Ces start-up qui surfent sur le monde politique

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     06/02/16    
startup surfent monde politique

Acteurs à part entière de l’univers du numérique, les start-up profitent également de l’influence du monde politique. De nombreux entrepreneurs ont en effet innové depuis quelques années en proposant une autre vision de la politique, soit en surfant sur la sphère du crowdfunding et des réseaux participatifs, soit en modernisant la vision du grand public de la politique. Quelles sont alors ces start-up d’avenir liées au monde politique ?

Un modèle de démocratie participative

Profitant des avantages de la dématérialisation et de la succession de blogs à caractère politique, les entrepreneurs font preuve d’imagination et de créativité pour proposer des start-up innovantes liées à l’univers du politique. Copiés sur le modèle de la démocratie participative et du référendum populaire, de nombreux sites, entreprises et blogs en ligne émergent : Voxe, ClicknSign, Vote&Vous, Jaidemaville,… Concernés par la politique et l’impact du vote, les citoyens disposent alors de relais idéaux grâce aux réseaux sociaux et aux entrepreneurs de la politique. C’est ainsi l’occasion de profiter de plateformes inédites telles que celles fournies par l’application Gov-App. Fondé par deux jeunes entrepreneurs, Bobby Demri et Pierre-Alexandre Teulié, le site propose aux férus de la politique de donner son avis citoyen sur les candidats de la classe politique. Disponible sur l’Apple Store et GooglePlay, Gov-App révolutionne quelque peu la façon d’aborder la politique.

Les Hommes politiques se mettent aussi à l’entrepreneuriat

Surfant sur la vague technologique, de nombreuses personnalités politiques envisagent de posséder leur propre start-up. C’est ainsi le cas de l’ancien ministre Alain Juppé, qui a lancé un appel d’offres pour promouvoir une plateforme en ligne de communication. Mobiliz.me a en effet remporté les suffrages de l’actuel maire de Bordeaux pour sa future campagne des primaires, et est alors chargée d’établir la campagne du candidat sur les réseaux sociaux. Le lien déjà fort entre le monde numérique et le monde politique se renforce encore un peu plus, comme le démontre la start-up Ymagyn spécialisée dans les solutions digitales cross-canal. Cette dernière compte dans ses rangs Christian Estrosi, le maire de Nice et de sa région. A l’inverse, des entrepreneurs se mettent eux aussi à la politique. Se voulant également la start-up qui veut bouleverser le monde politique, Nous Citoyens est l’actuel projet de Denis Payre. Entrepreneur à succès, celui-ci possède comme objectif de redonner la parole aux individus. Le collectif Nous Citoyens œuvre ainsi en faveur d’un univers politique plus responsable dont les citoyens seraient au centre des décisions.

Favoriser une démarche citoyenne

Surfant sur la politique gouvernementale qui prône une économie numérique participative, les start-up se développent en proposant de nouveaux modèles économiques. Ainsi, le HUBFORUM 2015 animé par Vincent Ducrey le co-fondateur du HUB Institute, a reçu la Secrétaire d’Etat Chargée du Numérique Axelle Lemaire qui désire encourager la création de start-up à forte valeur ajoutée. Alliant les avantages du crowdfunding et de l’économie participative, les start-up de la tendance du « social good » fleurissent également. Œuvrant en collaboration avec les ONG, celles-ci favorisent la prise de conscience des citoyens en faveur d’un monde plus égalitaire. Charity Miles, Sleio ou encore Goodeed, sont des start-ups qui alliées aux réseaux sociaux sont chargées de relayer un message citoyen et plus responsable. Les relais voulus par les entrepreneurs permettent ainsi d’allier les avantages des blogs et la mise en relation de tous les citoyens entre eux. Susciter le débat semble alors une tendance qui s’inscrit dans une démarche citoyenne en faveur d’une politique plus juste.

Donnez une note à cet article