Psychologiquement, comment gérer la nécessité de changer de business model ?

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     05/10/15    
psychologiquement comment gerer necessite changer business model

Avec l’évolution rapide des marchés, les sociétés ont l’obligation de s’adapter sous peine de perdre du terrain. Dans ce contexte, changer de business model est un choix difficile mais souvent nécessaire. Pour les entrepreneurs, quelles sont donc les méthodes à appliquer pour faire accepter ce changement par leurs équipes et leurs partenaires ?

S’approprier le changement

Dans l’optique d’un changement de business model, quelle que soit la taille de l’entreprise, fédérer les salariés est une étape indispensable pour que le nouveau modèle économique prôné porte ses fruits. Changer les mentalités peut apparaître comme un frein ou une contrainte : les entrepreneurs devront donc faire preuve de volontarisme pour présenter cette innovation comme une opportunité. Ce processus doit offrir à chaque employé les moyens d'en devenir acteur et non spectateur. En permettant aux salariés d’explorer de nouvelles possibilités, les dirigeants les impliquent ainsi pleinement dans le changement de business model.

Repenser la politique managériale

L’innovation de modèle économique se heurte très souvent à des difficultés au niveau des personnes en charge du management. Elle peut avoir du mal à s’imposer face à l’immobilisme des cadres ou aux rapports de force en interne. Il apparaît alors nécessaire de développer une communication adéquate, mettant le changement au cœur du projet de l’entreprise : les équipes doivent comprendre que développer de nouveaux produits est inutile si l’organisation de la société n’est pas repensée.

Dépasser le cadre du produit

Pour parvenir à se réinventer avec succès, l’entreprise doit dépasser les idées reçues, notamment celle qui veut que le produit soit roi. Lorsqu’un marché évolue, le produit n’est plus maître, quelle que soit l’histoire de l’entreprise dans son secteur. Leader du domaine des baladeurs musicaux, Sony a aujourd’hui totalement disparu du marché pour s’être entêté à commercialiser des Walkmans alors que le numérique prenait le dessus avec l’iPod d’Apple. Toutes les forces de l’entreprise doivent assimiler qu’il est crucial d’être en accord avec les évolutions actuelles.

Voir plus loin que les contraintes initiales

Dans de nombreux cas, le virage pris par la société est de courte durée. Aux premières difficultés, les dirigeants préfèrent revenir à leur modèle traditionnel. La raison la plus souvent invoquée est d’ordre technique. Les départements informatiques ne souhaitent pas repenser tout leur système pour s’adapter au nouveau modèle économique. Les enjeux sont tels qu’il est nécessaire de passer outre ces réticences. Des moyens doivent être mis en place afin de faire franchir le cap psychologique du changement aux salariés les plus directement touchés au quotidien.

Envisager les retombées à long terme

Un autre frein récurrent est la peur du risque de cannibalisation. En effet, les changements adoptés peuvent affecter une source de revenus notable de l’entreprise. C’est ce qui a poussé Kodak à ne pas prendre le virage du numérique, de crainte de voir diminuer ses bénéfices dans le développement des films photos : un choix catastrophique, qui a causé la perte de l’entreprise. Même si les décisions prises diminuent les revenus perçus à court terme, le changement ne doit pas être remis en question. Les entrepreneurs devront donc savoir mettre en avant l’énorme potentiel économique à long terme que recèle toute évolution.

Donnez une note à cet article