Le conseil en immobilier d’entreprise orienté 100 % utilisateurs

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     12/12/18    
conseil immobilier entreprise oriente utilisateurs

Chez Parella, tout est calculé au mètre carré. Et pour cause, déménagement de locaux ou aménagements d’espaces constituent, entre autres, le cœur d’activité du spécialiste en immobilier d’entreprise. Pour ce dernier, indépendance et pluridisciplinarité lui permettent de se vanter d’un « écosystème unique », axé 100 % utilisateurs. Petit état des lieux.

« Le conseil immobilier autrement ». 

Dans le VIIIème arrondissement de Paris, la rue du Faubourg Saint-Honoré s’anime, malgré un temps grisâtre, en ce début de matinée. À l’entrée des locaux de Parella, Anne Kerzan, Directrice Marketing et Communication, nous reçoit avec le sourire. Quelques minutes plus tard, c’est au tour d’Olivier Neuman, dirigeant de l’entreprise, de nous accueillir. La visite des bureaux attendra. En route pour un entretien bien agencé. Parella n’est pas seulement le nom d’un village en Italie ou d’une statue en Espagne, c’est également celui d’un conseil en immobilier d’entreprise, qui « avance « en parallèle » [comme le signifie l’expression catalane, ndlr] et dans le même sens que ses clients ». Fondée en 2009, l’entreprise regroupe, aujourd’hui, quatre associés, tous issus du monde de l’immobilier d’entreprise et aux profils complémentaires d’après Olivier Neuman : « Bruno Amsellem est expert en immobilier, Patrick Pelloquin, architecte, Michael Kaplan, commercial et moi-même, ancien avocat. » Dès le départ, leur ambition est d’offrir aux entreprises un service différenciant. « Nous avons voulu créer Parella car il n’y avait pas, à notre sens, d’acteurs indépendants dans le domaine », explique son dirigeant. Si souvent les acteurs du marché travaillent pour les acheteurs comme pour les propriétaires à la manière d’un intermédiaire, eux, suivent une règle très claire : « Ne conseiller que les utilisateurs, ceux qui occupent les locaux, et n’être rémunérés que par eux. »

Un acteur indépendant 100 % utilisateurs. 

Lors de la visite des locaux, les 700 m² de moquette grise défilent sous nos pieds tandis que quelques vitres orangées rappellent les couleurs du logo de l’entreprise. Pour son dirigeant, leur modèle, « proche de celui d’avocat puisqu’ils ne travaillent que pour le compte de l’une des deux parties », leur permet d’éviter tout conflit d’intérêts. En vagabondant de salle en salle, quasiment toutes transparentes, un détail nous interpelle : peu sont, pour l’heure, occupées, au profit d’un discret va-et-vient de salariés à l’œuvre, le nez dans leurs dossiers. Chez Parella, le mot d’ordre est, avant tout, indépendance, pour ses collaborateurs comme vis-à-vis de ses clients. « Dans une posture d’indépendant, nous partons d’une problématique que l’on traduit en solution immobilière comme la recherche de locaux ou la négociation de bail ». Olivier Neuman poursuit : « Se positionner comme une vraie société de conseil nous confère ainsi un ADN différent de celui de nos concurrents. » Sur l’un des murs de l’espace, des photos d’enfants représentent chacun des membres de l’entreprise. Quant aux principaux concernés, ils demeurent calmes et concentrés. 

La pluridisciplinarité à l’ordre du jour. 

