Interview de Patrick Dumoulin, directeur général du label Great Place to Work

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     18/10/17    
interview patrick dumoulin directeur general label great place work

Interview de Patrick Dumoulin, directeur général du label Great Place to Work

Quelle serait la définition d’une entreprise où il fait bon vivre ?

Pour Great Place To Work, cette définition se conçoit selon deux points de vue : pour les collaborateurs, une entreprise où il fait bon travailler est une entreprise où ils ont confiance en leur management, où ils sont fiers de leur travail et apprécient les personnes qu’ils côtoient. Pour les managers, il s’agit d’une entreprise où chacun atteint ses objectifs, donne le meilleur de lui-même, travaille dans un esprit d’équipe, le tout dans un climat de confiance. Une entreprise où il fait bon travailler est une entreprise où les salariés déclarent se sentir bien, car ce sont eux qui y vivent au quotidien. 

Pour quelles raisons les entreprises participent-elles au Great Place to Work ?

Pour plusieurs raisons, la première, consiste à se confronter à une méthodologie d’enquête rigoureuse qui est la nôtre sur la perception des conditions de travail de leurs salariés. La deuxième, c’est pour se tester et s’inspirer des bonnes pratiques mises en place par les autres participants. Enfin, décrocher le label Great Place to Work est un outil de marque employeur très puissant, qui est à même d’attirer les meilleurs talents. Les entreprises lauréates forment également une communauté qui partage, apprend et échange.

Quels sont les nouveaux défis du management à la cool ?

Nous pensons que l’horizontalisation des rapports de hiérarchie est un levier important de ce changement de paradigme. Davidson Consulting, n°1 du Palmarès français depuis quatre ans (cat. 500 à 5 000 salariés) représente à ce titre un exemple parfait. L’entreprise, née il y douze ans, a fondé son modèle sur celui de l’entreprise horizontale. L’un des grands défis pour le management de demain, c’est celui du « faire confiance », qui est de nature à « empowerer » les collaborateurs en les rendant pleinement autonomes et acteurs de leur travail et de leur évolution professionnelle : cela contribue à libérer les énergies, à libérer la prise d’initiatives et ainsi à donner du sens aux tâches effectuées.

Donnez une note à cet article