Facebook au bureau, pour ou contre ?

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     15/02/17    
facebook

Plus de la moitié des entreprises françaises interdisent l’accès aux réseaux sociaux tels que Facebook et Twitter. Il n’empêche que le nombre d’entreprises qui laissent le plein usage de ces plateformes à leurs salariés demeure non négligeable. Les points de vue divergent d’une entreprise à une autre quant à l’impact des réseaux sociaux dans le milieu professionnel. 

Les intérêts de l’intégration des réseaux sociaux au bureau

Nul ne peut nier que les réseaux sociaux facilitent la communication au sein d’une entreprise. Particulièrement pour Facebook, cette plateforme permet aux salariés d’échanger, de partager des moments personnels et de tisser des liens plus solides favorisant leur cohésion. Il optimise ainsi l’esprit d’équipe en constituant un élément indispensable au développement de l’entreprise. Certains salariés n’hésitent pas à compléter l’ensemble des informations de leur compte personnel en mentionnant leur lieu de travail, ou à partager les activités de leur entreprise sur leur mur. Dans ce contexte, ils jouent tacitement le rôle d’ambassadeur de l’entreprise sur la toile. Les contacts du salarié sur son compte Facebook personnel deviennent systématiquement des clients potentiels de l’entreprise. 

Pourquoi les entreprises interdisent-elles Facebook ?

- Facebook : contre-productif

En France, plus de 60 % des entreprises interdisent l’accès à Facebook. La productivité des salariés constitue la principale raison de cette interdiction. La majorité des entreprises françaises considèrent que les salariés adeptes des réseaux sociaux sont improductifs. Ces derniers ne pourraient pas s’empêcher de surfer à des fins personnelles pendant les heures de travail, ce qui générerait d’importantes pertes pour l’entreprise.

- Facebook : un risque pour la sécurité de l’entreprise

Mis à part l’impact négatif de l’utilisation de Facebook sur la production, la sécurité de l’entreprise constitue un enjeu majeur quant à l’interdiction de l’usage fréquent des réseaux sociaux par les salariés. Une enquête menée auprès de plusieurs entreprises internationales au sein de 17 pays a permis de déterminer que 80 % d’entre elles bloquent l’accès aux réseaux sociaux pour des raisons de sécurité. Les salariés risqueraient de dévoiler des informations confidentielles sur l’entreprise à la concurrence ou de véhiculer une image pouvant compromettre sa réputation. 

Régulariser l’usage de Facebook en entreprise

Certains salariés considèrent cette plateforme comme un lieu de rencontre et d’évasion où ils peuvent se détendre et se déstresser. Même si des experts démontrent que Facebook ne constitue pas le meilleur moyen de se détendre, bon nombre de salariés n’hésitent pas à s’y rendre dès que l’occasion se présente. Autoriser l’accès aux réseaux sociaux peut constituer une excellente source de motivation pour les salariés, s’ils n’en abusent pas. Pour limiter les abus, il convient d’établir des horaires où les salariés auraient le droit d’aller sur Facebook. On constate qu’ils surfent à des fins personnelles avant de se mettre au travail, en général entre 8 heures et 10 heures, entre midi et 15 heures et en fin de journée, entre 17 heures et 18 heures. L’entreprise peut leur proposer d’arriver plus tôt le matin pour satisfaire leurs besoins personnels liés à Facebook et autres réseaux sociaux afin d’éviter de compromettre ses intérêts. Elle peut également proposer un petit créneau pendant les heures de travail. Pour garantir l’efficacité de ces mesures, elle doit établir des sanctions à l’encontre des salariés ne respectant pas les règles mises en place.

Donnez une note à cet article