Très vite, Parella s’est mise à travailler pour de grands comptes comme Yves Rocher, Orange, Lagardère, Samsung, Meetic, Fnac… Selon son dirigeant, leur proximité avec leurs clients constitue un élément fort de leur développement. « Naturellement, ils nous ont demandé de les accompagner sur d’autres projets tels que la gestion de travaux, le choix de leur mobilier ainsi que sur l’aide au transfert des équipes », affirme-t-il. Pour élargir leur palette de compétences et répondre à ce nouveau besoin, ils ont alors recruté des experts sur différents métiers : « Chaque vision est unique avec un cahier des charges qui lui est propre. Pour le respecter, nous disposons, en interne, d’équipes projets pluridisciplinaires, qui regroupent aussi bien des experts en immobilier que des consultants, des ingénieurs ou des architectes. » Et, rapidement, leurs clients leur font part d’une nouvelle suggestion : ils souhaitent, non seulement être conseillés par Parella sur le suivi des travaux, mais aussi que ces derniers soient réalisés par eux. Selon Olivier Neuman, « ils ne voulaient plus contractualiser avec plusieurs entreprises mais souhaitaient un contractant général afin de ne pas avoir à faire face à plusieurs interlocuteurs ». En clair, du « one stop ».

Un véritable chef d’orchestre. 

Toujours dans cette logique du « one stop shopping», Esquisse, une structure de contractant général, voit le jour en 2012. « Notre entreprise se place ainsi comme le seul interlocuteur. À la manière d’un chef d’orchestre, elle se charge de contracter avec les différents prestataires intervenant sur le chantier des travaux », précise le cofondateur, avant d’enchaîner : « Nous sommes d’ailleurs tenus d’une obligation de résultat, ce qui sécurise nos clients. Ils savent qu’un budget et qu’une date de déménagement ont été définis et que nous ne pouvons pas les dépasser, sous peine d’encourir des pénalités. » Hormis quelques tableaux de Dassault disséminés aux quatre coins de l’espace, des plantes lui confèrent un côté apaisant et des murs d’expression permettent aux salariés de laisser libre cours à leur créativité. Sur le même thème, un « green challenge » est, au moment où nous parcourons les lieux, organisé, à côté de casiers oranges, dédiés aux collaborateurs. Anne Kerzan, la Directrice Marketing et Communication, nous en dit plus à ce propos : « Il peut porter sur diverses thématiques comme un tournoi de ping-pong ou de babyfoot. Actuellement, il est question de faire pousser un haricot le plus rapidement possible. On essaye d’être créatifs ! »

Plusieurs entités pour une offre globale. 

Au-delà d’Esquisse, Parella regroupe, sous son aile, quatre entités. Parella Valuation, créée en 2014, se place comme une société d’expertise de biens. « Nos clients ont besoin d’obtenir des avis de valeur année après année par des experts immobiliers. Nous ne faisons pas simplement des photographies pour déterminer une valeur à un moment donné mais conseillons aussi en matière de valorisation ou de cession d’actifs, par exemple », précise Olivier Neuman. Composée d’un bureau d’études, Parella Technical, quant à elle, intervient depuis 2016 sur la partie climatisation et courants faibles/forts (respectivement utilisés pour le transport de l’information et de l’énergie électrique, ndlr). « Là encore, il s’agit d’une compétence que nous avons internalisée », ajoute-t-il. Fondée en 2017, Parella Active Management, en cours de développement, a, de son côté, pour vocation de gérer le parc immobilier. « Il est question d’une approche active de la gestion des baux, d’évaluer les renégociations possibles, de vérifier que les factures correspondent aux prix négociés, de gérer le ou les site(s)… » Enfin, pour les accompagner dans d’autres pays, EXIS, cofondée en 2015, se présente comme une structure internationale.

Le bien-être comme moyen de rétention des talents. 

Le dirigeant le sait, aujourd’hui plus qu’avant, les locaux doivent véhiculer la culture d’entreprise et suivre ses évolutions mais surtout, faire en sorte que les gens se sentent bien : « Clairement, il s’agit d’un sujet de rétention des talents et d’attractivité. De nouvelles formes de travail se développent dans ce sens comme le coworking. » Du côté de la cafétéria, une ambiance façon « bistrot parisien » donne le « la ». Une corbeille de fruits trône fièrement pour un plaisir sain et gourmand. « Un coach sportif vient régulièrement emmener les salariés courir ou donne des cours de renforcement musculaire dans la cafét’ et des matchs de football sont organisés à l’extérieur », lance Anne Kerzan. Un espace de douche est d’ailleurs prévu pour que les collaborateurs puissent se rafraîchir après une séance de sport intensive. Agrémentés de « bubbles », de petits espaces de réunion informels en forme de bulles, les lieux offrent également aux salariés une salle de repos et de jeux, où les murs font office de coloriage géant. Un certain nombre d’évènements tels que des afterworks, séminaires, déjeuners ou encore petits-déjeuners sont aussi mis en place. Concentrées quasiment en permanence, les équipes ont, selon elle, « besoin de moments où elles peuvent se relâcher ». 

