Le PEA PME, vers une réconciliation de l’épargne et des PME ?

Joachim Dupont     21/01/13    
Après la Banque Publique d’Investissement, le maintien des dispositifs IR et ISF PME, le gouvernement s’attaque à un nouveau projet : la création d’un PEA (plan d’épargne en actions) dédié aux PME.

Derrière ces mesures, une idée simple : allouer une plus grande partie de l’épargne publique vers les PME qui constituent le tissu économique de l’hexagone.

Mais quel est l’impact réel de la création de ce nouveau dispositif pour le financement des PME? 

Tout d’abord, qu’est-ce qu’un PEA ?

Un plan d’épargne en actions est un compte titres permettant l’achat d’actions cotées ou non cotées et de parts d’OPCVM (SICAV et FCP si 75% de ces montants sont investis en actions).

Il a été créé en 1992 pour inciter les Français à investir sur les marchés boursiers… En 2012, près de 7 millions de PEA étaient recensés.
Le PEA permet de bénéficier d’avantages fiscaux en fonction des dates de retraits effectués :

• Absence de retrait avant 5 ans : Exonération d’impôts sur les gains nets réalisés (hors CSG et CRDS)

• Retrait entre 2 et 5 ans : Les gains nets seront imposés à hauteur de 19% + CSG + CRDS

• Retrait avant 2 ans : Les gains nets seront imposés à hauteur de 22.5% + CSG + CRDS; Le plafond de versement sur le PEA s’élève à 132 000 euros par personne et un seul PEA par personne peut être ouvert. 

Pourquoi le PEA PME ?

D’abord parce qu’il est dans l’air du temps de se méfier des marchés financiers, ensuite parce qu’il est temps de penser à relancer l’économie française par des leviers plus tangibles c’est à dire les PME françaises (et européennes) qui feront, pour tous, l’emploi et la croissance des années à venir.

Ce nouveau PEA serait différencié du PEA actuel afin d’éviter toute confusion, et maintenir une certaine visibilité dans les produits.
Le champ d’investissement prévu est assez large puisqu’il concernerait les entreprises dont la capitalisation est inférieure à 1 milliard d’euros, les PME non cotées et les très petites entreprises. Ce PEA permettrait d’investir dans tous types de titres d’entreprise, actions et obligations. 

D’après les estimations de l’Observatoire des Entrepreneurs, la création d’un PEA PME peut générer chaque année 2,5 Md€ de liquidités nouvelles pour les PME. Ce qui permettrait de donner plus de moyens et donc d’ampleur à l’entrepreneuriat français.

Concrètement, comment ça va se passer ?

Dans les faits, investir dans des PME pour un investisseur « normal » ce n’est pas encore automatique. L’investisseur français est souvent réputé plus frileux que ses confrères anglo-saxon, plus habitués a donner leur chance aux start-ups, mais il n’a surtout pas facilement accès à des données de finance d’entreprise, de valorisation, etc. qui pourraient l’aider à choisir une PME plutôt qu’une autre, ou un business model plutôt qu’un autre.

Ces notions, qui étaient il y a encore quelques années l’apanage de votre conseiller financier (et encore) ou des réseaux de business angels sont en train de se démocratiser et notamment à travers les plateformes de crowdfunding, comme Anaxago.com en France ou Circleup aux Etats-Unis. 

Ces sites de financement participatif rassemblent et sélectionnent (selon des critères propres à chaque plateforme) des dossiers de start-ups et PME, le plus souvent éligibles à la défiscalisation mais aussi aux critères du futur PEA PME. 

En investissant via les plateformes dans la société de son choix, l’investisseur dispose d’une information claire, transparente et de proximité. L’environnement communautaire permet les échanges directs entre investisseurs mais aussi avec les entrepreneurs. L’investissement est plus direct, plus actif et surtout plus humain.

Nos entrepreneurs ont des idées, il leur manque les moyens nécessaires pour embaucher des collaborateurs et développer des business models innovants, dynamiques et exportables. 

La création d’un PEA PME sera l’occasion de leur donner une chance supplémentaire, notamment à l’heure où les pigeons sont prêts à s’envoler vers d’autres cieux…

Nos vidéos

À propos de l'auteur

Joachim Dupont
Joachim Dupont

Co-fondateur d’Anaxago, la plateforme de financement participatif dédiée aux startup et PME