Mr Organics : la culture du bio

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     21/10/18    
mr organics culture bio

En juin dernier, Michael Roes remportait le prix « Coup de cœur » de La Fabrique Aviva avec son projet Mr Organics, spécialisé dans la fabrication et distribution de biostimulants. À la clé, une dotation de 85 000 euros. Aujourd’hui, la start-up girondine poursuit son développement avec notamment le lancement d’un engrais à base d’urine humaine.

Cela fait plus de deux ans que Michael Roes a cofondé Mr Organics avec sa compagne. L’ambition de l’entrepreneur est clairement affichée : aider particuliers et agriculteurs à franchir le cap de la culture bio. En plus de proposer des stages de formation professionnelle, la start-up girondine fabrique et distribue des biostimulants. « Notre objectif, en 2018, est de faire passer 200 agriculteurs au bio et réduire l’utilisation des pesticides », précise Michael Roes. Grand gagnant du prix « Coup de cœur » de La Fabrique Aviva, le couple a reçu 85 000 euros pour accélérer le développement de Mr Organics. Alors qu’il compte actuellement cinq salariés, et plus de 300 clients en France et en Europe, les deux associés visent une quinzaine de recrutements cette année.

Un potager, une idée et… 100 euros

Tout commence lorsque Michael Roes emménage dans le sud-ouest de la France, à Lourdes, avec sa compagne, Eugénie Jarielle. Le futur entrepreneur entretient alors un petit potager. En 2012, il se met à fabriquer ses propres engrais à base de plantes qu’il teste sur ce dernier. Les rendements étant bons, l’entrepreneur décide de les commercialiser. Tout cela avec la modique somme de 100 euros. « J’ai commencé par les vendre dans des bouteilles d’eau sur les marchés locaux sous le nom de « Au bon purin », avant d’ouvrir une micro-entreprise [ex auto-entreprise, ndlr] », raconte le dirigeant. À partir de là, tout s’accélère. Les agriculteurs se mettent à passer commande et le réseau d’amis donne un coup de pouce au projet. De son côté, Michael Roes épluche les ouvrages scientifiques et s’entoure d’une armée de maraîchers, d’ingénieurs et de chercheurs dans le domaine. ils conçoivent toute une gamme de biostimulants (l’Epona, le Phytomix et le Symbiosol, ndlr), faciles à stocker et à utiliser, certifiés pour l’agriculture biologique, et à des prix attractifs. Ils s’installent à Saint-Matin-du-Puy, en Gironde. Et, début février 2016, Mr Organics prend vie.

Un engrais à base d’urine humaine 

Commercialiser un biostimulant conçu à partir d’urine humaine pour remplacer l’utilisation chimique dans l’agriculture. Tel est l’objectif que s’est fixé l’entrepreneur d’ici 2019. Le projet résulte de l’alliance entre Mr Organics et l’entreprise bordelaise Un Petit Coin de Paradis, qui loue des toilettes sèches durant des manifestations. En clair, il s’agirait de collecter l’urine pour la transformer en engrais. Une idée qui a du sens quand on sait que l’urine, dont environ 4 000 litres sont jetés en compostage chaque année, présente la propriété d’être un fertilisant. « Le coût et le niveau de pollution pour l’urine, lorsqu’elle passe par les plateformes de traitement d’eau, restent conséquents. On s’est donc dit qu’il fallait faire quelque chose », ajoute Michael Roes. Après deux années de test et alors que la législation interdit d’utiliser l’urine dans des cultures alimentaires, l’entrepreneur mise sur son procédé d’hygiénisation : « Toutes les substances pathogènes comme les métaux lourds ou les résidus de médicaments sont retirées. » Affaire à suivre…

Donnez une note à cet article