5 mauvaises habitudes lorsque vous réseautez

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     18/08/17    
mauvaises habitudes reseautez

Tout entrepreneur le sait, une partie du succès d’une entreprise réside dans son réseau. Composé de clients, d’actionnaires ou encore de partenaires, votre cercle de relations peut s’avérer d’une aide précieuse dans de nombreuses situations. Au-delà du simple fait de l’entretenir, quelques pièges sont toutefois à éviter. Voici cinq erreurs récurrentes mais facilement contournables lorsque vous réseautez.

Ajouter des contacts à tout prix mais pas toujours pertinents…

L’une des erreurs les plus courantes lorsque l’on monte son entreprise consiste à rechercher à tout prix des contacts sans forcément s’attarder sur la pertinence de se lier à ces profils. Collectionner les amis virtuels sur LinkedIn ou Viadeo n’est d’aucune utilité si ceux-ci n’ont rien à vous apporter et si vous ne prenez pas le temps de tous les contacter personnellement. Cette étape demeure indispensable dans la construction d’un réseau solide puisque vos relations doivent se sentir en confiance et privilégiées. Il faut ainsi sélectionner soigneusement chaque personne pour ensuite les solliciter de façon directe et personnalisée. Rester présent sur tous les fronts apparaît, certes, comme une bonne stratégie mais cela reste très risqué car vous pourriez vous y perdre et négliger les bonnes personnes. Vouloir absolument engranger de nouveaux contacts en permanence sans s’attarder sur leur profil n’a pas vraiment de sens dans le cas où vous souhaitez bâtir un réseau utile et stable. Pour ce faire, il faut cibler vos attentes, vos besoins et établir une stratégie ciblée notamment sur les réseaux sociaux.

Négliger ses réseaux sociaux 

Créer un compte à votre entreprise sur chaque réseau social sans distinction et oublier de le mettre à jour constitue également une faute. Après avoir ciblé les médias sociaux qui vous seront les plus utiles, ouvrez un compte et tenez-le à jour. Si vos contacts se rendent sur la page de votre société et que ses dernières actualités remontent au trimestre dernier, vous passerez pour quelqu’un de négligeant. Les réseaux de type Facebook ou Twitter, qui mêlent pages personnelles et professionnelles, peuvent diffuser des articles sérieux comme des messages plus légers. Si vous n’avez aucune actualité à transmettre, optez pour un message sympathique adressé à vos contacts mais ne laissez pas une telle page tomber en désuétude. Il en va de même sur les réseaux professionnels, mettez-les à jour régulièrement. Publiez des articles, des informations relatives au recrutement dans votre société… Veillez également à la cohérence de vos profils de sorte à ce que les professionnels qui consultent vos comptes ne se trouvent pas déboussolés par une différence de contenu.

Attendre que les autres viennent à vous

Rester planté devant votre téléphone en attendant qu’il sonne peut aussi bien vous faire perdre du temps que de l’argent ! Créer des profils sur internet, aussi précis et attractifs soient-ils, ne va pas subitement déchaîner les foules. Une bonne stratégie de communication digitale, sur les réseaux sociaux comme sur votre site, demeure indispensable. Vos futurs nouveaux contacts n’auront pas toujours la démarche de venir vers vous, il vous appartient de les contacter en premier. Attendez de voir qui consulte votre profil sur LinkedIn, par exemple, pour ensuite contacter ces contacts s’ils s’avèrent intéressants pour vous. Lorsque votre profil est encore jeune, appelez vous-même ceux qui vous intéressent, sans pour autant tomber dans l’excès. 

Ne pas rencontrer physiquement ses contacts

Disposer d’un bon réseau en ligne, c’est bien. Rencontrer ses contacts, c’est mieux ! Derrière chaque relation virtuelle se cache avant tout un humain. Le groupe formé sur la toile constitue un prolongement du réel, non un remplacement. Rencontrer d’autres professionnels en chair et en os reste primordial. Cela vous permettra, d’une part, de sentir si le courant passe vraiment ou non et, d’autre part, de discuter de vives voix de sujets importants, sans risquer de coupure de téléphone ou de Wi-Fi… Organisez ou participez, pour cela, à des rencontres entre pros. Mettre en place un tel événement ne s’improvise pas et réclame une certaine logistique mais si vous adhérez à un club, celui-ci s’en chargera à votre place… Ces structures proposent des soirées, déjeuners, sorties ludiques, week-ends… dédiés au réseau. Pour en profiter, il vous suffit de vous y inscrire. Il s’agit d’une très bonne opportunité à ne pas manquer afin de ne surtout pas négliger le contact réel et de vous montrer dans un maximum d’événements.

Arborer une « mauvaise » attitude 

Il existe de nombreuses façons de lasser voir de faire fuir ses interlocuteurs. Adopter une mauvaise attitude y contribue grandement. Celle-ci peut prendre différentes formes. Le collaborateur trop insistant, qui profite de chaque seconde d’inattention pour parler de son entreprise et ne laisse pas les autres prendre la parole, inspirera rapidement une certaine hostilité. Ce comportement laisse entendre aux autres qu’ils ne représentent rien de plus que des investisseurs potentiels aux yeux de celui qui parle. Le fondement d’un réseau solide repose d’abord sur l’entente entre ses membres. Il faut rechercher des profils qui vous correspondent et avec lesquels vous êtes susceptibles de faire affaire. Ne vous jetez pas sur les autres pour vous vendre à tout prix, cela vous conférera une bien mauvaise réputation !
Les personnes à la posture désinvolte, quant à elles, énervent. Répondre en levant les yeux au ciel ou soupirer à chaque virgule donne l’impression que vous ne vous sentez absolument pas concerné. Ce genre d’attitude négative peut trouver son origine ailleurs, comme dans la vie privée, par exemple. Malheureusement, vos interlocuteurs n’en savent rien et se sentent méprisés ou dédaignés. Surveillez donc votre attitude, votre posture et votre langage lorsque vous participez à un événement réseau de renvoyer une bonne image de vous et d’attirer un maximum de profils intéressants !

Donnez une note à cet article