Les Français, toujours envie d’entreprendre ?

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     23/03/19    
francais toujours envie entreprendre

L’engouement des Français pour l’entrepreneuriat s’est-il tari ou continue-t-il à perdurer dans ce contexte économique difficile ? Focus sur ce secteur porteur de création d’emplois.

Chiffre éloquent, près de la moitié des jeunes souhaitent entreprendre, selon une étude menée par OpinionWay pour l’Union des autoentrepreneurs sur un échantillon représentatif de la population française de 2.051 personnes et publiée à l’occasion du salon des entrepreneurs.

Et les chiffres sont fort significatifs car un Français sur quatre dit avoir envie d’entreprendre. Chez les jeunes, cette envie est encore plus forte, puisque les 18-24 ans sont 46% à l’exprimer. Xavier Kergall, directeur général du Salon des Entrepreneurs, explique cela par la “starification” récente des entrepreneurs. “Aujourd’hui, les jeunes ont des idoles, des Niel ou des Zuckerberg, à qui ils peuvent s’identifier, et ils se disent que tout le monde peut tenter sa chance”.

En quelques années, l’entrepreneuriat s’est démocratisé, s’est détaché de la transmission familiale. Mais plus intéressant encore, les femmes se révèlent à avoir autant le souhait de créer leur entreprise que les hommes, soit 25%. “Mais pour le moment, seulement 30% des entreprises sont créées par des femmes”, rappelle Sandra Le Grand, fondatrice de Yapuka.

Mais pourquoi donc créer ?

Les Français souhaitent “se sentir plus autonomes” (46%) et “donner plus de sens à sa vie” (38%). Des motivations qui sont fort différentes de celles de la jeunesse (18-24 ans) qui souhaitent se lancer dans la création d’entreprise (51%) pour gagner plus d’argent.

En résumé

  • 46 % des jeunes de 18 à 24 ans et de 25 à 34 ans ont envie d’entreprendre ;
  • 30 % des personnes de 25 à 49 ans ont envie d’entreprendre ;
  • 11 % des personnes de plus de 50 ans ont envie d’entreprendre.

Le sondage révèle également qu’un Français sur 4 envisagerait de créer ou de reprendre, un jour, une entreprise. Ce qui représente plus de 13 millions d’entrepreneurs potentiels et quand on sait que la population est d’environ 60 millions, ce chiffre donne à réfléchir.

*Sondage mené par OpinionWay pour l’UAE avec le soutien de la Fondation Le Roch-Les Mousquetaires et la participation de Sage à l’occasion du 25ème salon des Entrepreneurs

Mais il faut aussi penser que cette envie d’entreprendre est liée à l’obsolescence potentielle des métiers. En ce sens Idinvest Partners et Le Figaro ont souhaité connaître la vision des entrepreneurs concernant les métiers de demain. Les métiers devraient fortement évoluer dans les années à venir, voire pour certains pratiquement disparaître, si l’on en croit les perspectives des entrepreneurs.

Ainsi, les nouvelles technologies et les nouveaux modèles économiques bousculent aujourd’hui au moins un métier sur deux, à un horizon d’à peine 10 ans et cela peut aussi développer le désir d’entreprendre pour ne pas se trouver soumis à une perte d’emploi. De plus, pour 52% des entrepreneurs et 40% des actifs, le développement croissant d’applications mettant en lien direct consommateurs et prestataires de services modifiera leur métier ou leur activité d’ici une dizaine d’années et donc rendra la possibilité d’être autonome et donc de créer son entreprise.

De plus, l’intelligence artificielle (IA) et le Big data sont cités par respectivement 45% et 42% des entrepreneurs (mais aussi 42% et 40% des actifs de manière générale) comme des technologies qui modifieront très largement leur activité et beaucoup d’entre eux aimeraient anticiper.

D’autres technologies comme l’imprimante 3D (citée par 37% des entrepreneurs), la robotisation (36%) ou la voiture autonome (23%) pourraient également avoir un impact majeur sur le marché du travail.

Si près d’un métier sur deux est aujourd’hui concerné à moyen terme (10 ans), certains apparaissent particulièrement menacés et donc il est évident que dans ce contexte entreprendre sera une manière de se sortir de l’impasse du chômage.

Donnez une note à cet article