les 10 levées de fonds françaises les plus marquantes

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     20/05/16    
dix levees fonds francaises plus marquantes

Sigfox bat des records

La société Sigfox n’a pas fini de faire parler d’elle. En février 2015, l’opérateur de télécom de l’internet des objets boucle un tour de table de 100 millions d’euros. Cette opération financière a été rendue possible grâce à des investisseurs historiques (Elaia, IXO PE, Partech Ventures, Idinvest et Bpifrance), des opérateurs télécoms (Telefónica, SK Telecom et NTT Docomo Ventures), des partenaires industriels comme GDF Suez et un groupe financier américain. Sigfox a même refusé la participation de certains grands groupes. Avec une telle somme, la société espère s’implanter en Amérique latine et compte sur l’opérateur de télécommunications espagnol Telefonica pour y arriver. 

Deezer dispute la première place 

Sigfox partage la première place du podium des plus grosses levées de fonds françaises avec le service d’écoute de musique en streaming Deezer. Bien que moins récente que la levée de fonds de Sigfox, Deezer a bouclé un tour de table de 100 millions d’euros en 2012. Cette opération financière était alors la plus élevée réalisée dans le web français. Elle a été possible grâce à Len Blavatnik, propriétaire de la société de production et de distribution pour le cinéma Warner, via son fonds Access Industries. Ce dernier comptait bien récupérer des parts de certains actionnaires et faire augmenter le capital de Deezer. La société entendait développer son offre notamment en s’implantant à l’étranger. Cette levée de fonds permet également à Deezer de rivaliser avec son concurrent Spotify, service suédois de streaming musical, qui avait bouclé un tour de table de 100 millions de dollars (près de 73 millions d’euros) en 2011. 

Blablacar ne se laisse pas distancer

La plateforme communautaire payante de covoiturage Blablacar, anciennement Covoiturage.fr, a révolutionné le monde du transport. Lancé en 2006, les internautes réservent et paient en ligne via un site sécurisé où figurent des avis d’anciens utilisateurs sur les différents conducteurs. Blablacar concurrence frontalement certaines entreprises de transport public, comme la SNCF. En 2014, la société a levé 100 millions de dollars (près de 73 millions d’euros) auprès d’Index Ventures, entreprise de capital-risque, et des fonds déjà associés à Blablacar : Accel Partners, Isai (fonds d’investissement des entrepreneurs internet) et Lead Edge Capital (société spécialisée dans la croissance des entreprises).Grâce à cette levée, Blablacar a pu se développer à l’international. 

Sarenza talonne les deux leaders

La société de commerce électronique Sarenza spécialisée dans la vente de chaussures et d’accessoires n’est pas en reste dans ce classement. En 2014, elle finalise une 4e levée de fonds de 74 millions d’euros. Sarenza doit ce tour de table à la Banque Publique d’Investissement (Bpifrance), la Holding de participation industrielles et de services (HLD) et deux investisseurs privés, dont le milliardaire Philippe Foriel-Desteze. Ces fonds lui ont permis de confirmer sa conquête du marché européen en améliorant notamment sa stratégie en matière de marketing digital (SEO, affiliation, retargeting…). Une ambition que nourrit Stéphane Treppoz, fondateur de Sarenza, depuis 2012. Avec ses quelques 200 salariés, l’entreprise apparaît aujourd’hui pleine d’avenir ! 

Talan, la bonne surprise du classement

Peu connue, l’entreprise Talan, qui évolue dans le secteur du conseil informatique, vient s’immiscer dans ce classement avec sa levée de fonds de 35 millions d’euros réalisée début 2015. BNP Paribas ainsi que ses partenaires historiques le CIC, le Crédit du Nord et la Société Générale ont investi 20 millions d’euros. Le reste a été injecté par Novo, fonds de prêts à l’économie, sous forme d’un placement privé. En 2014, Talan avait déjà obtenu un financement de 6 millions d’euros de la part de Bpifrance. L’objectif de Talan ? Utiliser ce tour de table pour renforcer son équipe en recrutant 500 personnes en 2015 et plus de 800 nouveaux salariés d’ici 2016. Elle espère dépasser les 150 millions de chiffre d’affaires à la fin de l’année. 

