Ecouter de la musique au travail : bien ou mal ?

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     06/04/14    
Ecouter de la musique au travail : bien ou mal ?

Travailler avec « Happy » de Pharell Williams dans les oreilles peut être stimulant pour certains de vos salariés qui brancheront alors leurs casques sitôt arrivés au boulot pour se couper des bruits. Le risque de déperdition en termes de concentration et de productivité reste à prendre en compte pour ne pas qu’isolement sonore rime avec distraction. 

Avantages du casque dans les oreilles

La musique donne des ailes et de l’énergie. Rien de tel qu’une chanson du moment pour recharger les batteries ou masquer les bruits sonores et les conversations téléphoniques des voisins. Que l’on soit branché musique classique, jazzy ou plutôt métal, tous les amoureux de la musique (et au travail) ont une bonne raison de l’être. Ecouter sa chanson préférée permet de se sentir à l’aise dans un environnement différent du sien. Une musique douce enlève le stress. Ce sont donc des médicamenteux qui ne se disent pas et peuvent améliorer l’ambiance et le travail dans votre boîte !

Prenant appui sur une étude britannique menée en 1972 par les chercheurs Fox et Embrey, le site Quartz.com a rédigé récemment un guide du comment bien écouter la musique sur son lieu de travail. Les sons stimulent des zones du cerveau au-delà du cortex auditif. Leur impact varie selon les paroles, le langage, le rythme et la couleur (le ton) de la chanson. La musique permettrait de se concentrer et de recentrer l’attention en maximisant l’efficacité du cerveau.

L’étude de 1972 atteste même que ceux qui travaillent avec des écouteurs vissés dans les oreilles sont plus performants que les autres. La musique touche à l’humeur, à la créativité et la curiosité. Elle attise le potentiel des salariés. D’autant plus qu’aujourd’hui, l’utilisation d’un casque permet à l’auditeur de ne pas déranger les autres collaborateurs qui l’entourent.

Inconvénients des écouteurs branchés musique

Le concept de la musique au bureau semble contradictoire. C’est l’alliance du divertissement à l’obligation du travail et du rendu professionnel. Cette base là est déjà antinomique.

Pour les réfractaires de la musique au travail, mettre des écouteurs ou un casque dans les oreilles, c’est automatiquement se couper de son environnement, des idées qui peuvent s’échanger, de la vie sociale de l’entreprise et des discussions qui ont lieu, même sans liens apparents avec le travail. La musique restreint l’espace et cantonne celui qui l’utilise à son ordinateur et à son « espace-bulle », ce qui peut « amocher » le dynamisme d’une équipe.

Si les effets d’une musique sont connus positivement, ils le sont également négativement. Une chanson sollicite l’attention de celui qui l’écoute. Elle peut davantage fatiguer que stimuler. D’autant plus que certaines personnes sont plus sensibles que d’autres à la teneur mélancolique et triste d’une mélodie, ce qui peut affecter le moral.
Pour certaines tâches dans l’entreprise, le silence serait donc le cadre idéal pour être concentré au maximum surtout si des nombres sont utilisés ou que tout un travail de mémorisation et de compréhension est en cours.

Le constat des avantages et inconvénients dressé, à vous de choisir si vous êtes branchés musique au bureau ou non. Les adeptes de la parcimonie quant-à-eux disent volontiers qu’il faut savoir jauger des cas et des musiques et alterner volontiers durant la journée entre moments de silence et parenthèses musicales suivant l’activité en cours.