Stop aux idées recues sur les RP !

Cédric Phojo     29/11/12    
Bien souvent mal perçu, le métier d’attaché de presse est obscur pour de nombreuses entreprises. Au final ce sont des idées reçues qui se sont crées. Nous reviendrons donc sur 5 grandes idées reçues qui vous permettront de mieux comprendre notre métier.

1. Les relations presse c’est simple…

Au cours de mes différents networking et de mes rencontres professionnelles je me suis souvent retrouvé en face de personne me disant la phrase suivante : “Les relations presse c’est simple!Il suffit d’envoyer un communiqué puis de rappeler” Si comme ces personnes vous pensez cela, sachez que vous faites fausse route et que le métier est beaucoup plus complexe qu’il n’y parait. Au delà des envois de communiqués de presse et des fameuses relances téléphonique, les relations presse s’intègrent dans une stratégie de communication qui impliquent la conception, la rédaction, la diffusion d'informations, le traitement d'articles de fond, les RDV avec la presse, l'organisation d'événements presse, mais aussi et surtout une relance quasi-quotidienne. En gros c'est un travail de longue haleine qui demande du dévouement, de la réactivité et une grande dose d’inventivité.

2. Quand un journaliste dit “Je le garde sous le coude” cela signifie qu’il va en parler rapidement…

Quand votre chargé de relations presse vous dit que “le concept a plu au journaliste X et qu’il le garde sous le coude », nous vous voyons jubiler dans tous les sens en nous demandant « quand va-t-il en parler ? » A cela nous vous répondons la suivante : “Je le garde sous le coude” signifie que je le journaliste range votre communiqué jusqu’à ce qu’il trouve l’angle pour pouvoir l’utiliser! Alors ne nous demandez pas de le rappeler pas chaque semaine car nous risquerions au final de l’exaspérer, de perdre le relationnel en cours de création et au final louper une éventuelle parution.

3. Plus j’ai des retombées presse, plus je vends…

Je vais casser un mythe mais les retombées presse ne vous feront pas vendre plus, cependant elles permettront de renforcer votre notoriété, ce qui vous donnera une meilleure visibilité auprès de votre public. Au final vous vendrez mais il vous faudra attendre une bonne année avant d’obtenir ce retour naturel. Voyez les RP un peu comme un marathon et non comme un sprint !

4. Quand un journaliste parle de l’un de vos concurrents, il se doit de faire la même chose pour vous…

Oh grand malheur, mon concurrent est passé dans la presse et pas moi ! Vous demandez à votre Chargé des relations presse d’en informer le journaliste et de le motiver à parler également de vous. Encore une fois le journaliste est le décideur final et si il n’a pas souhaité présenter votre service c’est peut-être qu’il avait une raison. Détendez-vous et passez à la suite, car rappelez-vous que le journaliste n’est pas un publicitaire !

5. Les attachés de presse ont des obligations de résultats…

Accrochez-vous bien à vos fauteuils car certain d’entre vous vos tomber des nus en lisant ce qui suit. Nous ne sommes tenus à aucune obligation de résultat, car croyez-le ou pas, nous n’avons pas le contrôle sur les medias. Nous communiquons une information et suscitons l’intérêt lors de nos échanges téléphoniques, mais au final, ce sont les rédacteurs et les journalistes qui ont le dernier mot. Chez Eyes Wide Communication, nous ne promettons pas X retombées en X temps car nous n’avons aucun moyen de tenir ces engagements, cependant nous avons une obligation de moyen, c’est-à-dire que si l’on choisit de travailler avec vous, c’est parce que nous croyons pleinement en votre projet, et que nous donnerons le maximum pour que notre travail porte ses fruits en votre faveur.

Vous l’aurez donc compris, les relations presse sont complexes et elles demandent de la rigueur, de la patience et une grande confiance en son chargé des relations presse. Si vous avez d’autres questions, toute l’équipe d’Eyes Wide Communication se tient à votre disposition pour vous épauler sur vos problématiques.