Défiscalisez avec la loi Girardin Industrielle

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     18/05/11    

Les contribuables concernés peuvent bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu à raison des investissements productifs neufs qu’ils réalisent dans les départements d’Outre-mer, à Mayotte, en Nouvelle-Calédonie et en Polynésie Française. L’investissement doit être fait dans le cadre d’une entreprise exerçant une activité agricole ou une activité industrielle, commerciale ou artisanale.

Montant de la réduction d’impôt en Girardin Industrielle

La réduction d’impôt est de 47,5 % du montant hors taxes des investissements productifs.

Exemple :
Un contribuable voulant gommer 28  500 € d’impôt sur ses revenus, investira 23 750 € dans une SNC. L’exploitant versera 6 000 € et la banque financera le solde, soit 30 250 €, pour que l’investissement total représente 60 000 € (47,5 % d’avantage fiscal) dit la loi. L’année suivante, l’investisseur aura donc une réduction d’impôt de 28 500 € sur ses revenus de l’année d’investissement. Il aura donc gagné : 28 500 € (l’économie d’impôt) – 23 750 € (son apport) soit un gain de 4 750 €. La rentabilité de son investissement sera donc de 4 750/23 750 €, soit 20 %.

Il faut savoir qu'il est souvent plus intéressant d'investir en début d'année car, pour démarrer le plus vite possible un projet, les opérateurs offrent un rendement souvent plus élevé. Par exemple, si un particulier décide de signer en février pour 40 000 € de réduction fiscale, il devra verser 31 200 €. En revanche, s'il souscrit en novembre, son apport sera de 32 400 €. Dans le premier scénario, son gain net sera de 8 800 € (40 000 – 31 200) et la rentabilité de 28,2 % (8 800/31 200). Dans le second, le gain sera de 7 600 € (40 000 – 32 400) et le rendement de « seulement » 23,4 % (7 600/32 400 €).
Malgré le récent rabot des niches fiscales, le dispositif Girardin Industriel conserve tout son intérêt.