Criteo, un succès toujours retentissant

Bien que cette levée de fonds date un peu, elle n’en reste pas moins historique pour Criteo, société entrée en bourse en 2013. L’entreprise de reciblage publicitaire personnalisé sur internet  a bouclé un tour de table de 30 millions d’euros en 2012. Les investisseurs qui ont rendu cette opération possible sont Softbank Capital, Sapphire Ventures (anciennement SAP Ventures), société de capital-risque, Yahoo ! Japan, filiale japonaise de l’entreprise de services sur internet Yahoo, Adams Street et Bessemer Ventures Partners. Criteo a pu réaliser son rêve en s’installant notamment aux états-Unis et en Asie. Créée en 2005, la start-up ne cesse de voir son chiffre d’affaires augmenter. 

Spartoo, concurrent direct de Sarenza, figure au classement

Bien moins impressionnante que son concurrent Sarenza, Spartoo a quand même levé 25 millions d’euros en 2012, une somme rondelette pour ce site de vente en ligne de chaussures. Depuis ce tour de table, la société a bien évolué. Elle a notamment poursuivi son développement à l’international. Cette levée de fonds a été possible grâce à l’ensemble de ses actionnaires historiques : A Plus Finance, Endeavour Vision, Highland Capital Partners, CM-CIC Capital Privé, ainsi que l’entreprise d’investissement belge Sofina. Au total, Spartoo a levé pas moins de 45 millions d’euros depuis sa création en 2006.  

Viadeo finance son développement international

Le réseau social pour professionnels Viadeo arrive, dans le classement, juste derrière Spartoo avec sa levée de fonds de 24 millions d’euros. L’entreprise qui se positionne comme le concurrent direct du géant américain LinkedIn a bouclé ce tour de table en 2012 auprès de ses actionnaires historiques : Idinvest Partners, Ventech, le Fonds Stratégique d’Investissement (FSI) et de nouveaux investisseurs internationaux. L’acquisition de cette somme a permis à l’entreprise de poursuivre son développement notamment en France (5,5 millions d’utilisateurs) et en Chine (10 millions d’utilisateurs). Viadeo a également continué son expansion en Amérique latine, Russie, Inde, Afrique de l’Ouest et Europe du Sud, où la société s’est implantée. 

Teads égale Viadeo

Avec une levée identique à celle du réseau social (24 millions d’euros en janvier 2015), la plateforme de publicité vidéo Teads entend accélérer son développement à l’international. Cette entreprise montpelliéraine permet aux éditeurs de contenu d’utiliser sa technologie pour diffuser du texte publicitaire en vidéo sur leur espace web. La levée de fonds a été réalisée auprès de Bpifrance ainsi qu’aux côtés des investisseurs historiques : Gimv, Partech et Elaia. L’entreprise Teads a réalisé un chiffre d’affaires de 76,5 millions d’euros en 2014, un chiffre en croissance de 65 % par rapport à l’année précédente.

Finexkap passe un cap

En 2014, la plateforme de service à la demande Finexkap a bouclé un tour de table de 18 millions d’euros auprès notamment des fonds d’investissement GLI Finance et Finsight, de l’ex-COO de la société Lending Club John Donovan, d’investisseurs privés et de family offices. Finexkap a développé son service de financement de factures de paiement destiné aux entreprises. Au moment de sa levée de fonds, la société comptait quelques 700 entreprises clientes. Créée en 2012, Finexkap espère désormais recruter 6 nouveaux collaborateurs au sein de son équipe de 14 salariés, grâce à ces 18 millions d’euros et renforcer sa place incontournable dans le secteur !

Donnez une note à cet article