Le top : les échanges culturels et l'excellence française dans vos projets d’export

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     15/01/18    
Culture

Notre patrimoine, l’excellence française, nous a permis d’ouvrir de nombreuses portes à l’international. Pour contribuer au développement économique de notre pays, il devient incontournable de savoir mettre en exergue notre savoir faire et les échanges culturels en sont le pilier car ils suscitent une dynamique qui permet de développer de nouveaux concepts.

Espagne, Grande-Bretagne, Chine, Emirats, Maroc, Afrique du Sud, Venezuela… Tant de pays, pour ne citer que ceux-là, tous exceptionnellement réputés pour leur gastronomie, leurs monuments, leur histoire, leur équipe de foot, leur langue, et autant d’attributs qui les rendent chacun si unique ! Pourquoi ne pas en profiter dans tous les aspects de notre vie et surtout, dans les affaires ! En effet, la culture de son pays d’origine peut représenter une source d’intérêt majeure pour notre interlocuteur « prospect/client ». Celui-ci, inconsciemment, achète une part de cette culture en décidant de faire affaire avec vous. Un atout désormais de taille et qui peut vous démarquer face à vos concurrents ou même constituer un point d’entrée lors d’une première approche terrain. De cette manière, nous contribuons par ailleurs à la politique de « diplomatie économique » existante de notre pays d’origine, laquelle est représentée dans les quatre coins du monde. Nous n’en avons malheureusement pas toujours conscience ou alors nous la négligeons lors de déplacements à l’étranger. Pourtant, elle pourrait s’avérer être un vrai coup de pouce !

La culture française ancrée dans les négociations

Un exemple ? La France, forte et respectée de par le monde pour ses valeurs, son patrimoine, son histoire, son art, son luxe, sa qualité et sa créativité (pour ne citer que l’aspect culturel). La culture représente un de nos principaux atouts, notre héritage et une part décisive de nos actions de commerce international. Il est donc intéressant de profiter de nos atouts culturels dans les négociations. Sachez qu’une culture est encore plus forte et définitivement influente lorsqu’elle s’exporte à l’extérieur des frontières. À l’international, la France est souvent associée à une identité fondée sur les valeurs de l’excellence, octroyant par association la même image à notre entreprise et nos services/produits proposés. De fait, il est recommandé voir nécessaire de ne pas passer à côté de ce gisement de rayonnement et de croissance que constitue notre propre culture.
Un petit conseil, afin de profiter plus encore du rayonnement de la France dans les pays étrangers, je vous suggère de vous renseigner sur les pays où la France dispose d’une représentation annuelle. En capitalisant sur ce réseau culturel à l’étranger, nous profitons de l’expertise et des actions des professionnels de ce domaine qui facilitent le commerce des acteurs français de l’export et du commerce international. (Renseignements toute l’année sur: www.diplomatie.gouv.fr). Attention, il ne s’agit pas d’imposer sa culture dans le pays d’accueil, mais de la partager et de la présenter comme un vecteur de communication. Il est ici question d’aborder ce sujet par les méthodes d’analyse cross-culturelle qui peuvent se présenter tant dans les situations d’affaires à l’étranger que dans les relations humaines.


Un contrepoids face à la concurrence des pays émergents
Enfin, nous avons tous conscience que la concurrence est de plus en plus rude et que les pays émergents, la Chine plus particulièrement, investissent en masse dans tous les secteurs de l’économie à l’international. Ces investissements de masse se font depuis peu ressentir dans une politique de rayonnement international visant à accroitre notamment leur présence culturelle sur les 5 continents. Une présence véhiculée par les acteurs économiques, entre autres. Tirant des leçons de la présence grandissante de ces concurrents internationaux, il est de notre devoir, de notre survie commerciale et de la rentabilité de nos affaires, d’opter pour l’offensive culturelle comme levier des affaires à l’étranger !

Des reconnaissances essentielles le label EPV et le Comité Colbert

Ainsi, face à une concurrence mondiale et à une globalisation des échanges accrues, la reconnaissance des qualités du fabriqué en France peut se révéler difficile. Afin de simplifier la reconnaissance d’artisans et d'industries maîtrisant des savoir-faire rares, le label EPV a été créé sous l'égide des pouvoirs publics. Il a pour objectif de valoriser la haute technicité, la créativité ou la portée culturelle provenant d'activité manufacturière. Les entreprises récompensées correspondent par exemple à l'orfèvre Christofle , au luthier Bois d'Harmonie , au coutelier Graveline ou au traiteur Potel et Chabot . Grâce à sa valorisation des savoir-faire rares, traditionnels ou très innovants, le label EPV permet de renforcer efficacement l'attractivité commerciale des entreprises emblématiques de l'excellence française. (Source : www.patrimoine-vivant.com) 

De même, le Comité Colbert promeut les valeurs du luxe à la française en France et dans le monde ; il encourage ses membres dans leur développement et constitue un lieu de réflexion autour du luxe et de son évolution, des savoir-faire et du patrimoine, et du rayonnement culturel apporté par ce secteur. Le Comité, qui regroupait 14 maisons à sa création, en compte aujourd’hui 81, toutes répondant à cinq critères bien définis : ambition internationale et caractère identitaire, qualité, création, poésie de l’objet et éthique. Parmi elles, douze entreprises représentent le secteur de la mode : Bonpoint, Céline, Chanel, Chloé, Christian Dior Couture, Eres, Givenchy, Jeanne Lanvin, Lacoste, Leonard, Pierre Balmain, et Yves Saint Laurent, et sept celui du cuir, dont Hermès, Delvaux, ou encore John Lobb.
Bien conscients du rôle crucial des savoir-faire d’exception dans le rayonnement de la mode et de la haute couture française, le Comité Colbert les préserve et les valorise, mais il entend également les aider à aller de l’avant et évoluer avec leur époque sans perdre une once de l’excellence qui fait toute leur spécificité. (Source : www.comitecolbert.com)

À l’ère d’une mondialisation plus ancrée que jamais, cet article remet surement en cause les convictions des uns et l’assurance des autres sur le fait que de nos jours et avec le web 2.0, la culture à laquelle nous appartenons n’importe plus. FAUX ! Le monde ne cesse de changer, mais chacun reste impliqué dans les communications interculturelles et elles seules restent inchangées en conservant une place de choix dans les rapports humains.

Donnez une note à cet article