Se servir de l’Information Technology pour repenser le recrutement

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     19/05/17    
servir information technology repenser recrutement

À 35 ans, Matthieu Le Clech a cofondé Pragmatan, avec l’aide de son associé, Tan-Huy Nguyen. Autofinancés afin de « rester libres », ils revoient le concept même du recrutement.

Quel est votre parcours (estudiantin, professionnel et personnel) avant la création de votre entreprise ?

Pur Auto-didacte. À mes 20 ans, j’étais technicien help-desk puis j’ai évolué en tant que consultant mobilité, commercial en ESN puis ingénieur d’affaires chez un éditeur de logiciel pendant quatre ans. C’est à la suite de cette expérience que j’ai co-fondé Pragmatan, en 2013, avec mon associé Tan-Huy Nguyen.

Quand avez-vous créé votre propre entreprise ? Dans quel secteur ? Et surtout, pourquoi (anecdote, déclic) ?

Nous avons créé Pragmatan en mars 2013. Nos expériences passées ont mis en avant différentes problématiques liées au recrutement dans l’IT (Information Technology). Notre envie d’entreprendre et notre bagage en ESN nous a poussé à nous engager dans cette voie et à envisager le recrutement d’une manière nouvelle. Nous nous sommes donc spécialisés dans le recrutement IT sous deux formes. Premièrement, le recrutement au succès (profil technique et commercial) pour les éditeurs de logiciel, les ESN et les intégrateurs. Deuxièmement, une partie prestation de services avec de la délégation de recruteurs chez nos clients (ESN, éditeurs de logiciels et intégrateurs).

Pouvez-vous me donner les chiffres de votre entreprise (date de création, nombre de salariés, chiffre d’affaires…) ?

Date de création : 19 Mars 2013 

Nombre de salariés : 35

CA : 320K€ en 2015, 800K€ en 2016. Les prévisions pour 2017 se situeront entre 1,5M et 2M€.

Que représente l’entrepreneuriat pour vous ?

Pour moi, l’entrepreneuriat c'est le dépassement de soi, la capacité à innover et une adaptabilité constante.

Quelles ont été les principales difficultés rencontrées ? Et inversement, les principales satisfactions ?

La première difficulté que nous avons rencontrée, et pas des moindres, a été de se faire connaître. Comme toute entreprise qui se crée, il est difficile de se faire sa place. Mais ce n’est pas tout… Une fois que vous avez un nom, il faut faire ses preuves auprès des clients pour leur permettre de vous faire confiance.   

J’ai pu acquérir une méthodologie et une rigueur sans précédent. Ces qualités m’ont permis de mettre le client au cœur de notre business model, ce qui constitue une véritable satisfaction.

Comment vous êtes-vous financé ?

Nous avons choisi l’autofinancement pour être libres dans nos choix stratégiques.

Comment conciliez-vous vie professionnelle et vie personnelle ?

Exercer un métier qui vous passionne est souvent accaparant. J’accorde beaucoup de temps et d’énergie dans mes tâches professionnelles. Le peu de temps que j’accorde pour le reste, j’essaie d’en faire des moments privilégiés. Ma famille m’apporte beaucoup de réconfort et le sport (foot) me permet de relâcher la pression. Ce sont deux facteurs à ne pas négliger, c’est un conseil.

Avez-vous une anecdote à partager ?

La façon dont nous avons monté Pragmatan n’est pas anodine. J’ai rencontré Tan dans le cadre du travail et nous sommes restés en contact. Concernant la création de l’entreprise, je lui ai juste envoyé un texto en lui proposant de créer un business avec moi, la réponse a été sans appel. Je garderais toujours à l’esprit le premier jour de création de l’entreprise. Nous nous sommes retrouvés chez Tan, on ne savait pas du tout par où commencer, c’était déstabilisant et mémorable à la fois.

Quel conseil donneriez-vous à un entrepreneur qui se lance pour réussir ?

Ne jamais lâcher et bien dormir ! (rire)

Quelles sont les perspectives d’avenir pour votre entreprise ? Pensez-vous vous développer à l’international ? Pensez-vous à effectuer des levées de fonds ?

Nous espérons un gros développement de l’activité de délégation de recruteurs et également de l'activité cabinet de recrutement. Si cela se passe comme nous espérons, nous aurons entre 40 et 60 salariés d’ici un an. En ce qui concerne l’international, nous avons des clients qui demandent un accompagnement à Londres et aux USA. Un jour, nous pourrions nous développer dans ces pays. En attendant, nous préférons nous concentrer sur la France. Nous ne voulons pas nous éparpiller de manière inconsciente. 

Effectuer des levées de fonds n’est pas d’actualité mais nous ne fermons pas la porte aux opportunités !

Vous pouvez visiter son site internet sur : www.pragmatan.com

Donnez une note à cet article