Pratiques collaboratives inter-entreprises : un nouveau modèle économique ?

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     10/01/18    
pratiques collaboratives inter entreprises nouveau modele economique

Article sponsorisé par MMA

Ces dernières années, les pratiques collaboratives ont envahi le monde des entreprises, tous secteurs d’activité confondus. Prêts de locaux, de matériel ou même emprunts… Le phénomène, porté par le web et ses plateformes numériques, est devenu un véritable modèle économique. Explications.

Facilité par internet et ses plateformes digitales, le phénomène des pratiques collaboratives touche de plus en plus d’entreprises en France. De leur point de vue, cette mise en réseau de biens et ressources offre de nombreux avantages comme la possibilité de réaliser des économies. Près d’une TPE (entreprise de moins de dix salariés, ndlr) sur quatre a déjà prêté ou emprunté à une autre, révèle une étude menée en septembre 2017 par MMA auprès de 436 professionnels et artisans. En tête de liste, les locaux, bureaux ou ateliers, suivis de l’équipement et du matériel. Si cette pratique s’est effectuée à titre gratuit dans 73 % des cas, elle concerne, principalement, les entreprises installées dans des villes de plus de 100 000 habitants. Ces championnes du collaboratif se situeraient davantage dans le Sud et Sud-Ouest de l’Hexagone, toujours selon l’enquête, et les dirigeants auraient, quant à eux, en moyenne, entre 35 et 49 ans. Reste à savoir quels en sont les principaux enjeux.

Le collaboratif : un double enjeu

Dans le top 3 des avantages des pratiques collaboratives évoqués par les TPE, se classent les économies, la souplesse et la réactivité, ainsi que les bonnes relations. En plus de permettre un gain d’argent, le prêt ou l’emprunt réalisé entre deux professionnels améliore, bien souvent, leur efficacité. La mise rapide à disposition des moyens nécessaires à leur activité constitue un atout de taille. Sans compter que cette pratique favorise, naturellement, l’élargissement de leur réseau à travers la rencontre de nouveaux profils.

Malgré tout, un certain nombre de craintes pourraient bien freiner le développement des pratiques collaboratives, comme l’explique l’enquête effectuée par MMA. 54 à 72 % des TPE se sentent, insuffisamment, couvertes en cas de dommages et 15 % manquent de confiance en leurs partenaires. Conséquence : 65 % estiment qu’une assurance spécifique s’avère nécessaire pour couvrir le prêt de locaux ou de matériel. Un constat renforcé par le fait que près de 40 % d’entre elles affirment qu’elles partageraient davantage si elles détenaient la certitude d’être couvertes par leur assurance. C’est ainsi, par exemple, que pour répondre à ces besoins, l’assureur MMA a, pris soin de faire évoluer certaines de ses offres telle que celle dédiée à l’« Assurance collaborative multirisque », à destination des professionnels.

Partager ses bureaux plutôt que recourir à la location

Deuxième poste de dépense après les salaires, les locaux représentent, souvent, une charge difficile à supporter. Un constat d’autant plus vrai pour les entreprises qui viennent de se lancer et dont le chiffre d’affaires n’est pas toujours à la hauteur des résultats escomptés. Dans ce cas de figure, quelques autres options s’offrent à vous. Vous pouvez, certes, travailler de chez vous mais cette solution, aussi économique soit-elle, n’est pas toujours réalisable sous un angle pratique. L’arrivée d’un, puis de deux salariés mais aussi la localisation géographique de votre lieu de vie (pas nécessairement favorable à l’exercice de votre activité) peuvent rendre les conditions de travail loin d’être idéales… Autre possibilité : rejoindre une pépinière d’entreprises ou un incubateur. Si l’environnement s’avère, en principe, propice au développement d’une société, les places sont chères et la sélection s’effectue sur dossier. En plus de n’avoir aucune garantie d’être accepté, des coûts d’admission et d’hébergement sont à prévoir. Vous pouvez également opter pour les espaces de coworking. Ces espaces de travail partagés offrent un certain nombre de services comme l’accès à internet, la mise à disposition de salles de réunion… Leur coût demeure, toutefois, largement variable selon les lieux et les prestations proposées.

Reste également le prêt ou l’emprunt d’espaces à une autre entreprise. Cette forme de pratique collaborative peut aussi bien concerner un poste de travail qu’un bureau entier, voire l’accès à un espace de stockage ou entrepôt. Ce type de solution est, en règle générale, possible à titre gracieux sous certaines conditions : si vous travaillez, régulièrement, pour l’entreprise en question en tant que prestataire (ce rapprochement représente un gain d’efficacité mutuel), si votre projet l’intéresse ou si elle souhaite bénéficier de votre savoir-faire et considère que cette collaboration peut leur être bénéfique.

Emprunt ou location de matériel : une alternative à l’achat

Imaginez des entreprises qui n’utilisent qu’un certain type de matériel, d’équipements ou machines dont elles disposent, qu’une partie de l’année. Prenez ensuite la proposition à l’inverse et pensez, maintenant, à celles qui ont besoin de ce même type de matériel, qu’elles ne possèdent pas pour diverses raisons (manque de moyens, hésitation à l’achat car impossibilité de l’amortir…), mais à un autre moment de l’année. N’y aurait-il pas là de quoi faire jouer des pratiques collaboratives ? C’est la question que se sont posées bon nombre d’entreprises. Après être resté cantonné au milieu agricole, le prêt de matériel gagne d’autres secteurs d'activité et 22 % des TPE ont prêté ou emprunté une ressource au cours des douze derniers mois, selon l’étude réalisée par MMA. Plus largement, 11 % des TPE sondées ont prêté ou emprunté un équipement ou un matériel. Et parmi elles, 9 % l’ont fait à titre gratuit.

Le troc entre entreprises reste également possible. Ce concept consiste, simplement, à échanger un matériel contre un autre, ou contre une contrepartie en nature telle qu’une prestation ou un service immatériel. Dans tous les cas, même lors d’un échange gratuit, pensez à sécuriser la transaction en signant une convention de prêt de matériel entre entreprises !

Donnez une note à cet article