Les 7 leçons que l’entrepreneur ne peut pas apprendre en école de commerce

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     04/05/18    
faculte

L’entrepreneuriat nous apprend des leçons qui ne peuvent pas être enseignées en école de commerce ou à l’université. Les entrepreneurs tirent des leçons de leurs expériences qui en fait leur richesse. Voici les 7 leçons que l’enseignement supérieur ne peut pas vous apprendre.

Marche ou Crève

La moyenne n’existe pas car elle est l’équivalent à la médiocrité dans le monde de l’entrepreneuriat. Beaucoup d’étudiants français espèrent passer leurs examens avec la note minimale requise afin d’accéder au niveau supérieur. Cette attitude typiquement française n’est pas sanctionnée par les écoles puisque le minimum requis vous permet d’être dans la catégorie supérieure. Parfois, les étudiants ne visent que cette note moyenne au lieu de la note parfaite car ils peuvent avoir le même diplôme avec deux fois moins d’effort. Dans le monde de l’entrepreneuriat, cette moyenne n’existe pas. La règle est simple soit le meilleur (ou l’un des meilleurs) ou ton entreprise mourra.

Les bonnes notes ne servent plus un critère de réussite

La réputation de certaines écoles peut vous aider face aux investisseurs ou aux banques. Mais en réalité, vous avez beau avoir eu une moyenne de 18/20 à HEC Paris, si votre entreprise ne se développe pas, votre palmarès ne vous sera d’aucune utilité. Avoir un diplôme n’est qu’un papier qui prouve que durant une certaine période de temps vous avez été capable de passer plusieurs examens, suivre des cours et payer une école et qui vous a permis d’acquérir des connaissances et des compétences. L’entrepreneur apprend qu’un business plan qui fonctionne deviendra le diplôme de sa réussite.

Vous êtes seul pour trouver le chemin de la réussite

Les jours où l’on vous a tenu la main sont révolus. Le chemin que vous avez pris à l’université et le programme que vous avez suivi ne vous assureront pas le succès. Vous devez créer votre propre voie pour réussir. Si vous avez décidé d’être Entrepreneur alors vous êtes déjà en train de chercher votre voie pour réussir. Votre réussite n’est pas écrite dans les livres.

Personne n’est bloqué dans la même boite

Le système éducatif français impose des choix d’orientation aux élèves, des choix qui paraissent immuables et qui conditionnent dès le plus jeune âge les jeunes à s’enfermer dans une catégorie. L’enseignement supérieur est souvent perçu comme un endroit idéal pour découvrir ce que l’on veut réellement faire de notre vie professionnelle. En réalité, de nombreux diplômés finissent par faire quelque chose de complètement différent de leurs parcours d’origine et réalisent que le monde réel est un endroit où la seule chose constante est le changement. Imaginons, qu’il nous faut 7 ans pour étudier, changer d’orientation et être compétent dans un domaine alors un homme qui vivra 80 ans n’aura que 11 opportunités de changement. Sachant qu’il termine son bac+5 à 23 ans il n’aura plus que 5 opportunités de changer, cela est absurde. L’entrepreneur croit en lui et sait qu’il peut apprendre et créer seul ce qu’il veut.

Être un bourreau du travail ne sert à rien

Être un bourreau de travail  est souvent bien considéré. Les nuits blanches, dormir à l’entreprise ou encore réviser jusqu’à la dernière minute, ces choses sont inutiles et stupides. Les bourreaux de travail finissent par créer plus de problèmes qu’ils n’en résolvent. Ils aiment se sentir comme des personnes indispensables. Les bourreaux du travail font en sorte que les gens qui ne restent pas plus tard se sentent en marge de l’entreprise. Dans la mesure où vous n’êtes plus capable de trier les tâches qui en valent réellement la peine, vous vous retrouvez tout simplement fatigué et inapte à réaliser un travail de qualité. Prendre des décisions importantes dans un état de fatigue n’est jamais judicieux. Les bourreaux de travail ne sont pas des héros. Le vrai héros est celui qui trouve le moyen le plus rapide pour faire avancer les choses.

Copier à toujours proscrire

Parfois, la copie peut faire partie du processus d'apprentissage, comme un étudiant en école d’art qui reproduit une peinture dans un musée. Lorsque vous êtes un étudiant, ce genre d'imitation peut être un outil utile sur le chemin de la découverte de votre propre voie. Malheureusement, la copie dans le monde des affaires est généralement néfaste. Copier est une formule d'échec. Vous devez comprendre pourquoi quelque chose fonctionne ou pourquoi quelque chose ne fonctionne pas. Lorsque vous copiez et collez un concept, vous ratez l’essentiel et les leçons de ce concept. Donc, une grande partie du travail d'un créateur est invisible. Copier ne délivre aucune substance, aucune compréhension et rien de concret concernant les décisions futures. De plus, si vous êtes un imitateur, vous ne pouvez jamais garder le rythme car vous êtes toujours dans une position passive. Ce n'est pas une façon de vivre. L’entrepreneur apprend à être inspiré par ce qu’il voit mais le copier-coller est toujours à proscrire

Personne n’est parfait !

N’ayez pas peur de montrer vos défauts. Les imperfections sont réelles et les gens y sont sensibles. C'est pourquoi nous aimons les vraies fleurs qui fanent, et non pas celles en plastique parfaites qui ne changent jamais. Ne vous inquiétez pas de savoir comment vous êtes censé sonner et comment vous êtes censé agir. Il y a de la beauté dans l'imperfection. Vous ne semblerez peut-être pas aussi professionnel que vous le souhaiterez, mais vous aurez l'air beaucoup plus authentique.

Donnez une note à cet article