La pratique du Cost Killer

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     24/10/17    
pratique cost killer

De plus en plus d’entreprises cherchent à réaliser des économies substantielles. Pour ce faire, ils font de façon plus récurrente appel à des Cost Killer (ou tueurs de coût en français) qui sont des spécialistes de la réduction des coûts en entreprise. On fait appel à eux dans le but de limiter les dépenses comme les charges fiscales, sociales ou encore les frais supplémentaires. Mais qui sont-ils réellement et que font-ils exactement ?

Qu’est-ce que c’est ?

Ce concept de réduction des coûts est né à partir de l’hypothèse qu’il est possible de réduire des coûts sans pour autant empiéter sur la qualité du service. Son principe de base rejoint celui déjà en place des appels d’offres publics dont le premier critère de dépense est le coût.

Le Cost killer ne peut être considéré comme un métier en tant que tel. Il s’assimile davantage à un cabinet de conseil en optimisation des coûts dans lequel travaille des gestionnaires, comptables, fiscalistes… avec pour but d’aider les entreprises à réduire leurs frais courants tel que les factures de téléphones, d’internet, d’électricité… et d’optimiser leur fiscalité. Les entreprises n’ont pas forcément les ressources en interne à leur dédier et doivent donc trouver un moyen efficace pour répondre à cette problématique. Les Cost killer ne sont pas spécialement spécialisés dans un seul domaine, ils peuvent être compétents dans plusieurs secteurs et ainsi répondre à différents besoins en même temps. Ils apportent généralement leur aide pour des taches opérationnelles sans s’occuper pour autant de la stratégie de l’entreprise. Ils n’ont pas pour vocation d’être intrusifs : ils travaillent principalement sur les documents remis par l’entreprise et se rendent rarement au sein de l’entreprise. Toutes les dépenses sont analysées et passées ‘au peigne fin’ par les Cost killer et leurs conseils appliqués ont pour conséquence une grande réduction des coûts et une augmentation de la rentabilité. « Nos clients peuvent réaliser entre 20% et 70% d’économies. L’un d’entre eux a par exemple économisé 120 000 euros uniquement en réduisant ses frais de télécom » explique Marc Langlois à Cadremploi.

La crise économique a conduit ces cabinets à se développer et ainsi à se multiplier. L’intérêt, c’est que ces cabinets ne vous coûtent rien en investissement, aucune avance n’est à faire ! Leur rémunération se fait sur un pourcentage des économies réalisées (entre 20 et 50%). Ils ne perçoivent leur rémunération seulement qu’une fois que les économies ont été constatées dans l’entreprise. Il existe aussi la possibilité de les rémunérer sur la base d’un forfait journalier en fonction du temps qu’ils ont passé ou de faire un mix des deux approches si vous le souhaitez. A l’heure actuelle, faire appel aux Cost killer pour les aider à faire des économies est devenu fort rentable.

Bien préparer leur intervention

Vous devez cerner le contrat sur les résultats à obtenir au préalable afin qu’il n’y ait pas de malentendus ou d’abus irréversibles. Présentez un cahier des charges de vos attentes et de vos contraintes pour obtenir un résultat maximal et une stratégie payante.

Les Cost killers, avec leur méthode d’analyse, ne répondent pas forcément à toutes les attentes et problématiques actuelles des entreprises. Certes, Ils permettent de faire des économies mais la question de la fidélisation de la clientèle par exemple n’est pas dans leurs domaines de compétences. Certains effets dus à la réduction des coûts ne sont pas visibles immédiatement tel qu’une sécurité moins efficace, une démotivation des salariés ou encore une augmentation des coûts cachés qui n’apparaissent pas dans une vision comptable. Ces cabinets proposent une amélioration immédiate de la marge opérationnelle de l’entreprise, mais celle-ci peut entraîner un effet négatif sur l’économie globale.

Comment s’organise le travail des Cost Killer ?

Pour exercer leur activité au mieux, leur travail se divise principalement en trois parties.
La première étape consiste à l’étude des comptes de l’entreprise, la structure des coûts ainsi que l’analyse de ses besoins. A la suite de cette étude approfondie de l’économie de l’entreprise, ils proposeront des solutions pour minimiser les dépenses.

La seconde étape, elle, est plus consacrée à l’étude des marchés pour repérer les meilleures opportunités et ainsi booster économiquement votre entreprise. Grâce à cette étude, les Cost Killer avec l’entreprise rédigeront un cahier des charges à respecter pour arriver à l’objectif recherché.

La dernière étape, quant à elle, se base sur la négociation de contrats ou à inciter l’entreprise à lancer de nouveaux appels d’offres pour optimiser les résultats.
Les Cost killer offrent généralement leurs services pour une durée minimale de trois mois, mais celle-ci peut varier suivant les différents besoins et la taille de l’entreprise.

Ce marché d’optimisation des coûts est en expansion de façon générale, et pas uniquement en France. Il est tout de même à noter que les Cost killers français se différencient dans leur pratique de leurs homologues anglo-saxons. Dans le modèle anglo-saxon, les Cost Killer peuvent modifier les effectifs et la structure de l’entreprise. Cette différence est donc notable si vous souhaitez faire appel à des Cost killer étrangers.

Les Cost killers ont généralement la réputation d’être destructeurs d’emplois et de réduire le bien-être des salariés, mais a contrario ils permettent de faire des économies et ainsi de rendre pérenne votre entreprise. Alors, réfléchissez bien afin de prendre le Cost Killer qui vous permettra de pérenniser votre entreprise mais aussi de respecter vos salariés.

Donnez une note à cet article