La domotique : entre innovation et inquiétude

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     25/04/18    
domotique innovation inquietude

Avoir une maison du futur où tout se commande par la voix ou par un smartphone attirent quelques amateurs. Le secteur de la domotique même s’il séduit rencontre encore de nombreuses réticences. En dehors des assistants vocaux connectés qui sont devenus des collaborateurs indispensables des entreprises, la domotique reste relativement marginale. Malgré leurs nombreux avantages qu’ils apportent dans la vie quotidienne, les solutions pour une maison connectée suscitent encore des inquiétudes. Les débats sur la sauvegarde des données personnelles et la sécurité des réseaux mettent en garde sur le fait que cette innovation reste encore peu contrôlée. 

La domotique un secteur aux multiples innovations 

Le terme maison connectée regroupe des inventions les plus diverses qui n’ont pas d’ailleurs le même objectif. En France, l’entreprise Somfy est devenue un leader dans le domaine de la domotique, mais le système reste encore basique. Elle a développé bon nombre d’automatisations pour toutes les maisons en allant de l’ouverture des volets, aux portes de garages en passant par les alarmes et les caméras. Si le concept a plu à de nombreux consommateurs, la maison connectée est gérée à l’aide d’une télécommande. D’autres entreprises ont cependant  fait le choix de miser sur des solutions plus innovantes avec l’intelligence artificielle. 

La domotique race à l’intelligence artificielle commence à devenir omniprésente. Si les assistants vocaux au quotidien se développent, ils ne sont pas encore au cœur de la maison connectée. Même s’il leur est possible de déclencher de la musique ou d’allumer la lumière à l’aide d’une simple commande vocale, ils occupent encore  peu de fonctions. Une maison connectée peut en effet être conçue comme une maison intelligente, avec un assistant qui prédit le comportement de son utilisateur. Mysmartjarvis, un service de domotique français propose son assistant Jarvis, pour que la maison soit entièrement gérée par l’intelligence artificielle. Le concept de cette entreprise est d’apporter une plus-value à la domotique. Jarvis est capable d’appréhender le comportement de son utilisateur pour gérer lui-même la maison avant même qu’une demande soit formulée. La maison connectée devient donc de plus en plus intelligente pour satisfaire les besoins de ses utilisateurs au quotidien. 

La domotique, un véritable avantage 

Que ce soit une intelligence artificielle ou simplement un programme, ces services présentent des avantages considérables. La domotique peut être certes considérée comme une solution pour les fainéants mais elle permet aussi d'instaurer la sécurité. Avec ses utilisations diverses, la maison connectée propose à la fois des volets automatiques, des alarmes, des enceintes, un programme pour allumer la lumière ou le chauffage. Que ce soit chez soi ou ailleurs, l’utilisateur peut tout contrôler à distance. Il peut donc vérifier que tout se passe bien chez lui depuis son bureau par exemple. La domotique aide à l’amélioration de la vie quotidienne mais assure aussi la sécurité de la maison. Une entreprise suisse du nom de Mitipi a développé un assistant imitant la présence des propriétaires. Ce dispositif permet d’éviter les cambriolages particulièrement lors de longues périodes d’absence comme les vacances. 

Un domaine qui inquiète 

Mais même si la domotique se révèle être un marché innovant et intelligent, son évolution inquiète aussi. Admirée pour toutes ses fonctionnalités, la domotique est remise en cause à cause de la sécurité des réseaux internes. Les programmes de domotique sont souvent connectés en WIFI ou directement à internet et peuvent donc faire l’objet des piratages. Un hacker qui décide de s’infiltrer dans le réseau peut récupérer de nombreuses informations de l’ordre privé comme les images des caméras de surveillance ou même le code de l’alarme. Les entreprises veillent à bien sécuriser leurs équipements, mais personne n’est à l’abri d’un piratage. C’est cet argument qu’utilisent les Français qui ne sont pas convaincus par cette technologie.

Lors d’une enquête réalisée par OpinonWay pour miliboo.com, les 1016 personnes sondées ont été interrogées sur la question des assistants vocaux au sein de la maison. Et ils n’arrivent pas à convaincre les Français puisque 74% refusent d’en posséder un. Les principales craintes dues à l’utilisation de tels assistants reposent sur la sécurité et l’atteinte à la vie privée. Les Français sont 33% à craindre d’être écoutés par des tiers, quand ils sont 42% à estimer qu’ils ne pourront pas maîtriser leurs données personnelles. Ces inquiétudes rappellent les derniers scandales sur la surveillance de masse. Les Français préfèrent pour le moment les écarter de leur vie quotidienne pour ne pas voir leurs données exploitées à des fins commerciales ou autres. 

Être assisté, synonyme de fainéantise ? 

Si les principales raisons qui inquiètent les Français concernent la sécurité autour de la maison connectée, 33% estiment aussi qu’ils pourraient devenir accros aux diverses technologies. Être totalement assisté dans son habitat génère forcément plus de temps pour des activités pertinentes, mais peut aussi mener à de la fainéantise car les actions que l’on effectue sont aussi excellentes pour notre santé !

La domotique, spécialisée dans les solutions innovantes et intelligentes pour les utilisateurs, reste encore marginale et il faut l’avouer les Français ne sont pas  encore prêts à l’adopter. Par peur de voir leurs données exploitées ou d’être filmés, écoutés à leur insu, ils préfèrent garder des solutions basiques comme celle de Somfy, par exemple. 

Donnez une note à cet article