écologie et bien-être au bureau

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale    21/12/14    1
ecologie et bienetre au bureau

D’après Philippe Frémeaux, président et éditorialiste d’Alternative économiques, « l’écologie n’est pas l’ennemie de l’emploi, ni du mieux-vivre pour tous. Elle en est la condition ». Il est vrai que le travail en entreprise est prenant, mais ce n’est pas une raison pour exclure l’attitude verte de son mode de vie, surtout en tant que dirigeant. 

Pourquoi être écologique au bureau

Il est très important d’orienter le comportement écologique de chacun des membres de votre équipe dans le but de minimiser l’impact sur l’environnement. L’enjeu est de taille, car il ne s’agit pas uniquement de convaincre les acteurs de l’économie. Le but est de restituer des canaux qui répondent à nos besoins vitaux. Que ce soit au travers des logements, de la nourriture, des habillements et du déplacement, il faut adopter une attitude éco-constructive. Même dans les moments de crise, quand l’entreprise est confrontée aux baisses de parts de marché, il ne faut jamais sacrifier l’aspect écologique qui se révèle un bénéfice à long terme. Il est important d’intégrer dans une même politique ces deux objectifs. 

Les défis à relever pour les entreprises

En 2010, seulement 2% des entreprises mondiales ont intégré une politique verte au sein de leur direction, ce qui est insignifiant. C’est pour cette raison que les entreprises devraient relever plusieurs défis pour pouvoir agir sur le développement durable et s’engager dans la voie de l’ingénierie écologique, l’écologie industrielle, ou l’éco-conception. Le premier défi à relever concerne la construction des locaux écologiques qui répondent aux besoins de tous. Le second est le défi culturel, qui consiste à réétudier les expertises des entreprises et à les adapter au monde vivant d’aujourd’hui. Cela impliquerait la compréhension des impacts de la société sur l’environnement. Le dernier est le défi institutionnel qui consiste à reconsidérer la fiscalité, le droit et les normes sur les activités des entreprises, dans le but de les obliger à s’engager vers une économie plus prévenante des écosystèmes. 

Les gestes à adopter pour devenir écologique au bureau

Pour devenir écologique au bureau, vous devrez juste adopter des gestes faciles. Même les petits gestes peuvent avoir des impacts non négligeables sur l’environnement. Vous devrez privilégier les tasses ou les verres réutilisables et ne plus utiliser les gobelets en plastique des distributeurs. Vous pouvez aussi minimiser les recherches sur internet parce qu’une recherche sur Google équivaut à faire 56 mètres en voiture. Ils produisent 7 g de CO2 à cause des 500 000 serveurs utilisés. Vous pouvez aussi utiliser des fonds d’écrans sombres et fixes. Pour les impressions, privilégiez le papier recyclé. Vous pouvez également opter pour les impressions en noir et blanc et utiliser le recto-verso. Lorsque vous n’utilisez par votre ordinateur, mieux vaut mettre « en veille » les écrans ou mieux encore, les éteindre si la durée d’absence est supérieure à 30 minutes. Au cours de vos réunions, vous ne devrez pas vous déplacer à moins que cela ne soit vraiment nécessaire. Vous pourriez utiliser les nouvelles technologies pour réduire les empreintes de carbone. Optez par exemple pour les vidéos-conférences. Une bonne alternative est aussi de favoriser le télétravail. Ce qui éviterait le déplacement des employés et qui permettrait de réduire le nombre de voitures qui circulent. Vous pouvez aussi utiliser des navettes pour votre entreprise. Vous pouvez aussi de moins en moins prendre les ascenseurs et utiliser les escaliers.

Donnez une note à cet article
d Vidéo
14 novembre 2014 6
À propos de l'auteur
Dynamique Entrepreneuriale
L'équipe Dynamique Entrepreneuriale
Dynamique Entrepreneuriale
Articles similaires
1 commentaire(s)
Riposte Verte

Malgré des impacts sociaux, environnementaux et économiques majeurs, trop peu d'organisations ont vraiment pris conscience de leur responsabilité sociétale et engagé une démarche sincère dans la gestion et l'utilisation de leurs espaces de bureaux.

L'enjeu d'une démarche RSE est donc double : favoriser l'éveil des consciences en interne et engager la direction à travers la définition et la mise en œuvre d’une politique RSE adaptée à un environnement tertiaire.

Pour ce faire, un comité de pilotage, souvent mené par le secrétariat général et idéalement accompagné par un cabinet expert, doit être créé en phase de fonctionnement de l'entreprise (mais aussi en amont d'un déménagement ou d'un réaménagement de site) afin de :
- poser un diagnostic de référence,
- identifier les axes d'amélioration prioritaires,
- fournir de nouvelles solutions
- proposer de nouveaux challenges.

Effectivement, tous les gestes (individuels) comptent mais la démarche doit être formalisée pour décupler son efficacité.

Cyril
Association Riposte Verte
riposteverte.com

Laisser un commentaire
Votre e-mail ne sera pas publié