Mon positionnement exclut des clients potentiels ? Tant mieux !

Nadia Akkari     29/11/13    
Mon positionnement exclut des clients potentiels  Tant mieux

Quand on crée son entreprise on pense très rapidement à sa marque et à son positionnement. On les souhaite intelligibles et capables de toucher un maximum de personnes pour générer un maximum de business.

On souhaite aussi qu’elles soient en conformité avec nos goûts, nos valeurs et notre personnalité en tant que porteur de projet.

La peur d’exclure des clients potentiels ?

Et ce que je remarque, c’est que dans ce processus, il y a souvent la peur sous-jacente qu’en étant trop spécifique on exclut des clients potentiels qui ne se reconnaîtraient pas en nous et en notre marque sur toute la ligne. Or, exclure, c’est ce qu’on veut à tout prix éviter. J’entends souvent : «Je ne veux pas exclure tel ou tel type de personnes à cause d’un positionnement de marque trop pointu ou trop spécifique.»

Je vois régulièrement venir des porteurs de projet qui restent dans un positionnement ultra-consensuel et lissé, qui ne laisse rien voir de leurs valeurs ou de leur personnalité par angoisse de déplaire.

Je réponds souvent qu’il ne faut pas craindre ça ! Il faut surtout se poser les bonnes questions, celles qui sont orientées sur les clients et sur les services ou produits qu’on propose.
Qu’est-ce qu’exactement vous apportez aux autres? Qu’est-ce que vous vendez ? Quels problèmes vous résolvez avec ce que vous proposez ? Et à qui vous le vendez ?

Bref, soyez orienté Client

A partir du moment où on est clair avec notre objectif, ceux qui ont besoin de ce qu’on propose seront attirés par notre marque, puisqu’on répond exactement à leurs besoins, ils ne peuvent plus se sentir exclus.

Par ailleurs, c’est ok de ne pas plaire à tout le monde, et d’ailleurs ce serait impossible. Si je prends mon exemple, je sais bien que je ne plais pas à tout le monde. Je savais depuis le départ que j’avais envie de travailler plutôt pour des femmes entrepreneures, âgées de 30 à 50 ans, plutôt urbaines qui adorent leur business et qui ont de l’humour. Et devinez qui sont mes clients ?

Parce que le problème c’est que bien souvent, quand on ne veut pas prendre de risques et qu’on reste dans le très consensuel, personne ne s’y reconnaît vraiment non plus.

Pour résumer : A vouloir plaire à tout le monde, on ne plaît à personne...

D’ailleurs, je peux illustrer mon propos avec quelques exemples de marques qui, en visant une cible d’image très spécifique et pointue ont réussi à attirer une population beaucoup plus large qui se reconnaissait en partie dans la marque et adhérait à ses valeurs.

The Kooples, a priori une marque de jeunes cools en couple. Est-ce que tous ses clients sont des couples de djeuns qui sortent écouter du rock au bus palladium ? Non, j’ai même plutôt tendance à croire le contraire.

Et aussi American Apparel, qui a priori fait des vêtements pour les californiens gays qui aiment le disco, mais qui en réalité, plaît à un public beaucoup plus large parce qu’elle répond à un besoin de vêtement casual qui portent la mention «cool».

Et aussi Michel & Augustin qui ont dynamité ce qui se faisait en matière de communication dans l’alimentaire, qui y ont mis toute leur personnalité et leur différence et qui ont créé une marque dans laquelle beaucoup de gens très différents se reconnaissent en terme de valeurs.

Bref, cette liste de marques qui réussissent auprès du grand public avec un positionnement osé s’avère très longue...

Donc, si vous m’avez suivie, vous aurez compris qu’en marketing comme dans la vie, il ne faut pas avoir peur de déplaire, il faut juste être authentique et être vous-même, parce que ça tombe bien, personne d’autre ne l’aura fait avant.