Du mode projet au « flex office ». 

En déambulant dans les locaux, un élément nous frappe à nouveau : plus de la moitié des salariés sont en mouvement et échangent calmement avec d’autres. Alors que les cofondateurs travaillent sur la mise en place du télétravail et que les horaires sont libres, près de 70 % des équipes sont en « flex office » (qui signifie « sans bureau fixe », ndlr), c’est-à-dire qu’elles changent de bureaux quasiment tous les jours. « Ce système correspond tout à fait à notre mode de travail, par projet. Chacun s’assoit à côté de la personne avec laquelle il travaille. L’idée est d’être toujours en mouvement », explique Olivier Neuman. D’après lui, l’enjeu reste que toutes les personnes, juniors ou seniors, puissent échanger les unes avec les autres. Le cofondateur poursuit : « Ce mode de travail par projet fait qu’un consultant qui sort d’une école de commerce peut être amené à œuvrer aux côtés d’un designer. Chacun arrive avec une certaine compétence et s’ouvre vers d’autres métiers. » Cet enrichissement professionnel serait, selon le dirigeant, à l’origine de l’épanouissement des salariés de l’entreprise, où règne mixité sociale et échange.

Des salariés « au cœur de la stratégie d’entreprise ». 

100 %, c’est le pourcentage de salariés qui estiment profiter d’une bonne ambiance au sein de Parella, selon une étude de la qualité de vie au travail réalisée en septembre 2017. Au-delà de cette dimension d’échange et d’entraide, ce que les salariés apprécient surtout, d’après le cofondateur, repose sur la nature des missions qu’ils effectuent, « au cœur de la stratégie d’entreprise grâce à la proximité entretenue avec les clients ». Si quelques collaborateurs restent sédentaires, la majorité effectue de nombreux déplacements et se trouve soit chez des clients soit sur des projets. « Nous donnons beaucoup d’autonomie à nos collaborateurs et les mettons très vite face à nos clients. Nous leur confions également des tâches transverses comme celles liées aux recrutements. » D’un autre côté, l’esprit de Parella serait, lui aussi, partie prenante de cette bonne ambiance. Pour Olivier Neuman, l’entreprise demeure jeune et dynamique : « Nous travaillons intensément sur la communication interne et permettons à chacun de présenter les sujets sur lesquels ils travaillent pour enrichir l’expérience des autres. » Au même moment, un son de cloche retentit, symbole d’un contrat signé, si l’on en croit Anne Kerzan. À la bonne heure !

Les grandes valeurs de l’entreprise

  1. La loyauté. Notre positionnement, complètement indépendant, nous permet d’être à 100 % alignés sur les problématiques de nos clients.
  2. L’engagement. Un sentiment de fierté se dégage de nos salariés quant au fait d’appartenir à Parella. Ils sont ainsi pleinement engagés vis-à-vis de notre structure et de nos clients. 
  3. L’excellence. Nous essayons d’apporter une forte valeur ajoutée à nos clients, qui attendent un conseil parfait. Notre modèle différenciant et rémunéré uniquement par nos clients nous permet de justifier nos honoraires.
  4. Respect et confiance. Nous écoutons et prenons en compte les choix de nos clients. En interne, nous faisons également en sorte de se respecter quel que soit notre métier. L’échange et l’entraide font partie de notre culture d’entreprise.
  5. L’altruisme. Notre offre se doit de répondre à un besoin et non pas à une problématique qui nous est propre. Nous sommes tournés vers le client, tout comme nous cherchons à ce que nos collaborateurs se tournent vers les autres et se montrent ouverts d’esprit.
Donnez une note à cet article