Fin de la publication des comptes des TPE : une réelle simplification ?

Frédéric CWILING     10/06/13    
Fin de la publication des comptes

Simplifier les démarches administratives des entreprises ? Chaque entrepreneur en rêve !!! Aussi, lorsque le gouvernement annonce vouloir lancer un « choc de simplification », chacun relève un peu la tête, curieux et attentif de connaître la suite.

Une première mesure de simplification

Dans le cadre de cette annonce, l’une des premières mesures annoncées consiste à supprimer l’obligation de rendre ses comptes publics pour un certain nombre d’entreprises.

Faut-il alors se réjouir de cette première mesure de « simplification », ou bien peut-on tout aussi rapidement replonger la tête dans un quotidien tiraillé entre les impératifs commerciaux, les difficultés financières, et … les montagnes de paperasses ?

Malheureusement, il semble une fois encore que ce soit la 2e solution qui l’emporte.

Une mesure en trompe l’œil

Rappelons dans un premier temps que cette mesure ne toucherait qu’une certaine frange des entreprises (celles qui ont moins de dix salariés et réalisent moins de 700.000 euros de chiffre d'affaires seraient concernées).

Mais surtout…

Dans la réalité très peu de TME se plient aujourd’hui à cette obligation qui ne comporte de sanction financière (1.500 €) que dans le cas d’une plainte d’un tiers.

Dans la réalité, toute entreprise est naturellement (et c’est tant mieux) tenue d’établir ses comptes chaque année, que ce soit pour rendre des comptes à ses actionnaires, communiquer avec sa banque, ou tout simplement permettre d’avoir sa propre idée précise des développements et résultats chiffrés de l’année écoulée.

Dans la réalité, de très nombreuses entreprises délèguent purement et simplement cette tâche de publication des comptes à leur expert-comptable.

Dans la réalité, seules quelques entreprises exerçant dans des secteurs d’activité très spécifiques trouveront (parfois à juste titre) dans cette mesure un moyen d’éviter la divulgation à des concurrents, clients ou fournisseurs certaines informations parfois sensibles.

Dans la réalité, cette mesure ne risque-t-elle pas d’augmenter l’opacité autour de certaines entreprises, de développer ainsi la méfiance d’un certain nombre d’acteurs envers les sociétés, de mettre à mal toute une industrie qui vit, fonctionne et crée des emplois dans le domaine de la collecte et de la diffusion d’informations financières ?

Dans la réalité ?

Mais ceux et celles qui nous gouvernent sont-ils en fin de compte au fait de la réalité des entreprises ? Chacun est libre d’en juger …