Etre aux petits soins avec son recrutement

Olivia LAFOND     15/11/15    
recrutement

Etre entrepreneur rime souvent avec aimer travailler seul, avec enfin personne qui nous donne des ordres. Mais pour réussir il faut travailler en équipe, diriger, déléguer, savoir à qui faire confiance. Autant bien commencer en soignant son recrutement. 

Même si nous débutons, même si le siège de notre petite entreprise est chez nous, nous pouvons recruter de manière professionnelle.

Connaître son secteur

Chaque secteur est un petit monde, les réputations se font vite et les réseaux s’entrecroisent. Il faut donc savoir où l’on met les pieds et maîtriser l’essentiel : les diplômes actuels de son secteur, les universités ou écoles qui forment au métier recherché, leurs cotes, et bien sûr les concurrents. Lui  a travaillé chez untel , ah d’accord, ça veut dire qu’il est bien formé, ça veut dire qu’il connaît telle ou telle méthode. Je le sais parce que j’ai travaillé chez cette personne, ou parce que ma copine Lola y travaille. Tout ceci aide à parcourir un CV facilement.

Choisir le bon canal pour recruter

Les sites spécialisés existent, autant les utiliser, comme vos concurrents. Je passe souvent mes annonces sur un site réputé de professeurs d’anglais, c’est rapide, et je peux cibler ma demande en rédigeant une annonce détaillée. Seuls les membres du wonderteacher.com la recevront.
Je ne cherche pas dans l’urgence ou je veux éviter de recevoir trop de candidatures parce que je suis un peu bookée en ce moment ? Un coup de fil à Lola, une question posée sur LinkedIn ou lors d’un dîner, un œil sur les candidatures déjà reçues, et souvent on a déjà des pistes pour trouver les personnes avec qui on travaillera bien.

Surtout, ne jamais se dire : ahhhh j’ai besoin de quelqu’un pour la semaine prochaine, je ne trouverai jamais !!! Le plus important c’est d’honorer notre commande, notre contrat avec notre client, donc mettez de côté le reste. Là, pendant quelques jours, nous devons recruter, ça ne dépend que de nous, des candidats parfaits, il y en a plein.

Rencontrer vraiment ceux avec qui on va travailler

Le meilleur moment, celui de l’entretien. Avant, j’essaye de bien lire ce que j’ai reçu, email, CV, même si c’est juste quelques phrases. Je m’intéresse aux détails et aux grandes lignes, je ne veux rien louper. Par téléphone ou email, choisir un lieu et un créneau pratiques pour le candidat, rapidement, et s’y tenir. Et se consacrer entièrement au candidat quand on le rencontre. Si je suis attentive pendant l’entretien, je susciterai l’attention et le sérieux. Je suis une petite structure, je débute, je dois inspirer envie et confiance. Dans mon cas c’est simple, le client connaît son professeur, c’est lui/elle qu’il voit à chaque cours, pas moi, il faut donc que ce soit un wonder teacher. L’entretien ne va pas durer plus d’une heure, on a tous beaucoup de choses à faire. Il faut poser les questions d’usage (un petit questionnaire sur les compétences est indispensable, avec quelques cas pratiques), faire connaissance, passer un moment agréable certes, mais avoir tout dit (procédures, organisation, documents de travail…) et avoir parlé argent très vite, mettre son téléphone en silencieux, proposer des avantages. Et si on s’est trompé ? Si le courant ne passe pas ? Dire tout de suite qu’on ne travaillera pas ensemble, ou pas maintenant ou pas sur ce type de service. Ne rien promettre, parce que c’est tout simplement pas sympa.

Les débuts du nouveau

Le nouveau commence aujourd’hui ! Je vérifie si ça se passe bien, je pose des questions, je reste ouverte s’il a des exigences, mais si j’ai bien fait mon travail avant, ça devrait être facile. Il prévient qu’il ne pourra pas commencer le jour prévu ? A moi de gérer ça avec mon client adoré, je tiens le nouveau informé et si du coup il me faut quelqu’un d’autre, je le lui dis vite.

Cela ne se passe pas bien ? Quand on fait de la prestation de services, on sait que le service est bon aussi quand le courant passe bien. Si ça coince entre le client  et le nouveau, il est toujours possible d’assigner un autre client au nouveau, en restant bien sûr diplomate.

Cela se passe bien ? Tant mieux, parler régulièrement avec votre nouvelle recrue, suivre son travail, l’aider à se former, prévoir qu’il aura envie de vacances à un moment. Et surtout payer à l’heure. Là aussi, c’est à nous de gérer, notre trésorerie…

La dream team

Le nouveau doit rencontrer ses collègues. Pourquoi pas un petit verre tous ensemble ? Payons une tournée, c’est sympa. Choisissons un endroit pratique pour tous, proposons plusieurs créneaux, les sites d’organisation pour ça sont pléthore. Réservons si besoin est, arrivons en avance, soyons au top de notre forme. On aura le droit d’y parler boutique, mais on y sera détendu et on se sentira plus impliqué. On sera une dream team ! Et nous, on aura sans doute d’autres idées parce qu’on aura écouté les discussions et vu ce qu’il faut améliorer. L’objectif ? Entretenir une dynamique. Le moyen ? Etre dynamique.

Donnez une note à cet article