A quoi ressemblera la banque de demain ?

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     10/09/15    
quoi ressemblera banque demain

Alors que seulement 1 français sur 5 se rend à sa banque une fois par mois, le secteur bancaire est condamné à évoluer et à changer ses habitudes. La dématérialisation des services et l’avènement du numérique participent à ce changement. A quoi ressemblera la banque de demain et quel sera l’impact sur le consommateur ?

La dématérialisation progressive des services bancaires

D’après l’étude Audirep pour BforBank de mai 2015 (voir plus bas l’infographie), aujourd’hui 1 français sur 10 client se déclare avoir une banque en ligne et 42% de ces particuliers qui la signalent comme banque principale, le futur de la banque semble tout tracé. La dématérialisation des services bancaires semble en effet la règle depuis quelques années, avec de moins en moins de guichets et de présence physique des banques traditionnelles. Le rythme de disparition des agences bancaires est actuellement de 2 à 4% par an, et nul doute qu’à terme celles-ci pourraient appartenir au passé. Les chiffres montrent par ailleurs que 44% des français déclarent ne pas recommander leur banque actuelle à leurs proches, ce qui prouve à quel point l’avenir du secteur bancaire tend de plus en plus vers la dématérialisation des services et produits bancaires.

La banque en ligne plébiscitée pour ses économies

A l’image de nombreux secteurs de la finance mais aussi de commerces traditionnels, la désertification touche le secteur de la banque. La disparition progressive des guichets et établissements en zone rurale pose un énorme problème pour les consommateurs. Les banques en ligne viennent alors sérieusement concurrencer les banques classiques voire les remplacer en partie. Une évolution logique quand on sait que l’ouverture d’un compte bancaire sur Internet offre de nombreux avantages pour les clients : économies non négligeables (les ménages payent environ 20% de moins sur leurs cotisations annuelles), simplification de toutes les démarches administratives mais surtout gratuité de nombreux services et accès en libre-service toute l’année…

L’avènement des nouvelles technologies de paiement bouleverse le système bancaire

Le banquier du futur devra également s’adapter au changement d’habitudes des ménages en matière de paiement. Si la carte bancaire reste le moyen de paiement le plus utilisé aujourd’hui, il faut désormais compter avec de nouveaux acteurs des nouvelles technologies du numérique et de l’information.

1. Applications, plateformes en ligne et nouvelles monnaies
Tablettes tactiles et smartphones sont désormais des outils massivement utilisés par les consommateurs, même pour payer leurs achats avec des applications comme Lydia ou Paybyphone par exemple. Paiement sans contact, reconnaissance d’empreinte digitale, vocale et bientôt faciale, un smartphone peut désormais servir aisément de terminal et de relais de paiement. Par ailleurs, les internautes utilisent de plus en plus les plateformes de paiement en ligne comme Paypal. Enfin, de nouvelles monnaies comme le Bitcoin apparaissent et bâtissent de nouveaux réseaux de paiement directement utilisables par les consommateurs.

2. Les géants du web s’y mettent
Toutes les multinationales du Web 2.0 se mobilisent également pour encourager cette tendance, et les géants de l’internet apportent leur lot d’innovation en ce qui concerne les méthodes de paiement. Avec leurs systèmes Apple Pay et Google Wallet, Apple et Google emboîtent le pas à cette évolution, en visant à simplifier et sécuriser les paiements en ligne et dans les commerces traditionnels. 

Indéniablement, la révolution du numérique est en marche et profite aux ménages qui ont désormais accès à de nouveaux moyens de paiement facilement accessible et entièrement sécurisés. Une concurrence supplémentaire pour les acteurs bancaires traditionnels, qui ont tout intérêt à se réinventer pour satisfaire la demande d’un client de plus en plus exigeant et enclin à utiliser les nouvelles technologies.

banque en ligne
Donnez une note à cet article