Les drones sont-ils un secteur porteur ?

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     04/08/15    
drones sont secteur porteur

Développé initialement pour des usages militaires, le drone a aujourd'hui conquis le monde civil. Ces appareils volants télécommandés ou autonomes qui peuvent embarquer des capteurs et caméras haute définition ont des utilisations diverses : du domaine de l'agriculture à celui de la sécurité publique. Quel est donc le potentiel technologique et économique du marché du drone ?

Le boom des drones

Si de nombreuses start-up se sont créées ces deux dernières années, c'est un peu grâce à la firme Amazon qui a remis à la lumière du jour les potentialités du drone. Son projet révolutionnaire « Amazon Prime Air » en 2013 avait pour objectif de faire une livraison automatisée des commandes aux États-Unis grâce aux drones.

Depuis lors, les applications des drones continuent de se diversifier et d'attaquer de nombreux domaines. Dans l'agriculture de précision, le drone à l'aide de capteurs pourra survoler les terres et faire des recommandations culturales. Il trouve aussi son utilité dans la médecine avec les drones ambulances qui peuvent livrer un défibrillateur auprès des victimes de crises cardiaques. La portée de ces engins volants semble illimitée. Là où un avion ne pouvait pas aller, le drone de par sa mobilité et sa taille réduite pourra. Avec des instructions bien précises, il pourra également procéder à des taches automatisées. Survoler des zones difficiles d'accès pour sauver des personnes en danger, ou encore suppléer les cameramen dans les airs. L'industrie multimédia est en effet l'un des plus gros consommateurs de ces engins télécommandés. France télévisions utilise par exemple actuellement les drones lors de grandes manifestations pour capturer des images vue du ciel. Le coût sera beaucoup moins important que celui d'un hélicoptère.

Les drones de loisir ont eux aussi trouvé beaucoup d'acheteurs en 2014 notamment à la période de Noël. En France, environ 100.000 drones de loisirs ont été achetés selon l’institut GFK.

La place de la France dans ce secteur qui bouge

Dans la perspective d'un développement important du secteur des drones, la France n'a pas voulu être en reste. Une politique d'émulation de l'industrie a été mise en place pour se positionner dans le secteur. La région de l'Aquitaine en fait un bel exemple depuis 2010 avec le projet cluster AETOS en partenariat avec la société Thalès. Ce projet a réussi à mettre ensemble les grands groupes de l'aéronautique (EADS, Thalès, Dassault, Safran), les PME, les laboratoires et les universités. La mission principale est de financer des projets collaboratifs de Recherche et Développement dans le secteur des drones pour centraliser la demande et apporter des solutions innovantes.

Les grands groupes comme Total, SNCF, Eiffage, ou Suez utilisent régulièrement les drones pour surveiller leurs infrastructures. Les fabricants français l'ont bien compris et développent des drones de plus en plus perfectionnés. Le fabricant Parrot est l'un des leaders dans ce domaine. Il a réalisé 85 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2014 uniquement pour les drones. Des entreprises comme Redbird, Airdrone, Delta Drone ou Fly-N-Sense se positionnent tout aussi bien. Une étude publiée l'année dernière par l’institut Xerfi estimait à 288 millions d’euros le chiffre d’affaires des fabricants français de drones d'ici fin 2015.

La France est en effet l’un des leaders mondiaux de l’industrie du drone. Cela a été possible grâce aux start-up pour leurs solutions innovantes et surtout grâce aux règles mises en place par la Direction Générale de l'Aviation Civile qui ont permis leur développement. Sur le plan international, plus 2 millions de drones toutes catégories ont été vendus à ce jour. Une étude américaine AUVSI prévoit que le marché américain seul représente 80 milliards de dollars et crée plus de 100.000 emplois d'ici 2025.

Les perspectives de ce nouveau marché sont aussi importantes que variées. Déjà plus de 200 applications ont été créées en trois ans et ce n'est que le début. De nombreux emplois se créeront notamment dans le secteur du numérique et de l'exploitation des données.

Donnez une note à cet article