Entreprendre à cinquante ans !

André-Paul BAHUON     16/11/15    1
senior entreprendre

Senior vous le devenez désormais à partir de 45 ans, c’est la législation du travail qui le dit ! Cela peut paraître paradoxal en regard de l’allongement de la vie, mais il en est ainsi. Alors lorsque l'on aborde la cinquième décade ou que l’on est dedans, le dynamisme est vraiment là et l’envie d’entreprendre est véritable !

Quelles étapes à ne pas louper ? Cinq viennent assez naturellement à l’esprit.

La verbalisation du projet

C’est le fait « d’écrire » son projet, avec ses mots, comme on le sent, mais l’écrire ! Penser, réfléchir, imaginer c’est bien, mettre sur une feuille blanche ce que l’on conçoit de faire c’est en fait imprimer ses volontés, ses objectifs !

La gestation du projet

Entreprendre est un acte relativement « égoïste » car il procède souvent d’une réflexion solitaire. Alors, il faut s’assurer que notre entourage est prêt à nous suivre. Il faut évoquer son ambition avec celui ou celle qui partage notre vie, lui expliquer nos motivations, avoir son agrément, car ce sera le premier « supporter ». Dans le cas où l’on conduit un projet avec plusieurs amis, il faudra un temps pour définir les rôles et fonctions de chacun, ainsi que les possibilités d’investissements de chacun (financier ou en temps ou en compétence). « Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement ! »

Le choix du secteur d’activité

Il s’agit de façon la plus franche possible de se répondre à quelques questions, comme :

  • Ai-je un secteur d’activité privilégié?
  • Le secteur d’activité que j’ai choisi est-il porteur?
  • Quelle est l’importance de la concurrence?
  • La taille des entreprises du secteur?

Ainsi, en évoquant toutes ces interrogations, on concrétise son entreprise.

La viabilité du projet

L’entrepreneur se doit de vérifier si les conditions d’exploitation de sa future entité sont à priori viables. Il s’agit de monter son plan d’affaires (business plan). Ainsi, on commence à faire le « film » de son activité, de ses dépenses, de ses clients, de ses besoins financiers.
Cet exercice n’est pas indispensable, mais il sera utile pour le futur comme un repère. Il sera aussi, demandé par le banquier si l’on doit recourir à un emprunt pour financer des investissements.

Le financement du projet

Deux éléments importants sont à aborder dans cette création ou cette reprise.

A titre personnel, quelles sont les possibilités d’épargne qui vont être consacrées à lancer le projet et combien accepterions-nous de perdre si cela tournait mal ? « Casser sa tirelire », c’est un acte important, il faut donc l’accepter et savoir quel montant on y puise ! Il faut aussi se donner des limites si le jeu n’était favorable et ne pas se trouver dans le cas du joueur de poker qui dit toujours « nouvelle carte, je vais me refaire » et qui perd !

Le second point est de vérifier le besoin de financement qui est incontournable pour construire votre entreprise. Cela concerne essentiellement les fonds nécessaires pour acquérir des matériels dont vous auriez besoin, et/ou pour consolider votre fonds de roulement.

En conclusion 

Seniors entreprenez, seniors reprenez : l’expérience est là, la sagesse existe, la vivacité est présente, faites-vous plaisir dans votre projet !

Donnez une note à cet article
d Vidéo
8 juin 2015 6
À propos de l'auteur
Andre Paul BAHUON
André-Paul BAHUON
Expert-comptable, Commissaire aux Comptes, Conseil en organisation.
Articles similaires
1 commentaire(s)
Agnès Weissberg

50 ans ou 25... ces conseils me semblent tout aussi pertinents et s'appliquer à toute création ... des "différences" peuvent néanmoins être interrogées : quels sont les atouts des cinquantenaires vs les "plus jeunes" ? ... expérience ? réseau ? crédibilité ? assise financière ? ... en fait, plein d'atouts :-) ... quels sont les éventuelles "faiblesses" ? a-t-on la même énergie, la même niaque ? La "prudence" peut-elle freiner un lancement ou un développement vs l'insouciance de la jeunesse ??? Ce qui est certain, quelque soit l'âge et qui rejoint l'article, c'est : Réfléchir, oui .. et puis FAIRE !

Laisser un commentaire
Votre e-mail ne sera pas publié