Tout faire pour protéger les entreprises de la fraude

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     04/09/18    
faire proteger entreprises fraude

Nicolas Taillandier est, depuis octobre 2015, à la tête de Counter Fraud Consulting. Passionné par le domaine judiciaire, le dirigeant s’est fixé un objectif, celui de venir en aide aux entreprises en luttant contre la fraude. Pour y parvenir, il adopte une approche transversale tant au niveau juridique, organisationnel, qu'humain.

« Laissez-moi trois jours et je vous trouverais la fraude n’importe où ! », promet Nicolas Taillandier, fondateur de Counter Fraud Consulting. Avant l’entrepreneuriat, le dirigeant s’est d’abord tourné vers un parcours de juriste. Diplômé d'un master en criminologie et titulaire d’un DEA de droit pénal et de sociologie, il intègre Bouygues Telecom en 1997, en tant que Responsable de fraude clients. Le but étant de maîtriser le risque lié aux ouvertures de comptes et aux usages anormaux des lignes. Sa vocation venait de prendre vie. « J’ai rejoint cette équipe comme enquêteur puis, au bout de quelques semaines, on m’a confié le projet de mettre en place la lutte contre la fraude à la carte bancaire », raconte Nicolas Taillandier. Après avoir développé une expertise dans la lutte contre la fraude en entreprise, il dirige, depuis octobre 2015, sa propre société spécialisée dans le domaine, Counter Fraud Consulting.

Une approche transversale de lutte contre la fraude

À travers sa structure de conseil, l’entrepreneur s’est fixé un triple objectif : « Intervenir de façon préventive pour aider les entreprises à prévenir le risque de fraudes, mener un certain nombre d’investigations et de collectes de preuves afin de constituer des dossiers de plaintes dans le cadre d’actions judiciaires. Et enfin, former sur ces sujets ainsi que sur la lutte anti-blanchiment et anti-corruption. » Pour sensibiliser les entreprises sur ce type de risque, Nicolas Taillandier place la pédagogie au centre de son activité. Il adopte une démarche transversale qui recoupe la technique, le juridique, la communication et surtout, l’Humain. « La fraude n’est pas que comptable, lance le dirigeant, avant d’enchaîner : C’est pourquoi je place le risque de fraude au cœur d’une approche multidimensionnelle qui englobe l’organisation de l’entreprise, les processus mais aussi la formation des collaborateurs. » Agréé depuis janvier 2018 par le CNAPS (Conseil National des Activités Privées De Sécurité), Nicolas Taillandier revêt, désormais, le costume de détective privé dans sa propre agence, de Baskerville Investigations, reliée à Counter Fraud Consulting et qui s'occupe aussi bien de sociétés du CAC 40 que de PME.

S'investir malgré les difficultés

Au démarrage de l’activité, tout n’a pas été simple. « Counter Fraud Consulting se développe réellement depuis dix mois », confie-t-il. Pour gagner en visibilité et prévenir les risques liés à la fraude en entreprise, Nicolas Taillandier s’est investi, et continue de s’engager, dans un certain nombre de conférences, où il est parfois intervenu, et lieux de rencontre professionnelle. « J’ai démultiplié ma communication en menant un atelier-formation lors des 26èmes Rencontres du Risk Management en février dernier, ainsi qu'au Medef en mai 2017, raconte l’entrepreneur. Il poursuit : Je suis également intervenu lors d'une conférence dédiée à la lutte contre la fraude à Monaco, en 2016. »

Lancé dans un petit segment de marché, la question du financement a, elle aussi, posée problème au début de l’activité : « J’ai fait le tour des banques mais n’ai trouvé aucun financement, en dehors d’une toute petite aide de trésorerie provenant d’une banque privée. J’ai d’ailleurs un peu de mal à imaginer une levée de fonds sur une activité de conseil », dévoile-t-il. Multitâche, Nicolas Taillandier ne regrette pas pour autant d’avoir osé franchir le pas de l’entrepreneuriat : « Il faut, certes, s’adapter et prendre en charge tout un tas de sujets pour lesquels on n'a pas forcément de compétences. Mais je trouve cette difficulté stimulante. Elle me pousse à ouvrir les yeux sur le marketing, par exemple, ou sur des aspects de produits financiers. »

Père de famille, le dirigeant s’efforce de trouver un équilibre entre son travail et sa vie privée, en décompressant les week-ends notamment. Durant son temps libre, Nicolas Taillandier s'adonne de bon cœur à la lecture. « Ce que j’aime, c’est m’asseoir dans mon jardin, au soleil, avec un bon bouquin de science-fiction à la main. » Pour l’heure, l’entrepreneur continue sa lutte contre la fraude, tout en gérant son agence de recherche privée.

Donnez une note à cet article