Le globe-trotter de l’entrepreneuriat.

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale    11/04/17    0
globe trotter entrepreneuriat

Luis Filipe Martins est le cofondateur et président de Foresight Entreprises une société spécialisé dans le Conseil en management de transition. Un entrepreneur que rien n’arrête avec une entreprise comme un mode de vie

Quel est votre parcours (estudiantin, professionnel et personnel) avant la création de votre entreprise ?

J’ai d’abord obtenu une licence en géologie en 2002 puis pendant 16 ans, formé par Bouygues Telecom, j’ai fait du business. Puis en 2011/2012, j’ai suivi une formation de Management opérationnel  à l’ESSEC pour maîtriser les finances, la gestion des conflits, la stratégie, la gestion d’une société…à l’issue de laquelle j’ai soutenu un mémoire sur le management de transition.

Quand avez-vous créé votre propre entreprise ? Dans quel secteur ? Et surtout pourquoi (anecdote, déclic) ?

J’en ai créé plusieurs ! La première société dans laquelle j’ai investi était une société qui existait depuis 20 ans, société d’éditeurs de logiciels. Il y avait trois associés et on m’a proposé de remplacer un associé qui partait pour des raisons de santé. C’était une petite société d’une quinzaine de personnes. Celle-ci propose des logiciels pour le planning des transporteurs  ou pour les industriels qui utilisent les transports. Au bout de quelques années j’ai quitté cette société car j’avais d’une part besoin de me remettre en question et parce qu’avec les associés nous n’avions plus la même vision de l’avenir.

C’est à ce moment là que j’ai complété mes compétences par une formation à l’ESSEC de Management exécutive opérationnel et c’est à l’issue de cette formation que j‘ai rencontré un manager de transition qui m’a ouvert de nouveaux horizons. D’ailleurs tout mon parcours ce sont les rencontres humaines qui le  rythment.  En quelques mots, le manager de transition travaille de manière ponctuelle dans une entreprise pour un ajout de compétences, pour un besoin particulier.

J’ai créé une association début  2013 pour les managers de transition A2MT et avec un des associés j’ai travaillé sur le projet de rachat d’une société de confitures qui ne s’est pas réalisé mais qui nous a conduits avec mon associé à créer la société de conseil en management de transition. Cette expérience nous a donné toutes les clefs pour ouvrir le cabinet.

Notre cabinet nous l’avons spécialisé sur l’achat de société : de l’audit préalable jusqu’à l’accompagnement après rachat  et aussi la reprise de sociétés en difficultés. En fait nous avions analysé que l’on retrouvait toujours  la même structure, que l’on appliquait les mêmes principes avant achat et après achat. Qu’est-ce qui justifie un achat ?  Quels éléments qui permettent de justifier le prix et sur quoi on s’appuie pour négocier le prix et aussi, une fois la société rachetée  comment la recadrer. Ma première société m’a permis d’acquérir les bases de mes compétences d’aujourd’hui.

Pouvez-vous me donner les chiffres de votre entreprise (date de création, nombre de salarié, chiffre d’affaires…) ?

Le statut des SAS. Depuis 2013, notre CA  est en  constante progression. Mon problème aujourd’hui c’est de gérer mon temps car accompagner des sociétés est fort chronophage. J’ai une société d’investissement  et je suis associé dans deux autres sociétés une société qui est un commissionnaire en transport digital qui est une application qui permet de transporter, faire transporter un colis n’importe où, par n’importe quel moyen.

Que représente l’entrepreneuriat pour vous ?

La liberté de créer, la satisfaction d’avoir créé mon activité, de la rendre rentable et d’être maitre à bord.

Quelles ont été les principales difficultés rencontrées ? Et inversement les principales satisfactions ?

Les difficultés : la gestion du temps en même temps que le développement de la société car faire du management de transition c’est s’investir à 100% dans le projet que l’on accompagne et il faut aussi gérer l’administratif et il faut donc savoir en tout premier s’organiser

Et la difficulté si on se développe, c’est de former quelqu’un pour qu’il soit lui aussi opérationnel et faire les deux choses en même temps s’avère pratiquement impossible.

J’ai une passion c’est de réparer les vieilles motos pour qu’elles puissent redémarrer, de retrouver les pièces nécessaires à leur nouvelle vie. Pour moi le mangement de transition c’est la même chose. Mais ma satisfaction première c’est que j’aime profondément les gens et une société qui redémarre m’apporte une réelle satisfaction.

Comment vous êtes-vous financé ?

Par moi-même : autofinancement

Comment conciliez-vous vie professionnelle et vie personnelle ?

Vivre chaque moment à 100%. Quand je suis en famille, le week-end, je m’y consacre totalement, cela permet à chacun de vitre en harmonie. Quand je suis dans le travail dans la semaine je m’investis à 100%.

Quels conseils donneriez-vous à un entrepreneur qui se lance pour réussir ?

Ne pas avoir peur de se lancer mais aussi de bien s’entourer. Créer avec des associés permet de mieux se remettre en question mais aussi de répartir les charges de travail  mais aussi de pouvoir dépasser les difficultés

Quelles sont les perspectives d’avenir pour votre entreprise ? Pensez-vous vous développer à l’international ? Pensez-vous à effectuer des levées de fonds ?

Dans mon métier, il faut saisir les opportunités, trouver des compétences qui me permettent de développer la société mais aussi d’accompagner les entreprises d’une manière optimale. La levée de fonds n’est pas ma priorité mais si une opportunité se présente, je la saisirai.

Donnez une note à cet article
d Vidéo
19 novembre 2015 6
À propos de l'auteur
Dynamique Entrepreneuriale
L'équipe Dynamique Entrepreneuriale
Dynamique Entrepreneuriale
Articles similaires
0 commentaire

Pas de commentaire encore !

Vous pouvez être le premier à commenter cet article !

Laisser un commentaire
Votre e-mail ne sera pas publié