Geoffroy Roux de Bézieux, nouveau président du Medef

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     04/07/18    
geoffroy roux de bezieux nouveau president medef

Le Mouvement des entreprises de France (Medef), fondée en 1998, a élu son nouveau président le 3 juillet 2018. Le successeur de Pierre Gattaz sera finalement Geoffroy Roux de Bézieux. Au coude à coude avec Alexandre Soubot pendant la campagne, il est désormais à la tête du mouvement pour 5 ans. Il succède à Pierre Gattaz qui avait marqué le quinquennat de François Hollande avec sa volonté de créer un million d’emplois en cinq ans.

Geoffroy Roux de Bézieux, une figure de l’entrepreneuriat

À la suite d’un vote des 556 électeurs lors de l’Assemblée générale du Medef à la Maison de la Mutualité à Paris, Geoffroy Roux de Bézieux a été élu à la tête du mouvement avec 55,8% des voix. Le vote s’est déroulé après une intervention de l’ancien président, Pierre Gattaz et des deux candidats. Le verdict n’a pas laissé un long suspense car il est apparu en seulement quelques minutes grâce à un procédé de vote électronique mis en place dans la salle. Diplômé de l’ESSEC et d’un master « affaires internationales » de l’Université Paris-Dauphine, Geoffroy Roux de Bézieux possède un profil d’entrepreneur. Il a su convaincre les électeurs par ses idées et son parcours. Créateur de The Phone House, premier réseau de téléphone mobile indépendant en 1996, il a multiplié les aventures entrepreneuriales. Après cette expérience, il s’est spécialisé dans les télécoms et a vendu par la suite The Phone House. Pour continuer sur sa lancée, il a fondé un opérateur de réseau mobile virtuel intitulé Omea Télécom revendu à Numéricable en 2014. Il n’a cessé de se diversifier au travers de ses différentes expériences comme au conseil de surveillance de PSA en 2007, par son fonds d’investissement en 2008 et la reprise d’Oliviers & Co, une PME productrice d’huile d’olive. Aujourd’hui dirigeant de Notus Technologies, il souhaite changer l’image du mouvement pour la renouveler en une figure moderne. Son objectif consiste à rassembler les entrepreneurs et à mettre d'autant plus en avant les femmes au sein du mouvement. Il a annoncé après sa victoire, instaurer la parité au conseil de dix membres avec 5 hommes et 5 femmes. Il faut reconnaître que les votes ont été très serrés, mais Geoffroy Roux de Bézieux a su convaincre par son parcours dynamique.

Deux candidats à la présidence du Medef assez différents

Le concurrent de Geoffroy Roux de Bézieux, Alexandre Soubot s’est présenté comme un entrepreneur plus traditionnel. Il a fait ses études à Polytechnique et dirige l’entreprise familiale Haulotte anciennement détenue par son père. Il est connu pour son approche sociale au sein de son groupe et grâce à cette spécialisation, il a pris en main la négociation interprofessionnelle du dialogue social au sein même du Medef. Avec 224 voix, il n’a pas pu être élu à la tête du mouvement mais il est une personne  appréciée de l’organisation patronale française. Il avait promis dans son discours de « réconcilier la France et l’entreprise ». Ses expériences moins diverses que celles de Geoffroy Roux de Bézieux, ont pu être perçues comme un frein pour assumer le mandat du Medef. Il a d’ailleurs reçu moins de soutiens de la part des fédérations professionnelles et des dirigeants. Le vainqueur quant à lui, a pu bénéficier d’une tribune signée par une centaine des chefs d’entreprise de la French Tech. Notion fondamentale de l’entrepreneuriat dernièrement, la French tech par son soutien ont été des arguments de poids pour le nouveau président du Medef.

Pierre Gattaz, un bilan mitigé

L’arrivée d’un nouveau président pour l’organisation patronale française sonne le départ de Pierre Gattaz. Durant son mandat de 5 ans, il a connu de nombreuses critiques de la part des citoyens comme des membres du Medef. Il avait annoncé en 2013, une promesse d’1 million d’emplois net pour la durée de son mandat. Considérée comme trop ambitieuse pour beaucoup, elle n’a finalement pas été tenue. La France a connu sur ces cinq dernières années des suppressions d’emplois avant de créer 600 000 postes. L’objectif affiché par Pierre Gattaz n’a pas été atteint, même s’il est toujours aussi confiant sur la question pour les mois à venir. Si son projet paraissait absurde, il s’est aussi fait remarquer à plusieurs reprises pour ses propos sur la loi travail. Il avait comparé les militants contre cette loi à des « terroristes » et des « voyous ». Ses propos lui ont valu une assignation en justice pour diffamation, il sera finalement relaxé par la suite.

L’arrivée de Geoffroy Roux de Bézieux donnera une nouvelle image au Medef. Très expérimenté car il possède une solide connaissance du Medef, il a la prestance suffisante pour « moderniser » le mouvement selon les électeurs. Le nouveau président a pour objectif de faire du Medef, un mouvement dynamique. Il souhaite se concentrer sur la technologie et instaurer une meilleure parité. Les femmes au sein du mouvement restent encore peu représentées. Il s’agit donc de revoir la stratégie pour entamer une nouvelle ère.

Donnez une note à cet article