les habite. Leur capacité à s’intéresser au monde qui les entoure, à écouter mais aussi leur passion de partager avec les autres les a conduits sur le chemin de la réussite et en 2019, ils vont nous étonner et même vous subjuguer, la rédaction de Dynamique en est convaincue.

« Augmenter l’Homme de demain », l’ambition d’un entrepreneur bio-inspiré

William Eldin n’a qu’une idée en tête et personne ne l’en détournera, à seulement 30 ans,  : « augmenter l’Homme de demain ». Bio-inspiré, l’ex-associé de Coyote (assistant à la conduite communautaire), s’est lancé, avec son ami d’enfance, Damien Mulhem, dans un projet qui lui tient à cœur, XXII Group. Deux ans après sa création, l’entrepreneur ne cache pas son optimisme et ses ambitions. 

La « conduite du changement » comme gage de réussite

Éric Paumier, coprésident d’Hopps Group, spécialisé dans les médias de proximité, les services et la gestion du premier et du dernier kilomètre, mène avec succès ce qu’il appelle la « conduite du changement ». Aux côtés de Frédéric Pons et de Guillaume Salabert, le cofondateur de Colis Privé est devenu, au fil du temps, spécialiste du redressement d’entreprises.

« Transformer la vie collective », l’objectif d’un entrepreneur engagé

Jean-François BENSAHEL, Président de DSOgroup, société de service spécialisée en relation financière client, souhaite donner du sens à la vie collective en mettant la relation au cœur de son projet d’entreprise. Le serial entrepreneur, qui prévoit de doubler la croissance du groupe d’ici à 2020, partage avec nous sa passion de bâtir. 

L’entrepreneur qui a su développer son entreprise lentement mais sûrement !

Bruno Bourrigault, cofondateur avec Lotfi Youcefi de Speed Burger, n’a pas perdu son franc-parler. L’enseigne, considérée comme précurseur du métier de « livraison de burger à domicile », affichait déjà un chiffre d’affaires 2016 de 26 millions d’euros. La marque compte une cinquantaine de points de vente et emploie plus de 1 000 personnes dans le réseau. Et elle ne compte pas en rester là.

Faire de l’immobilier, au sens large !

Éric Duval fait partie de la génération des entrepreneurs formés sur le tas. Il a fait ses premiers pas dans l’entreprise familiale et aujourd’hui, il est à la tête d’un groupe de plus de 3 500 salariés, réalisant plus de 700 millions d’euros de chiffre d’affaires. Spécialisé dans l’immobilier depuis sa création, en 1994, le Groupe Duval ambitionne de faire de ses sociétés les leaders de leurs marchés. Et le pari semble en passe d’être relevé.

Le déménagement d’entreprises, un réseau familial ?

Entreprendre est une possibilité que Frédérique Dorso avait, depuis toujours, envisagé. La dirigeante de Miotto Transfert a, finalement, sauté le pas et repris l’entreprise de déménagement de ses parents. Même si les quarante ans d’existence de la firme et son réseau prouvent aujourd’hui que famille et entrepreneuriat peuvent faire bon ménage, Frédérique Dorso veille à ne pas mélanger les deux pour assurer un avenir pérenne.

La fleuristerie : un domaine à entreprendre avec passion !

« Des produits aux tons blancs et poudrés, pour Dior ! », lance Gilles Pothier, président d’Interflora France, du fond de sa boutique. Pour ce passionné de la fleuristerie, sacré Meilleur Ouvrier de France en 1994 et Champion du monde en 1997, s’économiser ne fait pas partie de ses lignes de conduite. 

OpenWork, le « future of work », aujourd’hui !

S’étant jeté une première fois à l’eau à seulement trente ans, Jean-Hugues Zenoni connaît bien l’univers entrepreneurial. Cette fois, il n’est pas seul dans le bateau et son cap dépasse l’individu. Le dirigeant voit plus grand et s’attaque au collectif. Pour lui, OpenWork, c’est avant tout changer le monde du travail.

Aircall révolutionne la téléphonie d’entreprise 

Il n’y a pas d’âge pour entreprendre… À 31 ans, Jonathan Anguelov a créé, avec trois autres associés, Aircall. Alors qu’il a récemment levé 25 millions d’euros, le système de téléphonie d’entreprise 100 % Cloud vise la première place. Son ambition : atteindre une valorisation à un milliard de dollars et rejoindre le club des licornes.

Devenir le numéro un dans les services numériques

Créateur d’entreprises et d’associations, ancien vice-président du Medef, auteur d’ouvrages sur la thématique, Thibault Lanxade cultive, depuis une vingtaine d’années, une véritable passion pour l’entrepreneuriat. À 47 ans, il s’est lancé un nouveau défi en reprenant les rênes de Jouve, spécialisé dans les services numériques pour les entreprises et institutions. Son objectif : faire du groupe le leader de son secteur.

Yapuka, une entreprise qui forme les jeunes à la réussite

Sandra le grand, Co-fondatrice de Yapuka avec Valérie Falala. Après la success story kalidea. Une belle preuve que lancer une nouvelle entreprise à 50 ans est loin porteuse d’une nouvelle énergie. Parce qu’elle en avait profondément envie, une envie plus forte que le salaire, le confort de vie, la voiture de fonction ou le statut professionnel ! Depuis quelques années déjà, l’idée de créer l’habitait. Et puis, en 2000, elle assiste au bouillonnement d’Internet et regarde un reportage à la télévision sur des jeunes qui lèvent 5 millions de francs pour créer leur boîte. Cela a été son déclic.  « Plusieurs années après, j’ai concrétisé mon rêve. Il n’y a pas d’âge pour créer. ».

Donnez une note à cet article