Les Français et les PME : une confiance sans faille

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     20/06/19    
francais pme confiance faille

Dans un contexte où la tendance à la critique et la défiance et la méfiance sont permanentes, Les français accordent aux PME une confiance sans faille. Quelles sont les raisons qui les conduisent à leur accorder non seulement leur confiance mais aussi à être leur avocat face aux multinationales.*

Afin de mieux comprendre la réalité et les raisons de cette confiance, la FEEF (Fédération des Entreprises et Entrepreneurs de France) et le cabinet d'études et conseil Occurrence ont mené une enquête auprès de 1000 Français sur leur perception des PME. : « Étude d'opinion FEEF-Occurrence : La perception des Français à l'égard des PME ». Cette étude met en exergue le lien tissé avec les PME.

PME : dimension humaine et proximité, les atouts incontestables

Ainsi 77% des Français ont confiance dans les PME (vs. 28% pour les multinationales). Selon 56% d'entre eux, le caractère « proche » et « humain » des PME sont sans ambiguïté la raison de leur lien de confiance. Assaël Adary, Président d'Occurrence explique :

« L'étude raconte une histoire d'amour entre les Français et les PME. Pour les Français, les PME ce sont des femmes et des hommes au service d'un territoire, pas seulement un enjeu économique mais un enjeu de fécondité des territoires. Les PME sont les pollinisateurs de la vie économique et sociale française. »

PME : source de la vitalité économique et sociale des territoires

L’étude permet de voir que l’histoire des PME et la région sont liées de façon étroite. Pour 85% des Français, les PME favorisent le développement économique et régional et pour près de 8 Français sur 10, les PME participent au rayonnement d'une région et de ses produits locaux (vs. 27% pour les multinationales). 83 % des Français estiment que les PME renforcent le lien social au sein d'un territoire (vs. 24% pour les multinationales).

PME : circuits-courts leur atout-maître ainsi que la réponse aux attentes sociétales

Dans la tendance actuelle à la préservation de la planète, il apparaît évident que les PME sont à même de répondre aux enjeux actuels.

84% des Français jugent que les PME sont bien placées pour assurer des circuits de distribution courts (vs. 21% pour les multinationales). Selon 78% des Français, les PME sont centrées sur le consommateur, ont des produits de qualité supérieure et sont innovantes. 76% des Français estiment que les PME sont animées par des entrepreneurs et collaborateurs engagés.

PME : un développement entravé par le poids de la fiscalité et contraintes réglementaires

86% des Français assurent que les PME doivent surmonter de nombreux freins pour pouvoir embaucher (alors même que la création d'emplois est citée comme la première qualité donnée spontanément aux PME). Pour 85% des Français, les PME souffrent d'une fiscalité trop importante (vs. 28% pour les multinationales). 65% des Français estiment que les PME subissent de trop lourdes contraintes, lois et règlements.

PME : la bonne santé de l’économie française

74% des Français sont favorables à la mise en place de la différenciation PME, notamment au niveau fiscal, pour mettre fin aux distorsions de concurrence entre PME et multinationales. 78% des Français considèrent les PME utiles à la bonne santé de l'économie française. Dominique Amirault, Président FEEF souligne avec conviction : « Les décideurs publics devraient s'en rappeler au moment de légiférer pour davantage libérer les PME et rétablir une concurrence plus équitable entre PME et multinationales, via la différenciation PME que les Français soutiennent à 74% ».

La création d’emplois est la première qualité attribuée spontanément aux PME

Selon Dominique Amirault, Président FEEF : « Cette étude met en évidence le fait qu'une PME, on l'aime parce qu'elle fait partie de notre vie ! Elle est intrinsèquement liée aux territoires. Les Français ont également conscience que les PME sont un formidable moteur économique et social pour nos territoires, et donc un atout pour la France. Quand les Français citent spontanément l'emploi comme première qualité des PME, la réalité corrobore cette perception puisque les PME sont bien à l'origine de 80% des créations d'emplois. »

Étude réalisée en ligne en avril 2019 auprès d'un panel de 1052 Français métropolitains, âgés de 18 à 65 ans, représentatif de la population française (méthode des quotas)

L’étude propose une typologie de 5 profils pour 5 façons d’appréhender les PME et en conclut que les deux profils les plus promoteurs des PME sont les passionnés et les pragmatiques qui représentent un français sur deux.

Les Français et les PME : 5 profils pour une relation majoritairement positive.

Les passionnés 23%

Ce groupe associe les PME à tous les énoncés testés. Les dimensions qui émergent le plus fortement sont : la région (circuits courts, rayonnement, renforcement du lien social et développement économique de la région), responsables et transparents, et aussi les entraves faites au PME par une fiscalité trop importante

Les pragmatiques 33%

Ce groupe à un regard plutôt équilibré associant certains énoncés aux grandes entreprises, et d’autres aux PME. Pour les PME, il comprend l’impact bénéfique des PME en région, leur caractère employeur responsable et la capacité à respecter la loi mais il remarque qu’elles sont entravées pour embaucher.

Les timides 6%

Ces personnes considèrent les grandes entreprises et les PME autant concernées par les énoncés testés. L’innovation, l’impact en région et le respect des lois fiscales marquent la sensibilité de ce groupe aux PME.

Les CAC40 27%

Les caractéristiques qui se démarquent sont la vision à long terme, un bilan positif à la création d’emplois qui sont d’abord associés aux grandes entreprises. Nous observons que ce groupe d personnes obtient les taux d’associations les plus élevés aux grandes entreprises sur toutes les dimensions mesurées.

Les distants 12%

Fondamentalement ce groupe ne tranche pas de façon segmentante entre grandes entreprises et PME. Dans l’ensemble ils sont moins favorables aux entreprises en général et semblent peu au fait de l’économie.

Donnez une note à cet article