Coupe budgétaire ou optimisation financière : quelle vision adopter ?

Alexandra Goachet     10/03/14    
Coupe budgetaire ou optimisation financiere : quelle vision adopter ?

Nous entendons régulièrement parler des coupes budgétaires mises en œuvre par le gouvernement. Des pratiques que l’on pourrait croire assez éloignées des entreprises. Loin s’en faut. Et malheureusement, car si à un niveau global tel que celui d’un État il est encore possible d’exécuter de telles attentes, l’entreprise, elle, n’est pas disposée à « encaisser » le choc d’une coupe nette et franche. Analyse.

Un constat accablant

Trop souvent les démarches de réduction budgétaire mises en œuvre sont aveugles. Les exemples sont nombreux, leurs impacts aussi. Nous connaissons et vivons trop bien la situation financière de la France pour comprendre que ce n’est pas la solution à long terme. Il s’agit aussi, selon la taille de l’entreprise, d’une situation où chaque intervenant, responsables des différents départements dans l’entreprise, va devoir défendre ses intérêts pour être le moins impacté possible. Qui dit moins impacté, souligne aussi le fait de n’avoir pas à remettre en cause structurellement son fonctionnement. Il ne faudrait pas oublier l’intérêt général. Dans le cas de l’entreprise, celui de continuer son développement en satisfaisant son client.

Au départ une logique financière

Il est très simple de dire « il faut faire des économies ». Il est nettement plus difficile de les mettre en œuvre. Confronté à une situation financière délicate et urgente, il faut réfléchir à la manière dont on doit réaliser des économies. Il ne suffit de définir une simple réduction des dépenses. Ceci impliquerait de définir un montant total d’économies à réaliser et de réduire les dépenses pour la même valeur. Cette vision comptable n’est pas cohérente et elle peut être risquée. En effet, décider arbitrairement d’économies au sein de différents postes de l’entreprise : achats, RH, frais généraux, qualité, commercial, production est facile. Il suffit de décider de remplacer une matière première par une autre moins chère ou encore de mettre fin à un contrat de travail. Mais l’économie immédiatement visible au niveau comptable peut vite avoir un effet pervers.

Un objectif final : maintenir la création de valeur ajoutée

Toute entreprise doit maintenir l’idée qu’elle crée de la valeur en produisant ou en réalisant une prestation. Or, décider arbitrairement de diminuer uniquement en valeur les dépenses sur un poste contribuant à créer cette valeur ajoutée peut, à court terme, détériorer la qualité d’un produit ou de la prestation rendue au client. Et c’est cet enjeu qui doit être conservé. Supprimer un emploi ou plusieurs pour diminuer le poids des salaires et charges, alors que l’on a déjà en commande un volume qui aurait du être réalisé avec l’effectif initial, c’est risquer de prendre du retard sur la livraison ou perdre un client mécontent. Au final, nous aurons, de manière comptable, diminué nos postes de dépenses, mais l’entreprise l’aura fait en dépit du bon sens et mis en péril sa compétitivité.

Une mise en œuvre qui reste complexe

La mise en œuvre d’une démarche d’optimisation financière vise à déterminer ce qui dans l’organisation de l’activité de l’entreprise contribue à créer la valeur ajoutée. Lorsque cette analyse est faite, il sera alors possible de savoir comment envisager des réductions chiffrées, ou une meilleure organisation afin de réaliser des économies financières. Dans bien des cas, il s’agit essentiellement de travailler mieux et de connaître où l’entreprise est la meilleure. Parfois cela implique de ne pas chercher à gagner un projet qui est plus gros que ce que l’on sait maîtriser, au risque de voir des dérapages se produire en terme de coûts. La raison souvent rencontrée est que l’entreprise n’était pas structurée pour absorber ce type de projets.

Dans la pratique, réaliser des réductions budgétaires pour obtenir des gains substantiels mais éphémères n’est pas suffisant car l’on n’aura pas mis à plat la raison même des dérapages. Il s’agit bien d’évaluer où se situe la création de valeur, du produit ou du service rendu au client, et dans quelle mesure chaque poste de dépenses de l’entreprise y contribue. Dés lors que ces éléments sont maîtrisés et suivis il est possible d’optimiser financièrement l’entreprise.

Nos vidéos

À propos de l'auteur

Alexandra
Alexandra Goachet

Dirigeante de Boomerang Consultants, conseil en amélioration des performances et maîtrise des coûts des TPE-PME