Ces phrases et mots que seul l’entrepreneur comprend

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     19/09/17    
phrases mots seul entrepreneur comprend

La communauté des entrepreneurs et plus largement l’écosystème entrepreneurial comprenant notamment les Business Angels et des acteurs de la création utilisent un vocabulaire souvent seulement intelligible au sein de leur communauté. Si vous souhaitez l’intégrer, les quelques expressions suivantes vous permettront dès votre première rencontre de vous sentir à l’aise. 

Les mots de l’entrepreneuriat sont souvent issus de mots anglais, qui pour celles et ceux qui ne maitrisent pas la langue de Shakespeare, rendent encore plus obscurs leur compréhension. En voici un florilège.

  • « Je vais participer à un networking » : le networking c’est participer à des rencontres dans lesquelles il est aisé de se constituer un réseau de relations notamment dans un but professionnel. Dans ce type de rencontres qui sont souvent initiées par des clubs ou des salons vous devez savoir que les candidats sont nombreux et qu’il vous faudra vous démarquer. Les tours de table sont parfois organisés pour que vous puissiez en l’espace d’une à deux heures rencontrer un maximum de personnes et aussi échanger vos cartes de visite afin de développer votre business.
  • « Super ton pitch !» : vous étiez abonné au mot traditionnel présentation ? Et bien vous adopterez celui-ci sans vous en rendre compte ! Le pitch représente une présentation expresse (en quelques phrases maximum) de son projet d’entreprise. Tout entrepreneur doit être capable d’expliquer de manière succincte mais pertinente le fonctionnement de son produit/service. Il est souvent désigné pour caractériser la présentation devant les Business Angels ou lors des concours. Cette forme de présentation venu des Etats-Unis appelé aussi, l'Elevator pitch, "argumentaire d'ascenseur", est une très brève présentation orale qui permet d’expliquer en quelques phrases un projet et donc d’aller à l’essentiel.
  • Love money : elle se traduit littéralement par l'« argent de l'amour » et se définit par « épargne affective de proximité ». Il s'agit de l'argent de proches, famille et amis, qui deviennent alors actionnaires de la société. Le love money est aussi appelé « les 3 C » : cousins, copains et cinglés !
  • Les Business Angels : ce sont des personnes qui investissent une partie de leur argent dans une jeune entreprise à qui elles adressent des conseils. Ses principales motivations sont la recherche de plus-values en capital ou la volonté de favoriser l’émergence des entreprises leader de demain.
  • « J’ai fait un premier tour de table » : Il ne s’agit pas de la présentation ou de l’interrogation des participants dans une réunion mais lors de la réalisation d’une levée de fonds,  « un premier tour de table » permet de récolter de l’argent pour financer son projet. Ce premier  tour de table s’effectue souvent auprès des proches (Love money) ou des Business Angels.

  • « J’ai monté mon activité en mode Bootstrap » : dans la langue traditionnelle, ce mot  signifie fonds propres. L’entrepreneur crée son entreprise sans recourir à un financement extérieur, uniquement avec ses fonds propres, sa trésorerie personnelle.
  • Les Fonds propres : ils représentent le montant des investissements apporté par le créateur d’entreprise et ses associés lors de la création de l’entreprise. Ils permettent notamment d’apporter une garantie pour les créanciers qui financent le reste de l’investissement nécessaire à la création de l’entreprise.
  • La Levée de fonds : il s’agit d’un processus permettant de faire appel à des investisseurs extérieurs pour réunir les fonds nécessaires au développement de l’entreprise.
  • Le Benchmarking : Il s’agit d’une méthode systématique d’évaluation des offres concurrentes ou des entreprises reconnues comme leader. La finalité est de déterminer, analyser et s’approprier les bonnes pratiques des organisations les plus performantes.
  • Le BFR – Besoin en Fonds de Roulement : Il désigne la différence entre les actifs et les passifs d’exploitation d’une société. Il représente dans la majorité des cas un besoin de financement auquel l’entreprise est confrontée. On en parle généralement pour désigner la différence entre les délais de paiement de vos clients et ceux de vos fournisseurs. 
  • Le Crowdfunding : ce mot signifie financement participatif. Il s’agit d’une technique de financement de projets de création d’entreprise qui utilise, en général, internet pour mettre en relation les investisseurs et les porteurs de projet.
  • Le story telling : il permet de rendre le discours plus vivant (ex : avocat qui aide les entreprises en difficulté, avec à la fin un happy end avec le client qui sort de l’impasse). Raconter une histoire permet de rendre le récit plus attractif et plus mémorable, mais aussi lui permettre d’être en résonance avec une de ses connaissances.
  • Coworking : Il désigne un espace de travail partagé par plusieurs entreprises dans un même lieu. Si à la base le coworking était réservé pour désigner des entreprises travaillant dans un « open space », il indique de plus en plus un espace de travail où les entreprises sont incitées à se rencontrer et où des interactions sont créées.
  • Think tank : il s’agit d’un laboratoire d'idées, d’un groupe de réflexion.
Donnez une note à cet article