Pourquoi les entrepreneurs sont-ils fous ?

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     09/11/17    
pourquoi entrepreneurs sont fous

La création d’entreprise représente un défi de taille. Si l’envie de monter sa boîte s’avère attrayante, les risques et contraintes liés à l’entrepreneuriat demeurent nombreux. La folie ne serait-elle pas nécessaire pour créer son entreprise ? Voici 10 raisons qui prouvent que la réponse est Oui !

1 – Vous choisissez de vous placer directement en haut de la hiérarchie

A la sortie de l’école, on vous a indiqué comment postuler pour de nombreuses sociétés et chercher le travail qui vous conviendrait. Les entrepreneurs défient ce système et décident de devenir leur propre patron. Une idée prometteuse ou originale semble représenter tout ce dont ils ont besoin pour lancer leur concept. Si la plupart des gens n’osent pas tenter leur chance, vous, vous décidez de ne pas la laisser passer. Un pari qui s’avère risqué mais qui ne vous effraie pas. Absence de peur ou folie, certains décident même de quitter leur emploi sans aucune garantie que leur projet ne marche. Après tout, comme dirait Robert Kennedy « Seuls ceux qui prennent le risque d'échouer spectaculairement réussiront brillamment. »

2 – Vous ne comptez plus vos heures

Les dirigeants le savent lorsqu’ils montent leur projet, ils se donnent à lui à 100%. Des horaires fixes de bureau ? Impensable ! Les dossiers s’empilent, les réunions, les rendez-vous et les soirées de réseau se multiplient. Les heures ne se comptent plus, surtout dans les débuts de l’entreprise. Même si vous êtes passionné, prenez garde à cette surcharge de travail qui peut vous causer préjudice et vous conduire au burn-out. Les entrepreneurs ont tendance à oublier ce fait pour consacrer tout leur temps à leur projet.

3- Vous possédez une confiance en vous incommensurable

Une confiance en soi semblable à de la folie ? Voici une de vos principales qualités. Avant de lancer votre projet, vous avez sûrement été confronté aux éternels «mais ça ne va marcher», « c’est une période de ta vie où tu te cherches, ça va te passer », sans être réellement pris au sérieux. Ne pas se sentir soutenu par ses proches : un poids que supporte grand nombre d’entre vous, tout en persévérant. L’entourage ne demeure pas le seul obstacle. Combien de banquiers, d’investisseurs, de fournisseurs ne croyaient pas en votre projet ? Vous devez démarcher à de nombreuses reprises sans jamais baisser les bras.

4- Vous alternez plusieurs rôles

La fonction de dirigeant ? Un mot qui ne veut rien dire lorsqu’on entreprend. Vous revêtissez de multiples casquettes. Apprendre à devenir un manager efficace et à l’écoute, appréhender les qualités d’un négociateur hors-pair, concevoir votre produit, s’occuper de la gestion client, maîtriser l’art oratoire ou encore sortir les poubelles : voici les réels postes que vous occupez. Sans compter la partie comptabilité et administrative des plus intéressantes… Le cerveau d’un entrepreneur regorge de nombreuses personnalités et possède des qualités d’adaptation hors du commun.

5 – Vous payez cher vos erreurs

En tant que créateur d’entreprise, vous êtes collé aux chiffres. Plus de 50% des entreprises créées disparaissent avant d’atteindre leur sixième année d’existence. Un constat effrayant ? Pas pour vous. Vous décidez de lancer votre projet parce que vous croyez en son potentiel. A son service, vous mettez vos économies personnelles voire votre patrimoine en danger. Si vous échouez, la sentence ne s’abattra que sur vous. Un pari des plus risqués : combien de personnes seraient prêtes à mettre tout ce dont elles disposent au service de leur rêve ?

6 – Vous vêtissez l’image de « patron »

Si vous avez déjà travaillé en tant que salarié, vous avez sûrement rencontré un ou plusieurs chefs d’entreprise. Aujourd’hui vous voilà désormais à leur place et vous le connaissez l’image d’un dirigeant pour certains salariés et elle n’est pas toujours des plus enviables. Vous endossez la veste de celui qui doit prendre d’importantes décisions et pas toujours des plus plaisantes. Vous faites également face à tous ceux qui « n’aiment pas les patrons » mais peu importe, vous avez choisi votre poste et vous le gardez.

7 – Vous avez tendance à négliger votre vie personnelle

Votre vie privée ? Vous êtes amené à la mettre de côté à de nombreuses reprises. Vous ne comptez plus les heures, vous ramenez le travail à la maison et la limite entre vie privée et professionnelle s’avère difficile à distinguer notamment quand vous vous lancez. Vous dites adieu pour un long moment aux vacances (plus le temps d’en prendre) et à certains avantages salariaux, pas des plus négligeables. D’un autre côté, si vous le faites c’est que votre projet vous passionne et représente une partie de vous.

8- Vous ne vous attendez pas à devenir riche

Le cliché selon lequel tous les patrons sont riches fait rêver plus d’un, mais il ne reste qu’un cliché. Entre investissement, paiement des salaires, de vos fournisseurs et autres, votre revenu s’avère maigre comparé aux efforts investis. En attendant de devenir milliardaire comme Mark Zuckerberg, vous passerez à travers les risques de défaillance, tout ceci sans perdre votre motivation.

9 – Vous menez un combat tel David et Goliath

Dans certains secteurs, l’entrepreneuriat s’apparente à un pari des plus fous, lorsque ces derniers sont déjà détenus par des géants. Mais bien sûr, le défi ne vous effraie pas. A titre d’exemple la start-up Captain Train qui a souhaité détrôner la SNCF ou la société Giroptic face à la célèbre Gopro. Un combat des plus ambitieux, sans oublier le reste de la concurrence qui se lance avec des idées parfois aussi brillantes que les vôtres.

10 – Et si la folie était un atout ?

Finalement, votre brin de folie c’est sûrement ce qui vous mène à la réussite. Au-delà des nombreux risques, entreprendre représente une expérience des plus enrichissantes. Nombreux sont les entrepreneurs qui sont partis de rien mais qui, munis de leur idée et de la motivation nécessaire, ont pu mener à bien leur projet pour emprunter la voie du succès.

Donnez une note à cet article