Financer sa création d'entreprise, les acteurs et le timing !

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     01/02/10    
Les créateurs d'entreprise ont souvent des besoins en financement mais quasi aucune ressource personnelle pour développer leurs beaux projets / jeunes sociétés. Où, Quand et auprès de qui trouver cet argent ?

Les actifs immobilisés doivent être avant tout financés par du capital social et des apports en comptes courants d'associés. Ce sont les investissements incorporels (site internet, fonds de commerce), corporels (travaux d'installation, véhicule) et financiers (garantie professionnelle, dépôt de garantie pour les loyers).

Ne perdez jamais de vue que ces sommes, appelées fonds propres sont le fondement de la solidité financière de votre entreprise : c'est l'importance des fonds propres qui détermine la capacité d'emprunt.

L'argent personnel et la love money

L'apport personnel est souvent considéré comme indispensable pour :

  • autofinancer certains besoins qui ne sont pas pris en charge par les banques. On pensera notamment aux frais d'établissement, aux investissements incorporels autres que le fonds de commerce, et souvent au Besoin en Fonds de Roulement.
  • rassurer les tiers, en particulier lors d'une demande de crédit.

L'apport personnel peut être complété par les proches (parents et amis), qu'il faudra convaincre.

On parle dans ce cas de « love money ». Ces proches constituent un premier test pour savoir si le projet est viable. Ils peuvent souscrire au capital et notamment bénéficier ainsi d'une réduction conséquente d'impôts sur le revenu.

  • En savoir plus sur les fonds propres et les réductions d'impôts : voir à la sous-rubrique les fonds propres

Attention : ne pas confondre "love money" avec "l'association love money pour l'emploi"

Les concours, prêts d'honneur, aides et incubateurs

Les concours organisés pour les créateurs restent de bons moyens de vérifier la validité de son idée et sa capacité à convaincre des personnes externes. 

Les aides sont pour l'essentiel distribuées par l'état ou les collectivités locales. La plupart de ces aides financières ne concernent pas spécifiquement la création d'entreprise. On peut aussi penser au dispositif NACRE qui permet de bénéficier  d'une avance remboursable notamment pour les demandeurs d'emplois d'un montant de 1 000 à 10 000 euros, sans intérêt et  pour une durée maximale de 5 ans.

Les subventions ne peuvent être prises en compte pour financer les premiers besoins durables de la nouvelle entreprise. En effet, elles ne sont généralement perçues que plusieurs mois après le commencement de l'activité et souvent conditionnée à la réalisation préalable de certains engagements (investissements, embauches, ...). 

Les prêts d'honneur permettent de compléter l'apport personnel. Certains organismes extra-bancaires attribuent des prêts d'honneur sans exiger de garanties. Ces prêts sont généralement accordés à taux nul ou à taux réduits. Certaines fondations, associations ou autres organismes (tels que Réseau Entreprendre ou France initiative) aident les créateurs sélectionnés en leur accordant un prêt d'honneur (qui est souvent aussi considéré comme un label de qualité). Le prêt d'honneur complète les fonds propres. Ils constituent des « quasi fonds propres ».

Les Cigales (Clubs d'investisseurs pour une gestion alternative et locale de l'épargne solidaire) ou les associations Love money pour l'Emploi, peuvent prendre une participation au capital de votre société pour des montants généralement modestes. En dehors de ces deux cas, il faut savoir que ce type de financement ne concerne que les sociétés créées dans certains types d'activités.

L'Adie peut constituer une bonne source de financement pour certains porteurs de projets. Il s'agit d'un micro-crédit qui peut s'avérer très utile pour disposer de fonds propres.

Les prêts bancaires…

Sans qu'il n'y ait de règle absolue, les banques ne financent le plus souvent qu'à hauteur de 70 % du montant HT les investissements physiques, le fonds de commerce s'il y a lieu et, exceptionnellement, le Besoin en Fonds de Roulement. Par ailleurs, le banquier limite fréquemment son engagement à hauteur de la mise du créateur : il considère que les fonds propres doivent au moins égaler l'emprunt sollicité. Par ailleurs, pour compléter les prêts bancaires, on peut penser au PCE dont la somme est comprise entre 2 000 et 7 000 euros. Précision sur le PCE : ce dernier doit obligatoirement être accompagné d'un concours bancaire à moyen ou long terme dont le montant est au minimum égal à 2 fois celui du PCE.

Attention : si vous n'utilisez le prêt bancaire, le PCE peut se retrouver directement prélevé sur les ressources personnelles du créateur.

Les garanties pour accéder aux prêts bancaires.

En principe, les banques ne prêtent pas sans garanties : d'abord sur les biens financés (hypothèque, nantissement,…) et ensuite, selon le cas, par des cautions personnelles. Si après analyse de votre dossier les garanties présentées sont jugées insuffisantes, votre dossier risque d'être refusé sauf à prévoir d'autres sûretés.

Les Fonds de garantie peuvent être nationaux, régionaux ou locaux et concerner particulièrement la création d'entreprise, comme : OSEO, le Fonds de garantie à l'initiative des femmes FGIF, les fonds de garantie de France Active, tournés vers des créateurs en situation personnelle difficile : allocataires du RMI, chômeurs en fin de droits,... les Sociétés de caution mutuelle (SCM) généralistes comme la Siagi ou spécialisées par secteurs d'activité accordent généralement leur garantie à hauteur minimale de 50 %

La prise de participation au capital

Les « leveurs de fonds » (comme Chausson Finance, Leonardo, MGT...) facilitent cette recherche de capitaux : moyennant rémunération, ces professionnels aident au montage des plans d'affaires (business plans) et les présentent à des investisseurs.

Les réseaux locaux de business-Angels organisent aussi, de façon bénévole, des rencontres entre créateurs et investisseurs privés. Il faut savoir qu'aujourd'hui, ils sont très sollicités et ne sont pas très nombreux. L'association France Angels qui fédère 82 réseaux de Business Angels comporte plus de 4 000 membres. Plus de 8 500 dossier sont (été) reçus chaque année, 3500 éligibles, 2000 instruits, plus de 1100 ont été présentés et 325 seulement financés. L’investissement moyen par entreprise financée est de 136 K€.

Attention : certains Business Angels sont très sensibles à la forme juridique choisie et préfère les S.A.S. ou SA aux S.A.R.L. Pour les expériences recensées par Dynamique : Il s'agit de l'impact psychologique de la gestion de fait. 

Le capital amorçage constitue la forme la plus avancée du capital risque. Il est malheureusement quasi inexistant en France. Il n'est présent que sur les domaines à forte évolution technologique. 

Organismes de capital risque : Très peu d'entreprises peuvent recourir au capital-risque. En effet, la sélection des projets par les sociétés de capital-risque est extrêmement rigoureuse et intervient la plupart du temps plusieurs mois, voire années après la naissance de l'entreprise.

Faites des économies & gagnez du temps en créant votre entreprise en ligne grâce à notre partenaire legalstart, cliquez ici
Nos tools !

Pack de création Start-up
Pack de création Start-up

Legalstart.fr vous accompagne dans la création de votre Startup grâce à un service complet.

CLIQUEZ ICI