Ces conseils pour survivre à un redressement judiciaire

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     02/04/18    
conseils survivre redressement judiciaire

Lorsqu’une entreprise ne se porte pas bien, elle doit déposer le bilan. Cette situation provoque stress, peur et angoisse à chaque dirigeant et pourtant… Le dépôt de bilan ne veut pas forcément dire la fin de votre entreprise, si le Tribunal de commerce vous accorde le redressement judiciaire, il est encore possible de sauver les pots cassés, alors comment y survivre ?

Comprendre ce qu’est le redressement judiciaire

Le dépôt de bilan est l’étape avant le redressement judiciaire, il concerne une entreprise qui a des difficultés sociales, financières ou comptables. Une fois effectué, le Tribunal de commerce va statuer sur la situation de l’entreprise. Deux situations sont possibles, soit l’entreprise est liquidée tout simplement, soit un redressement judiciaire est mis en place. Contrairement à la liquidation, le redressement permet une poursuite de l’activité. L’entreprise a donc ses chances de survie.

Dans un premier temps, une fois le redressement judiciaire prononcé, l’entreprise subit une période d’observation. Au bout de six mois, voire un an si elle est reconduite, une conclusion donnera lieu ou non à un plan de redressement. Dans le cadre d’une période d’observation, un administrateur judiciaire accompagne ou remplace le dirigeant, il permet de gérer la situation de l’entreprise, s’occupe de toutes les mesures légales et tente de résoudre les problèmes rencontrés.

Avant le possible plan de redressement, la période d’observation est utile pour l’entreprise et son dirigeant, elle permet de prendre du temps et de se retourner. En effet, les créances sont gelées et les procédures sont suspendues. C’est donc le meilleur moyen pour l’entreprise de prouver qu’elle peut survivre et qu’elle a de quoi se relever. Dans le meilleur cas, à la fin de la période d’observation, un plan de redressement sera proposé. Il peut durer dix ans maximum et donne le temps à l’entreprise de se retrouver une seconde jeunesse. Cette phase reste relativement compliquée à surmonter, puisque 9 entreprises sur 10 ne survivent pas à un plan de redressement.

Se renseigner avant de tomber entre les mains d’un redressement judiciaire

Il est vrai qu’un redressement judiciaire fait peur, aucun dirigeant vous dira qu’il est rassuré à cette idée. Mais le meilleur moyen de ne pas paniquer à l’idée de ces deux mots, c’est de se renseigner auparavant. Il n’est pas nécessaire de vivre la situation pour le faire mais au moins vous serez informé en cas de problème. Même si ce sujet donne des angoisses, le redressement judiciaire doit interpeller les dirigeants pour réagir simplement et facilement, si cela se produit.

Se remettre en question et revoir ses erreurs

Et si le redressement devient réalité ? Il est temps de se poser les bonnes questions et de réagir vite. Dans un premier temps, il faut faire un travail sur soi-même et éviter à tout prix de paniquer et d’être négatif. Pour cela, le meilleur moyen de comprendre la situation est de revenir sur les erreurs passées et surtout de comprendre pourquoi vous en êtes arrivés là. Ce premier travail permettra de progresser et de donner des clefs à l’administrateur judiciaire. Il est là pour vous aider, s’il comprend facilement les raisons de votre redressement, il sera plus à même de trouver des solutions.

Faire preuve de transparence

Dans le cadre d’un redressement judiciaire et d’un possible plan de redressement, une entreprise est généralement mal perçue. Que ce soit par ses clients, ses fournisseurs ou encore ses confrères, elle rencontrera forcément des critiques. L’image est souvent celle d’une entreprise qui n’arrive plus à se gérer et qui est vouée à disparaître. Pour éviter cela, redorez votre blason, par une première étape qui passe par la transparence. Même si cette situation n’est pas facile à expliquer, il vaut mieux communiquer dessus. Il sera plus simple de donner les raisons du redressement et la transparence est souvent récompensée. Vous éviterez alors peut-être qu’on vous lâche dans cette période difficile.

S’impliquer pour sauver l’entreprise

Les anciens dirigeants témoignent qu’il est compliqué de s'en sortir lors d'un redressement. Mais rien n'est impossible ! S’investir devient donc primordial pour la survie de son entreprise. Le redressement judiciaire demande beaucoup d’investissements que ce soit en matière de temps ou d’argent. Les dirigeants sont les premiers sollicités lors d’une telle procédure, pour le suivi de celle-ci ou encore pour les créances. Si vous voulez sauver votre entreprise, l’implication est de rigueur, attention toutefois à ne pas vous épuiser non plus. Une entreprise ainsi que son dirigeant en mauvaise santé ne survivent pas.

Mobiliser les salariés

Au moment du redressement judiciaire, les premiers concernés après le dirigeant sont les employés. Dans ce genre de situation, ils sont généralement inquiets, à cause, de précédents ou futurs licenciements. Il s'avère important dans ce cas, de les rassurer. Une entreprise fonctionne avec ses salariés, mettez-les dans la confidence le plus rapidement possible avant même que la situation devienne réellement critique. S’ils n’ont pas confiance et que le redressement leur fait peur, vous serez seul face au problème. Motivez les équipes et surtout rassurez-les !

Concevoir une structure stable

Pour réussir à sauver son entreprise, le redressement judiciaire est une étape cruciale. Elle permet parfois de dériver sur un plan de redressement. Pour accéder à cela, il faut prouver que votre entreprise peut survivre à cette mauvaise passe. L’important est donc de monter une structure stable qui passe par le remboursement des dettes, une volonté de se reconstruire sur le marché et diffuser une image d’entreprise qui renaît de ses cendres tel un phœnix. Pour vous aider dans la construction d'un plan viable, n’oubliez jamais la présence de l’administrateur judiciaire. Il a pour but de vous accompagner pour construire une structure légale qui peut repartir de plus belle.

Donnez une note à cet article