Intelligence artificielle : La start-up Artur’In lève 5,5 millions d'euros

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     12/07/18    
intelligence artificielle start up artur in leve millions euros

Seulement 17 % des TPE-PME sont réellement actives sur les réseaux sociaux en France selon Neoptimal (agence de prospection digitale, ndlr). Reste que ces outils sont primordiaux pour la communication des entreprises. La start-up Artur'In propose de les aider avec son community manager intelligent, Artur. Elle vient d'effectuer une levée de fonds de 5,5 millions d'euros auprès des fonds de capital-risque, Ventech et DN Capital. Le but de cette levée : renforcer l'innovation technologique et pouvoir accéder à de nouveaux marchés.

Un community manager intelligent au service des TPE-PME

Créée en mai 2016 par 6 co-fondateurs, Melissa Serfaty, Dan Serfaty, Philippe Jochem, Rodolphe Gougaud, Pierre-Emmanuel Servant et Thierry Lunati, la start-up parisienne Artur'In propose un community manager intelligent, dénommé Artur, qui se base sur le deep learning et l’intelligence artificielle. Avec son programme, l'entreprise veut donner les moyens aux TPE et PME de tirer avantage de la puissance des réseaux sociaux pour augmenter leur visibilité, être proche de leurs clients et faire face à la concurrence. La solution permet donc de traiter la gestion des contenus de ces sociétés mis en lumière sur leurs réseaux sociaux. Avec une technologie de pointe concentrée sur l'intelligence artificielle, elle fournit la rédaction des posts et le planning de publication, avec une diffusion adaptée et rapide, multipliant par sept le ROI digital (Return On Investment, désignant la rentabilité procurée par un investissement,ndlr) par rapport à un community manager réel.

Les fonctionnalités de la solution

Le programme s'adresse aujourd'hui à trois secteurs que sont l’immobilier, l’assurance et l’expertise comptable. Pour 189 euros par mois, les entreprises disposent de ce service. Artur’In publie ainsi chaque jour du contenu professionnel personnalisé sur Facebook, LinkedIn, Google My Business et Twitter. Toutes les trois semaines, la start-up envoie une newsletter aux clients des sociétés afin de les aider à entretenir de fortes relations commerciales. Elle propose également la création de blogs ou sites personnalisés qui rassemble toutes les actions de communication, les programmes de fidélisation, les coordonnées et les liens d'une entreprise cliente. Enfin, le community manager virtuel met en place sur deux mois pour les firmes, un tableau de bord qui montre les résultats générés par chaque post et newsletter, et identifier les fans ainsi que les nouveaux prospects. La solution attire les entreprises puisque de nombreuses agences immobilières comme Muriel Errera Immobilier, Bannan Properties, Elyse Avenue et Capifrance font appel à leur service.

Les résultats et les futurs objectifs de la start-up

Depuis sa création, la start-up affiche une croissance significative mensuelle à deux chiffres et compte plus de 1200 clients. Avec cette levée de fonds d'un montant de 5,5 millions d'euros, l'entreprise veut renforcer les compétences de son community manager intelligent et développer de nouvelles fonctionnalités. Mélissa Serfaty, l'une des co-fondatrices nous en dit plus :« Nous sommes en train de travailler sur la mise en place d'une offre publicitaire d'ici la rentrée. Nous proposons à nos clients de non seulement s'occuper de la partie community management, mais aussi toute la partie publicité Facebook. Nous voulons aussi travailler sur de la création de contenus purs et de vidéos, via une intelligence artificielle. » La start-up souhaite s'ouvrir à d'autres secteurs comme le retail, l'automobile, la santé, la forme et le bien-être. La dirigeante nous précise les perspectives futures de l'entreprise : « À court terme, notre objectif est de renforcer Artur et notre présence en France. D'ici deux ans, nous aurons pour ambition d'aller à l'international. » L'entreprise compte également renforcer ses effectifs avec le recrutement de cent personnes dans des fonctions support et commerciales, d’ici fin 2019.

Donnez une note à cet article