Et si les développeurs s’échangeaient comme des joueurs de football ?

Aurélien Cottet     24/01/14    
Et si les developpeurs s echangeaient comme des joueurs de football ?

Qui est apparu le premier, l’œuf ou la poule… Cette analogie pourrait être le point de réflexion sur qui dans une société naissante est le plus important entre le concepteur du produit ou le vendeur qui sera le générateur de liquidité ?

Il est indéniable qu’au départ de toutes initiatives entrepreneuriales, l’entreprise se voit dessiner deux pôles importants qui sont : la partie innovation R&D et la partie Marketing & Commerciale

Vente versus Développement qui gagnera la mise ?

A voir les salaires des uns et des autres, il est clair que les commerciaux qui brillent se voient récompenser en monnaie sonnante et trébuchante immédiatement alors que les salaires des développeurs peine à se voir réévaluer à la hausse chaque année.…

Néanmoins, cette tendance semble s’estomper depuis quelques temps du côté de la Silicon Valley où les développeurs de talent s’arrachent aux prix fort comme pourrait l’être un joueur de football international…au point que les Grands tels Apple, Yahoo, Google et Facebook ont un accord de principe de non surenchère des salaires pour éviter le débauchage à tout va.

A Quand la trêve de la surenchère des salaires entre Google, Apple, Facebook etc… ?

Cet accord tacite semble avoir trouvé ses limites avec toutes les dernières levées de fonds faites par ces jeunes pousses de ces dernières années qui se retrouvent à la tête d’une trésorerie de plusieurs millions de dollars.

Ce trésor de guerre qui est bien souvent destiné à la partie commerciale et marketing est de plus en plus partagé pour le renforcement des équipes techniques.

Ainsi la valse des développeurs a repris de plus belle en 2013 entraînant une hausse inévitable des salaires qui atteignent des sommets dignes des traders de New York…

Et oui, le vrai « héros » dans cette nouvelle économie est le concepteur qui ravi la place à ceux qui tenaient au préalable les finances.

Mais sans finance... Comment le business peut-il fonctionner ?

Le Marketing viral est-il en train de mettre fin aux commerciaux rois ?

Si nous reprenons les bases du commerce, nous arrivons à un schéma très simplifié qui se résume au processus démarrant par la conception du produit, suivi de la production, laissant la place aux commerciaux recherchant les clients pour finir par une vente

Les gros succès de ces dernières années sont basés sur la même logique de vente, au détail près que les commerciaux ont été en partie remplacé par les outils de marketing en ligne donnant une visibilité direct aux clients finaux sans besoin de contact physique.

Une nouvelle génération de ventes vient de voir le jour complètement basé sur les technologies de « targeting » et de recommandation par le client lui-même auprès de son entourage. Ce changement radical dans la vente a mis en lumière qu’une simple société sans grands moyens marketing ou force de frappe commerciale peut largement générer des revenus avec une bonne technologie et stratégie de vente en ligne…mettant ainsi en avant les talents cachés et non valorisés des développeurs coupant des croupières petit-à-petit au prestige des commerciaux.

La viralité associé à la génération Zapping est le moteur de la course à l’innovation à tout prix ! Faisant le succès et les affaires des développeurs.

Il est clair qu’aujourd’hui il ne faut pas des millions d’Euro au départ pour monter une entreprise à succès. Une simple idée, un ordinateur et un développeur font l’affaire. Cette simplicité est la source de milliers d’initiatives cherchant à répondre aux mêmes besoins du client final. 

Le client se retrouve ainsi avec un choix à foison aux qualités plus ou moins similaire et n’hésitant pas à aller sans vergogne d’un fournisseur à l’autre. Le client étant Roi et celui qui détient la « vérité » dans la vente finale, seuls les start-ups avec un vrai service ou produit innovant feront la différence…cette différence ne peut venir que des développeurs…

Cette nouvelle génération web pousse ainsi les start-ups levant des fonds à investir dans les équipes techniques plus que dans les équipes commerciales pour mieux conserver leur avance sur leurs concurrents.

Cette tendance commence heureusement à toucher la France avec des ingénieurs qui majoritairement préféraient répondre aux sirènes des banques sachant récompenser leur ingéniosité à la hauteur de leurs études… Le risque est que les sirènes de la Silicon Valley ne soient plus fortes qu’en France et que l’on commence à voir un nouvel exode de nos talents !!

Néanmoins, la France reste un pays de contacts laissant encore de beaux jours aux commerciaux devant eux !

À propos de l'auteur

Aurelien Cott
Aurélien Cottet

Fondateur de The American Clubs - Business Développeur indépendant à l’international