Et si vous rachetiez un site e-commerce ?

Peggy André     10/04/13    
rachetez un site

Il y a plus de 110 000 sites e-commerce en France en 2013, il semble donc suicidaire d’en créer un nouveau (rappelons que selon CCM Benchmark, 75% des sites e-commerce font moins de 100 000 euros de CA…). Trouver l’idée originale, partir de zéro en SEO (Search Engine Optimization, en français "Optimisation pour les moteurs de recherche"), mettre en place un branding de qualité, constituer un stock sans conditions fournisseurs, etc... Quand on voit le nombre de sites qui existent sur chaque créneau, difficile de trouver une niche manquante pour les consommateurs…

Pour trouver un site, il faut se tourner vers les sites de vente de sites. Il y en a pas mal, mais la plupart ne sont vraiment pas intéressants et il faut chercher longtemps avant d’en trouver un à contacter. Parmi les sites en vente, il y a de tout : du site à 20 000€ de CA en vente à 80 000€, au site « confidentiel », dont le vendeur ne veut passer aucune info, même pas le nom du site !  

Finalement la meilleure option pour racheter un site semble comme d’habitude, le réseau. En parler autour de soi, donner ses critères et si quelqu’un avait vaguement le projet de céder son site, il pense à nous. Mais attention ce n’est pas parce que vous l’avez sollicité qu’il doit vous le vendre à prix d’or !

Un rachat de site se base sur le potentiel, les chiffres, le SEO, la notoriété, la concurrence et pas sur l’amour de son propriétaire pour son « bébé ». Vous savez celui qui vous dit « j’ai tout créé, ça me fend le cœur de le céder, car il a un énorme potentiel, bla bla bla… »

Et comme d’habitude, il faut suivre son intuition, celle qui vous dicte d’y aller ou pas. Si vous sentez que le vendeur vous cache quelque chose, creusez, fouillez, renseignez-vous avant de signer la lettre d’intention qui vous engage dans le processus de rachat. L’idéal est de bien s’entourer d’un expert-comptable et d’un avocat, voire d’un conseiller en fusion-acquisition qui a l’habitude de voir passer de nombreux dossiers et qui pourra vous donner son avis impartial. Et pourquoi pas vous mettre en relation avec d’autres vendeurs potentiels.

Comme d’habitude, il ne faut pas rester seul, ne pas se précipiter à racheter un site sous prétexte qu’il est connu ou que le vendeur est sympathique. Un site e-commerce reste avant tout une entreprise qui doit générer des profits et un salaire pour son dirigeant à moyen terme.

Donnez une note à cet article