Les leçons d’entrepreneuriat de Facebook et Mark Zuckerberg

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     17/12/16    
facebook

Quand on s’intéresse aux grandes réussites de l’entrepreneuriat, on est obligé d’évoquer à un moment ou à un autre le nom du fondateur de Facebook. Son parcours et sa personnalité interpellent et peuvent nous en apprendre beaucoup sur l’entrepreneuriat. Voici quelques points clés du développement d’entreprise que nous enseigne la « succes story » Facebook.

A la tête d’un véritable empire, le personnage Mark Zuckerberg a de quoi surprendre. Malgré son manque d’assurance en public (principalement au début de l’aventure Facebook, dans une moindre mesure maintenant), son dress code pour le moins particulier… il a réussi à déployer son entreprise à un niveau tel, qu’elle est désormais connue du monde entier.

Facebook a bien changé et n’a plus rien à voir avec la petite start-up qu’elle était au début. De cette transition incroyable vers l’entreprise qu’est Facebook actuellement, de cette expérience unique, il y a un certain nombre d’enseignements à tirer.

Voir loin, avoir une vision quand on lance son business

Dès le début Mark Zuckerberg n’a pas considéré Facebook comme une simple entreprise, il voyait au-delà. Pour lui, il s’agissait plutôt d’un moyen de connecter les gens entre eux.

Il attribuait à ce réseau social une mission supérieure, comme le confirme une des lettres aux actionnaires dans laquelle il déclarait « A l’origine, Facebook n’a pas été créé pour être une entreprise. Facebook a été construit pour accomplir une mission sociale, pour rendre le monde plus ouvert et connecté ». Son but premier n’était pas de faire de l’argent. On peut clairement attribuer une partie du succès de Facebook à ses intentions sincères, à cette mission d’origine.

Cela se confirme par le refus en 2006 de Mark Zuckerberg de vendre Facebook alors que Yahoo proposait tout de même 1 milliard de dollars. Il a simplement déclaré : « je suis ici pour construire quelque chose sur le long terme. »

Rester humble et chercher sans cesse des talents complémentaires

Mark Zuckerberg a rapidement pris conscience de ses lacunes sur certains points (difficultés dans la communication publique notamment), et n’a pas hésité à se faire aider, à travers une recherche perpétuelle de nouveaux talents capables de le compléter. C’est cette humilité sur ses limites qu'il a par exemple poussé à intégrer Sheryl Sandberg, une ancienne de Google, dans l’équipe dirigeante, pour gérer la partie communication, relation presse. Grâce à cela, le fondateur du réseau social a pu se concentrer sur ce qu’il faisait le mieux.

Il est réellement déterminant de s’entourer de personnes qui partagent votre vision à long terme de l’entreprise et qui pourront vous compléter. Zuckerberg en est la parfaite illustration.

La nécessité de grandir et d’évoluer sans cesse

Certes, le concept à lui seul de Facebook garantissait dès l’origine une partie de son succès, mais Mark Zuckerberg a rapidement pris conscience qu’il ne pouvait pas se permettre de se reposer sur son principe de départ. Il n’a eu de cesse de chercher à apporter du nouveau à Facebook, de s’ajuster aux besoins des utilisateurs.

Pour faciliter l’inscription et l’expansion du site, il a par exemple très rapidement mis en place un système de suggestion de profils que l’on est susceptible de connaître. De même lorsque les utilisateurs ont commencé à se poser des questions sur la protection de leurs données, il a rapidement mis en place et communiqué autour d’un système de protection de la vie privée des utilisateurs.

C’est une des clés du succès des start-up (en particulier sur le net), de sans cesse évoluer pour s’adapter aux besoins concrets du marché.

Donnez une note à cet article