Les enjeux professionnels prioritaires d’ici 5 ans

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     04/06/19    
enjeux professionnels prioritaires ici cinq ans

Le monde a changé et avec le monde professionnel. En à peine une décennie les enjeux professionnels ne sont plus les mêmes : nouvelles technologies, concurrence accrue avec le web, innovations permanentes qui bousculent toutes les prévisions.

Face à ces profondes mutations du monde professionnel, L’IFOP et Freelance.com se sont associés pour réaliser une étude détaillée sur les actifs et les nouvelles formes de travail et étudier les enjeux professionnels prioritaires dans un horizon de 5 ans.

Quels sont les desideratas pour les salariés ?

Concilier vie privée et professionnelle et s’épanouir dans le travail font partie des leitmotivs. En effet, 69% des actifs occupés citent en premier soit la possibilité de concilier vie privée et vie professionnelle (35%) soit l’épanouissement au travail (34%). L’équilibre entre vie privée et vie professionnelle est plébiscité et donc montre que le salariat est un point essentiel 53%. Quant à l’épanouissement professionnel : 51% estiment que le salariat est lui aussi un point essentiel.

Freelance, nouvelle manière de travailler ?

Si on se projette sur un horizon de 5 ans, on peut constater qu’un changement dans la répartition des statuts va s’installer progressivement. Le salariat ne serait plus la norme. Ces chiffres sont le reflet du contexte économique où les licenciements impactent fortement les anciennes habitudes d’emploi dont le salariat à vie et obligent les salariés à penser à l’avenir pour ne pas se trouver démunis.

À l’heure actuelle 70% des actifs en poste déclarent être salariés auxquels s’ajoutent 16% de fonctionnaires (qui sont des salariés de la fonction publique). Ce statut de salarié est dominant et réduit donc pour l’instant  la place des autres statuts que ce soit les «  travailleurs indépendants, Freelance, auto-entrepreneurs » (5%), les « artisans, commerçants ou exploitants agricoles » (4%), les « intérimaires » (3%) ou encore les « professions libérales » (1%).

Aujourd’hui salarié, demain freelance ou indépendant

Le statut de salarié est challengé dans un horizon de 5 ans au bénéfice d’une progression de celui de Freelance.  Dans cette logique des limites perçues du salariat, travailler en entreprise n’apparaît pas incompatible avec le fait d’expérimenter de nouvelles formes de travail comme le télétravail ou le recours au coworking. Cette association semble même complémentaire : 80% des interviewés ayant expérimenté de nouvelles formes de travail reconnaissent le rôle épanouissant de l’entreprise (contre 71% en moyenne) et 77% des bons connaisseurs du portage salarial. D’ailleurs, l’impact de nouvelles formes de travail est très nettement considéré comme bénéfique que ce soit pour les actifs et, plus largement, pour l’économie française.

Seuls 19% des actifs occupés ont en effet déjà expérimenté ces nouvelles formes de travail contre 40% qui pourraient l’envisager dans les 5 prochaines années et 41% qui ne l’envisagent pas.

Il se apparaît de façon explicite une organisation du travail autour d’une activité en entreprise qui s’affranchirait du salariat.

Trois mesures en 2019 pour les freelances

Depuis le 1er janvier 2019, plusieurs mesures favorisent ce statut, ainsi que celui d’auto-entrepreneur  et qui ne sont pas des moindres :

  • La mise en place d’une année blanche de cotisations sociales pour tous les créateurs d’entreprises ayant un revenu annuel inférieur à 40 000 euros lors de leur première année d’exercice, 
  • Les nouveaux freelances dépendront des Caisses Primaires d’Assurance Maladie pour leur couverture maladie (mesure qui sera élargie à tous les travailleurs indépendants en 2020),
  • Le congé maternité pour les indépendantes ne sera plus de 74 jours, mais bien de 112 jours, comme pour n’importe quelle salariée.

Des initiatives qui permettraient enfin aux freelances potentiels d’oser se lancer. En effet, selon une étude IPSOS pour l’Observatoire du travail indépendant, 57 % des Français voient le travail indépendant comme une activité porteuse d’avenir.

Source : Enquête IFOP pour Freelance.com, menée auprès d’un échantillon de 1502 personnes, représentatif de la population française active, selon la méthode des quotas. 

Donnez une note à cet article