L’analyse des contraintes liées au projet

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     09/11/10    

Contraintes propres au produit ou à la prestation

Cette contrainte est normalement celle qui pose le moins de problèmes au créateur. Le produit, ou la prestation, fruit du projet, est en général également son origine. Néanmoins, s’assurer que l’on maîtrise le processus de fabrication, ou les tenants et les aboutissants de sa prestation, est le minimum vital du projet.

Contraintes de marché

Si un porteur de projet connaît en général son produit ou sa prestation, il n’est pas toujours conscient du marché dans lequel il va évoluer. Il conviendra par conséquent d’être particulièrement attentif aux caractéristiques du produit, et au prix appliqué. Ces éléments ne pourront pas être correctement évalués sans une analyse fine de la clientèle cible, mais aussi de la concurrence. à ce titre, le créateur devra tenir compte de la contrainte géographique, mais aussi de son style de clientèle. Enfin, s’il y a un marché pour la vente, il y a également un marché pour les achats. Le choix des fournisseurs est une donnée primordiale, car le prix d’achat déterminera la marge commerciale, et les modalités de règlement accordées influenceront le besoin en fonds de roulement.

Contraintes légales

Créer une société est un acte juridique. Mais le fait de vendre ou d’acheter l’est également. Le créateur doit par conséquent comprendre que lancer une entreprise, et la gérer, revient à conduire une voiture, sans pour autant avoir le permis. à lui de comprendre, et d’apprendre, quelles sont les règles, quels sont les droits et les devoirs. Rappelons que créer et gérer une entreprise a une incidence fiscale (le créateur devient collecteur de la TVA, et est imposé sur ses bénéfices), une incidence sociale (le choix du statut social du dirigeant est primordial), et bien évidemment une incidence juridique (notamment en termes de responsabilités). Enfin, si le porteur de projet a une idée innovante, il a la possibilité de la protéger, si toutefois personne ne l’a fait avant lui…

Contraintes de moyens

« L’entreprise à 1 euro », cela existe… surtout si le créateur, en plus de maîtriser parfaitement son idée, est un excellent financier, juriste, communicant, artisan, voire magicien ! En effet, une entreprise, ce sont des capitaux (ou des dettes) qui permettent de financer des investissements, nécessaires à l’activité. Néanmoins, le but premier d’une société est de gagner de l’argent, autrement dit, de générer des profits, afin d’avoir un retour sur l’investissement initial. Il paraît par conséquent évident que des études de faisabilité fiables, basées d’une part sur une observation fine du marché et du produit, et d’autre part sur des prévisions financières, juridiques et comptables, doivent être faites, en amont de toute formalité. Créer, c’est anticiper, pour mieux avancer.