Le défi : concilier vie entrepreneuriale et études

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     22/12/13    
Le defi concilier vie entrepreneuriale et etudes

La ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, Madame Geneviève Fioraso, a annoncé le 22 juillet 2013 des mesures pour favoriser la création d’entreprises des jeunes. Même si ces mesures vont apporter une aide précieuse à l’étudiant entrepreneur, ce dernier devra relever des défis sur le plan de la gestion de son temps et de ses priorités.

De nombreux étudiants rêvent de lancer «leur» boîte. Selon une étude réalisée cette année par Opinionway pour le MoovJee (Mouvement pour les jeunes et les étudiants entrepreneurs ), près de 37 % des lycéens et des étudiants rêvent de créer ou reprendre leur entreprise.

Pourquoi souhaitent-ils entreprendre ?

Les jeunes veulent créer leur entreprise :
- être libre de leurs décisions (89 %),
- montrer de quoi ils sont capables (86 %),
- faire leur propre expérience (85 %)
- et enfin être leur propre patron (80 %).

Pour réussir, le chemin n’est pas simple: 48 % des étudiants et lycéens estiment qu’il est très difficile de créer son entreprise. Quelle en est la raison ?

Le premier défi : le manque de temps 

Concilier vie entrepreneuriale et études n’est guère évident. Les dilemmes d’horaires sont permanents : l’entrepreneur décroche un rendez-vous avec un client qui n’est disponible qu’aux horaires des cours. L’étudiant doit apprendre à jongler avec son planning scolaire pour prendre ses rendez-vous professionnels. Mais surtout ils dépendent de la bienveillance ou de la suspicion des intervenants qui parfois les soupçonnent de placer un rendez-vous exprès pour éviter de venir à leurs cours : il faut donc jouer de diplomatie et gagner la confiance des intervenants pour obtenir l’accord de l’absence. 

Le deuxième défi : ne pas tout focaliser sur le projet 

Le temps manque. Les cours perdent leurs valeurs et sont uniquement perçus de manière utilitaire. Est-ce utile ou non au projet ? L’étudiant ne pense pas à long terme. Certains cours ne seront utiles que dans la troisième phase du projet : il faut donc avoir une vision à long terme. La passion d’entreprendre est telle qu’il devient insupportable d’assister à un cours non adapté à la création. Il faut apprendre la patience car obtenir son diplôme doit aussi faire partie des priorités.

Le troisième défi : le temps pour créer un réseau 

La création d'entreprise quand on est étudiant est souvent difficile car l’entrepreneur n’a pas encore le réseau qui permet de pérenniser la création. Il devra donc miser sur les réseaux plus facilement adaptés à son statut et pour cela utiliser judicieusement son temps :

L’association des jeunes entrepreneurs de Lyon : www.ajel.org
Le Petit Poucet : www.petitpoucet.fr
Retis : www.retis-innovation.fr

Il pourra aussi demander l’aide d'une junior entreprise et du réseau des anciens qui sont souvent très actifs.