La pollution des océans, un fléau aux nombreuses solutions

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     20/06/18    
pollution oceans fleau nombreuses solutions

Le septième continent, existe-t-il ? Face à une carte de géographie, la première réponse à cette question serait évidemment non, mais la pollution des océans a malheureusement pu engendrer la création d’un continent constitué uniquement de déchets. Pour répondre à cette problématique et faire bouger les mentalités, les marques s’engagent à dénoncer la pollution des océans. Sur ce sujet de société, les entreprises se mobilisent pour tenter d’enrayer la prolifération des déchets, une volonté à laquelle tout le monde peut participer.

Un danger pour l’environnement et pour l’Homme.

La pollution représente un fléau qui préoccupe massivement les États du monde entier. Les déchets qui prolifèrent en mer ont fini par constituer un septième continent au sein du Pacifique. Problème de société important, il s'avère très impressionnant par sa superficie de plus 300 000 km carrés. L’ensemble des mers et océans subissent une pollution par le biais de différents polluants. Avec près de 25 millions de tonnes de plastiques présentes en mer, plusieurs éléments se distinguent. Il existe deux types de détritus ayant un impact sur la faune et la flore. Les premiers, les micro-déchets dont font partie les microbilles présentes dans les dentifrices, ou même les cosmétiques échappent aux stations de traitements pour ensuite être déversés dans les océans. Les seconds, les macro-déchets de taille conséquente sont jetés volontairement. Ils partent à la dérive pour ensuite être ingurgités par des animaux marins ou s’échouer sur des plages de la planète.

Ce problème de pollution constitue un vrai souci de santé publique. Les micro-déchets rejetés massivement dans les océans font partie involontairement de l'alimentation des poissons. Après la pêche, ils se retrouvent dans les assiettes des millions de consommateurs, devenant alors une véritable préoccupation pour la santé de l’Homme ainsi que pour la protection de l’environnement. Des solutions existent et de nombreuses entreprises font le choix de médiatiser le sujet à travers des campagnes de sensibilisation ou même par des actions respectueuses de l’environnement.

Les marques s’engagent à sensibiliser

Pour répondre au problème de la pollution des océans, des projets se développent chaque année afin de proposer des solutions de collectes massives. Les associations et les citoyens reconnaissent régulièrement le manque d’action sur ce type de problématique. Certaines marques font le choix de jouer de leur image et de leur puissance de parole pour faire bouger les choses. Le secteur pertinent pour s’adresser aux consommateurs reste le prêt-à-porter. Cyrill Gutsch, un designer allemand et fondateur de l’association Parley for the Oceans s’associe régulièrement à de grandes marques pour sensibiliser sur le sujet de la pollution des océans. En 2015, il a travaillé en collaboration avec Adidas pour concevoir une sneaker faite de plastique recyclé ramassé sur les plages des Maldives. Plus de 700 marques sont prêtes à s’engager à ses côtés afin de sensibiliser les citoyens sur la cause. Il arrive que les entreprises participent à de telles initiatives pour réaliser des coups de communication. Avec Parley for the Oceans, elles souhaitent désormais s’engager de manière pérenne.

Pour continuer dans cette perspective la marque Head & Shoulder a dénoncé l’usage unique du plastique à travers une campagne de publicité. En juin 2017, la marque de shampooing a commercialisé 150 000 bouteilles en édition limitée fabriquées avec  25 % de plastiques retrouvés sur les plages. L’objectif réside dans une médiatisation de ce fléau qui pourrait engendrer la perte totale des poissons d’ici 2048. À travers des campagnes d’affichage et des actions environnementales les marques souhaitent impacter les mentalités. Très louables, elles aident à médiatiser un problème planétaire tout en profitant d'une image éthique.

Des projets et des actions

Pour tenter d’améliorer la situation, des entrepreneurs engagés ont développé des solutions afin de récupérer les déchets au sein des océans. En 2012, un Néerlandais, Boyan Slat, s’est fait connaître pour son projet ainsi que son jeune âge à l'époque (19 ans). Intitulé "Ocean Cleanup", il avait pour objectif de déposer des boudins gonflables sur une centaine de kilomètres pour récupérer les déchets. Peu concluant à ses débuts, le projet a été revu et compte désormais plus d’une centaine de personnes. Les initiatives d’entrepreneurs ne cessent de se multiplier avec des aspirateurs, des vortex, des drones à voiles pour tenter de réduire le nombre de déchets au sein des océans. Ces entreprises avant de développer leur projet misent sur des financements gouvernementaux ou sur des financements participatifs à travers des plateformes de crowdfunding.

Les entreprises peuvent elle aussi s’imposer dans le mouvement en luttant contre le plastique. La pollution des océans devient un problème international et le septième continent n’est pas revendiqué par un État. Tout le monde est concerné, ce qui pousse des entreprises à mettre en place une politique RSE (Responsabilité sociétale des entreprises) autour de ce sujet. Au sein des bureaux des actions peuvent être instaurées, comme limiter sa consommation de plastique. Il s'agit d'éviter les bouteilles en plastique et penser à respecter le tri sélectif. En France, seulement 49 % des bouteilles sont recyclées, une majorité est décyclée, ce qui consiste à produire un plastique de moins bonne qualité ne pouvant plus être recyclé par la suite.

Au sein des entreprises, les initiatives peuvent avoir un impact significatif sur la pollution des océans. Les entreprises ont parfois plus de poids, alors pourquoi ne pas en profiter pour sensibiliser les salariés et les consommateurs autour de la pollution.

Donnez une note à cet article