Se protéger d’un accident ou d’un vol

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     06/10/17    
proteger accident ou vol

On n’y pense pas toujours mais un accident tel qu’un incendie, une inondation ou encore un vol de marchandise, peut survenir et altérer la suite des évènements pour votre entreprise. Pour prévenir ces éventualités qui s’avèrent plus fréquentes qu’on ne l’imagine, souscrire une assurance peut représenter une bonne option.

Trois grandes familles de risques

Dans le cadre de l’entrepreneuriat, trois grandes familles de risques existent. La première concerne les dommages que pourrait subir l’entreprise en cas de sinistre. Ceux-ci sont principalement couverts par l’assurance des biens de l’entreprise ou l’assurance perte d’exploitation. D’un autre côté, il y a les dommages qu’elle pourrait causer aux autres et qui sont couverts par l’assurance de responsabilité civile. Cette assurance s’avère d’ailleurs obligatoire pour un certain nombre de professions. Troisième catégorie, les risques liés aux personnes. Ils concernent aussi bien le dirigeant d’entreprise que ses collaborateurs. Parmi eux, comptent la maladie, l’invalidité ou le décès. Des contrats dits de prévoyance couvrent ce type de cas tels que l’assurance santé, les contrats décès ou d’invalidité, ou encore la constitution d’une retraite complémentaire.

Que doit-on assurer ?

D’un point de vue légal, il faut savoir que certaines assurances demeurent obligatoires. Celles-ci sont imposées par le biais de convention collective ou simplement par l’exercice de votre métier. A titre d’exemple, on observe la responsabilité décennale pour les professionnels du bâtiment ou l’assurance de responsabilité des véhicules. Ce n’est toutefois pas parce que certaines ne sont pas obligatoires qu’elles ne sont pas indispensables, au contraire. Les assurances liées aux risques de responsabilité en font partie puisqu’ils sont, par nature, difficilement quantifiables. Quel que soit votre secteur d’activité, vous n’êtes pas à l’abri de ce type de risques. Pour s’assurer correctement, vous devez impérativement analyser et évaluer ceux rattachés à votre activité. Devant être réalisée au plus tôt, cette opération vise à établir la nature des risques encourus ainsi que leurs conséquences financières, de la façon la plus précise possible. De là, vous pourrez définir les niveaux de risques que l’entreprise pourra prendre à sa charge, dans le cas où elle s’avère responsable, et ceux qui doivent être pris en charge par l’assureur.

La responsabilité civile d’exploitation

L’assurance dite « responsabilité civile d’exploitation » couvre les dommages causés par l’entreprise du fait de son activité. Il peut s’agir de dommages corporels, matériels ou immatériels, subis par un tiers (clients, simples visiteurs). Ce type de dommage peut engendrer des conséquences financières importantes et peut survenir dans n’importe quel secteur d’activité. Notez néanmoins que la plupart des contrats offrent en garantie de base la responsabilité délictuelle ou quasi-délictuelle mais pas celle contractuelle. Cette dernière est souvent prévue dans le cadre d’une extension de garantie.

L’assurance « perte d’exploitation »

Cette typologie d’assurance a pour but de surmonter les difficultés financières causées par un sinistre. En cas de catastrophe naturelle comme un incendie ou une inondation, la durée de reprise d’activité peut s’avérer assez longue (temps de reconstruction, de réinstallation). Ces incidents peuvent entraîner une baisse considérable du chiffre d’affaires voire interrompre l’activité pendant un temps. De fait, ils placent le dirigeant dans une posture délicate sachant que les charges continuent à courir. En plus du remboursement des biens détruits, le versement d’une indemnité par l’assurance peut ainsi constituer le bon moyen de dépasser la situation. Des frais supplémentaires tels que la location de matériel ou de locaux temporaires ou des actions publicitaires pour recouvrer une partie de la clientèle peuvent également s’ajouter à la prise en charge.

L’assurance de protection juridique

S’occupant des problèmes juridiques et administratifs auxquels un dirigeant peut être amené à faire face, l’assurance de protection juridique regroupe plusieurs options. Des informations sont transmises par téléphone par des juristes dans le souci de prévenir des litiges. Si cela ne suffit pas et qu’un litige survient, une équipe de juristes s’affaire à trouver une solution amiable et un réseau d’experts appuie le dossier. Des moyens financiers sont également prévus, notamment ceux liés aux frais d’expertise. Enfin, l’assurance se charge de défendre l’entreprise devant les tribunaux en cas de procès inéluctable. Dans ce cas de figure, le contrat définit la limite des frais pris en charge par l’assureur (frais d’avocat, frais d’huissier de justice, frais d’expertise,…). à vous de définir, hormis ceux obligatoires, les types d’assurance auxquels souscrire selon vos besoins. 

Donnez une note à cet article